TOPS ET CONTRE-PERFORMANCES DU BULLETIN F1: Russie 2020

Profitant des largesses de Lewis Hamilton avant la course, Valtteri Bottas a remporté le Grand Prix de Russie 2020. Qui a connu une bonne ou une mauvaise course à Sotchi? Voici les tops et contre-performances du Bulletin F1.

Tops performances

La journée de Valtteri Bottas fut parfaite. Parti troisième, avec des pneus médiums (à l’inverse des tendres pour Lewis Hamilton), le Finlandais a passé Max Verstappen dès le départ et a attendu que Hamilton reçoive ses pénalités.

Bottas, souvent fort en Russie (il a inscrit son cinquième podium à Sotchi), n’a commis aucune erreur et s’est concentré sur sa propre course. Il s’agit de sa deuxième victoire de la saison, la première ayant été remportée en Autriche.

Sa mentalité de ne pas abandonner (Never give up) a amplement fonctionné, peu importe la tenue de ce Grand Prix. Espérons que cela continue pour les prochaines épreuves.


Très souvent éclipsé par les performances de Pierre Gasly cette saison (*tousse* Italie entre autres), Daniil Kvyat a enregistré un bon résultat à la maison.

Ayant débuté l’épreuve avec des pneus durs, le natif de Ufa a réalisé un bon relais avec ce train de pneus. Il n’a jamais été inquiété. Kvyat est même passé proche de dépasser Esteban Ocon dans le dernier tour de la course!


Depuis quelques Grands Prix, Daniel Ricciardo enchaîne les bons résultats pour Renault. En Russie, l’Australien n’a pas dérougi.

Malgré avoir été victime d’un beau dépassement au virage 3 par Sergio Perez et s’être pris une pénalité de 5 secondes pour ne pas avoir roulé sur les boudins du virage 2 (considéré comme abus de la limite de la piste), Ricciardo a roulé plus vite. Il s’est débarrassé de Charles Leclerc, sécurisant une belle cinquième place au classement final du rendez-vous russe.

Mine de rien (et contrairement à ce qu’on disait dans notre bilan de mi-saison), Renault semble vraiment se retrouver dans la lutte au troisième rang des constructeurs!


On ne le répétera jamais assez: la SF1000 de Ferrari est une voiture horrible. Cependant, malgré quelques améliorations aérodynamiques supplémentaires, Charles Leclerc a offert une belle et inattendue sixième place à la Scuderia.

Qualifié onzième, le Monégasque a effectué un bon départ, mais a accroché la Racing Point de Lance Stroll. Heureusement pour lui, il n’a pas été pénalisé pour cette action du premier tour. Dans une épreuve où il a été aidé par une bonne (!) stratégie de son écurie, Leclerc est parvenu à se placer entre les deux Renault.


N’ayant pas reçu les nouvelles pièces aérodynamiques dans sa RP20, Sergio Perez a eu complètement le dessus sur Lance Stroll, tout au long de la fin de semaine.

Le Mexicain, comme à son habitude, a très bien géré ses pneus. Parti quatrième, Checo a été le pilote étant resté le plus longtemps en tendres. Perez s’est même permis un beau dépassement sur Daniel Ricciardo au virage 3.

Au final, Perez termine quatrième et met à jour son CV pour la saison prochaine. Notons aussi qu’il a marqué des points à chaque course cette saison (hormis, naturellement, ses deux courses manquées à Silverstone).


COntre-performances

Dans une fin de semaine où il tentait de remporter sa 91ème victoire en carrière, égalant la marque de Michael Schumacher, Lewis Hamilton a raté sa fin de semaine.

Samedi, il a obtenu la pôle position, malgré deux tours supprimés pour abus des limites de la piste et un drapeau rouge, survenu après l’accident de Sebastian Vettel en Q2. Le Britannique a réussi à compléter un tour lancé avant la fin du compteur.

Dimanche, Hamilton partait en tendres, tandis que Bottas et Max Verstappen débutaient en médiums. Ayant préservé son premier rang, il fut frappé de deux pénalités de cinq secondes chaque pour avoir pratiqué ses départs lancés hors de la zone réservée à cet effet, à la sortie des puits.

Évidemment, le champion en titre était furieux envers la décision. Il n’a aucunement rattrapé la Red Bull de Verstappen, pour la deuxième position. De plus, Netflix était présent à Sotchi pour filmer ce qui devait être un jour historique en Formule 1. Il faudra donc attendre au Nurburgring, peut-être…


Les semaines se suivent et se ressemblent pour le pauvre Sebastian Vettel. En fin de semaine, l’Allemand, victime d’un accident en Q2 le samedi, est parti quatorzième et, en course, n’a jamais été plus haut que septième.

Il finira treizième et a été impliqué dans un léger contact avec la Haas de Romain Grosjean, alors que ce dernier détruisit les panneaux de polystyrène (comme ce que Vettel avait fait à Monza) du virage 2.

Vivement le début de l’aventure avec Aston Martin…


Si Daniel Ricciardo a excellé à Sotchi, Esteban Ocon a été fantomatique. Le Français n’avait pas le même rythme que son coéquipier. Pire: il resta derrière Sebastian Vettel, qui bloquait Ocon afin de permettre à Leclerc de s’éloigner de la Renault.

Il finit septième, marquant des points importants pour Renault, mais on a l’impression que le Français aurait pu faire mieux.


Normalement, Carlos Sainz nous habitue à des courses solides et des performances constantes. Malheureusement, en fin de semaine, ce ne fut pas le cas.

Au départ, l’Espagnol passe tout droit dans le virage 2, mais, au lieu de ralentir, il continue à accélérer. Sainz tape le muret situé sur la gauche et sa course est ruinée. Non seulement cela, Lando Norris a roulé sur des débris laissés par son coéquipier, après un départ trouble, et a dû changer ses pneus. Cela a ruiné une belle opportunité d’inscrire des points importants, alors que Perez et Renault en ont amassé en grande quantité.

Oui, l’échappatoire du virage 2 est un cauchemar ambulant, mais ce n’est pas une raison de slalomer à pleine vitesse.


Auteur de son premier podium en carrière, lors du Grand Prix de Toscane, Alex Albon a rendu une pâle copie de sa performance au Grand Prix de Russie.

Qualifié dixième, il a reculé de cinq places sur la grille pour un changement de boîte de vitesses. Son départ était correct, mais il n’a jamais été en mesure de gruger quelques autres positions. On a bien apprécié son duel face à George Russell et Lando Norris, mais il a perdu celle contre la AlphaTauri de Pierre Gasly.

C’est dommage pour Albon, car on voyait une nette amélioration au cours des dernières épreuves. En plus, il s’est pris une pénalité de cinq secondes pour ne pas avoir rejoint la piste de manière sécuritaire, au virage 2.


J’aime beaucoup l’Autodrome de Sotchi (parce que c’est situé autour des installations olympiques), mais la zone de dégagement du virage 2 doit être refaçonné correctement.

Tout au long de la fin de semaine, on a vu les pilotes prendre l’échappatoire, afin de revenir en piste sécuritairement. Si la consigne n’était pas respectée, ils devraient se prendre une sanction, comme démontré avec Daniel Ricciardo et Alex Albon.

Cependant, on a vu comment Romain Grosjean et, principalement Carlos Sainz, ont pris cette route de « secours ». L’un s’est cru dans le segment « Door Dash » du jeu Fall Guys et l’autre a mis fin à sa course en slalomant rapidement entre les blocs de styromousse.

Ce n’est pas la première fois qu’un incident similaire à celui de Sainz se produit à ce virage particulier. En Formule 2, l’an dernier, il y eut cet accrochage entre Nikita Mazepin et Nobuaru Matsushita. En 2015, Artem Markelov avait imité le pauvre Sainz, en tapant le même mur, en essayant de revenir sur la piste.

Il y a du changement à faire pour rendre cette zone plus sécuritaire, mais problématique sportivement pour les pilotes. Je sais qu’il y a les défis du circuit temporaire (les virages 2 et 3 sont situés à côté de la Place des médailles et de la Torche olympique), mais il existe des moyens de modifier cet échappatoire.

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *