TOP ET CONTRE-PERFORMANCES: GP de Belgique 2020

Autre Grand Prix, autre victoire de Lewis Hamilton et autre journée à oublier pour Ferrari. Même si le Grand Prix de Belgique ne nous a pas offert un bon spectacle, voici quand même le top et les contre-performances du Bulletin F1.

LES PERFOS AU TOP

Un an après la perte tragique de son ami, Pierre Gasly s’est complètement démarqué à Spa. Le Français, parti douzième, a connu un bon départ. Dans les premiers tours de la course, il nous a offert un dépassement exceptionnel sur Sergio Perez, à l’entrée d’Eau Rouge.

Ayant débuté avec les pneus durs, le pilote d’AlphaTauri a réussi à remonter le peloton, après son arrêt aux puits obligatoire. Dans une fin de semaine riche en émotions, Gasly a mérité le titre de « Pilote du jour » (et avec raison), avec sa huitième place.

À mon avis, s’il n’y avait pas cet accident au 11e tour, le Français aurait terminé plus haut que huitième. Ceci étant dit, on voit un Pierre Gasly complètement changé, depuis le début de la saison.


Comme d’habitude, Lewis Hamilton se retrouve dans la section des bonnes performances. Honnêtement, on ne peut pas le blâmer.

Encore une fois, le Britannique était dans une autre galaxie. Ayant battu le record de piste en qualifications, Hamilton n’a jamais été inquiété. Même si lorsqu’il a dit qu’il perdait de la puissance, beaucoup de gens pensaient qu’il souffrait d’ennuis, alors que ce n’était qu’un processus normal (l’art d’overhyper les détails).

Avec sa victoire écrasante, Hamilton n’est plus qu’à deux victoires d’égaler la fameuse marque de Michael Schumacher…


Ce dimanche, nous avons assisté à la meilleure performance de Renault, depuis leur retour en tant que constructeur en 2016.

Daniel Ricciardo a terminé quatrième, en plus de récolter le point boni pour le meilleur tour en course. En fin de course, l’Australien a poussé à fond pour rattraper Max Verstappen. Il voulait tellement ce podium qui lui manque chez Renault. Quant aux fans, ils souhaitaient voir un shoey et Cyril Abiteboul se faire tatouer prochainement

Du côté d’Esteban Ocon, il a livré une excellente performance, au volant de la R.S. 20. Le Français a réussi un beau dépassement sur Alex Albon, dans le dernier tour, afin de sécuriser une belle cinquième place.

Grâce à 23 points récoltés, Renault se retrouve maintenant dans la lutte pour le troisième rang des constructeurs. Cette récolte est la plus grosse de l’écurie française, en tant que constructeur. Les Grands Prix italiens (Monza et Mugello) seront intéressants…


Pour une deuxième fois, Kimi Raïkkönen se retrouve dans nos top performances. Ok, il n’a pas marqué de points, mais avec la voiture qu’il possède, le Finlandais fait du mieux qu’il peut pour donner de la joie à Alfa Romeo.

Le Prince de Spa (4 victoires en carrière) a réussi l’impensable (mais est-ce que c’est vraiment impensable?): dépasser une Ferrari! Et ce n’est pas pour se dédoubler!

Raïkkönen, avec de l’eau sur le plancher de sa monoplace, part de la Belgique avec une bonne douzième place, devant ses anciens employeurs (la McLaren de Carlos Sainz ne compte pas).


CONTRE-PERFORMANCES

C’était prévisible. Je l’avais mentionné dans le dernier épisode du podcast du Bulletin F1: Ferrari allait en arracher en Belgique. C’est malheureusement ce qui s’est passé.

Complètement larguée en fin de semaine, la Scuderia Ferrari ne s’est contenté que des places au milieu de peloton. Le seul point positif de leur Grand Prix est que Charles Leclerc a réussi son départ, passant de 13ème à 8ème… avant de revenir hors du top 10.

Le Monégasque a même dû s’arrêter deux fois! Le premier ravitaillement fut catastrophique, au point de lancer une insulte en français (oubliant que sa radio était allumée)

Ce n’était guère mieux pour Sebastian Vettel. Il a été battu par une Alfa Romeo… Si Leclerc a réussi à percer le top 10, ce fut l’inverse pour l’Allemand.

Qu’est-ce qui est pire? C’est que le prédécesseur de Charles Leclerc, Kimi Raïkkönen, a été le meilleur pilote au moteur Ferrari, dans la 1000ème course de l’unité de puissance italienne… En plus, Ferrari n’est qu’à 200 points de Mercedes.

Une chance qu’il n’y a pas de fans à Monza, dans 7 jours… Mamma mia ragazzi…


Il y a des jours où je me sens mal de placer une deuxième place dans les contre-performances. À chaque fois.

Au départ et à la relance, le Finlandais (qui fêtait ses 31 ans vendredi) n’a été aucunement capable de challenger Lewis Hamilton. À l’instar de son coéquipier, Bottas s’est retrouvé seul au monde (et avec une jambe gauche engourdie).

Pour un sixième Grand Prix consécutif, il perd du terrain sur Hamilton, au classement des pilotes.


Racing Point (et ses ancêtres) et Spa-Francorchamps, c’est une histoire d’amour. De la première course de Michael Schumacher en F1 en 1991 à la troisième place d’Esteban Ocon aux qualifications de Belgique 2018, en passant par *cette* victoire en 1998 et la pôle surprise de Giancarlo Fisichella en 2009, l’écurie a connu ses plus beaux moments en Belgique*.

Malheureusement, l’édition 2020 ne passera pas à l’histoire pour Racing Point. Mal qualifiés (8e et 9e), les deux voitures roses n’ont pu gagner autant de terrain voulu. Lorsque la Voiture de sécurité est apparue, après l’accident entre George Russell et Antonio Giovinazzi, l’équipe a laissé Sergio Perez en piste, alors qu’il chaussait des pneus tendres.

Le Mexicain, après son arrêt obligatoire, a dû jouer à la remontada. Sur les Internets, les fans de Checo ont jeté leur dévolu sur Racing Point (F in the chat pour le gestionnaire de communauté). Même s’il a connu un départ correct, Lance Stroll n’a pas eu un rythme suffisant pour se battre avec ses adversaires.

En gros, la RP20 n’était même pas dans le coup sur leur circuit de prédilection. Pire: McLaren est maintenant troisième au classement des constructeurs.


Deux violents accidents dans le même deuxième secteur de Spa-Francorchamps… Pauvre Antonio Giovinazzi. Au moins, il va bien.

Après Pouhon l’an dernier (alors qu’il allait marquer des points importants pour Alfa Romeo), l’Italien a perdu le contrôle à Fagnes, avant de frapper les barrières de pneus.

Apparté: comment se fait-il qu’une voiture accidentée rebondisse encore sur la piste? N’a-t-on pas appris du 31 août 2019?

Bref, l’accident 2020 de Giovinazzi arrive à un moment où, quelques heures plus tôt, Robert Shwartzman et Mick Schumacher ont offert une performance remarquable, durant la course Sprint de Formule 2. Ce n’est pas le bon moment de commettre de telles erreurs, lorsque son volant est en danger pour l’an prochain.


Les Malchanceux

En six présences en Spa, Carlos Sainz n’a terminé que deux fois le Grand Prix de Belgique. Alors qu’il avait réussi une bonne qualification (7e), un bris mécanique majeur l’a forcé à ne pas prendre part au Grand Prix.

C’est un résumé général de sa saison: ennuis après ennuis. Il a hâte de rejoindre Ferrari, l’an prochain (comment ça, j’ai oublié de préciser que j’étais sarcastique, dans la dernière phrase?)


Au 11ème tour, George Russell a vu sa course se terminer injustement. Alors qu’Antonio Giovinazzi sortit de piste, le pilote Williams dût éviter une roue détachée de la Alfa Romeo. Heureusement, plus de peur que de mal pour le jeune Britannique.

En entrevue, Russell s’est dit chanceux d’avoir vu la roue taper la sienne, au lieu de son casque. Dieu merci, il est très chanceux de n’avoir rien subi physiquement. C’est une belle course ruinée pour le numéro 63.

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *