Top et contre-performances du Bulletin F1: GP du 70ème Anniversaire

Pour la première fois en 2020, un pilote non-Mercedes a remporté un Grand Prix. Dimanche, Max Verstappen a battu Lewis Hamilton et Valtteri, au terme d’une course stratégique. Qui s’est démarqué, durant le Grand Prix du 70ème Anniversaire, et qui a connu une mauvaise journée au travail?

Top performances

Malgré une quatrième place, lors des qualifications du samedi, Max Verstappen s’est amusé à Silverstone. Après s’être débarrassé de Nico Hülkenberg au départ, Verstappen n’a pas hésité à se rapprocher des Mercedes. D’où le commentaire suivant:

Je ne vais pas rester derrière et conduire comme une grand-mère!

Ayant débuté la course avec un train de pneus durs, le Néerlandais a très bien géré ses pneus (on va exclure son relais de six tours en médiums), alors que Lewis Hamilton et Valtteri Bottas ont dû faire très, très attention aux leurs.

Il s’est éloigné du duo Mercedes, n’a jamais été inquiété… et s’est même permis de lancer des blagues au pitwall de Red Bull!

Grâce à sa victoire, Verstappen est maintenant deuxième au championnat des constructeurs. Imaginez s’il n’avait pas abandonné en Autriche, le mois dernier…


Nico Hülkenberg a été incroyablement rapide, tout au long du Grand Prix du 70ème Anniversaire. L’Allemand, qui remplaçait Sergio Perez pour une deuxième course consécutive, s’est permis de se qualifier troisième sur la grille de départ!

En course, le Hülk a, naturellement, été battu par Verstappen dès les premiers virages. Ensuite, l’objectif était de ramener la RP20 litigieuse en un seul morceau. C’est ce qu’il a fait, gardant une bonne distance devant Lance Stroll durant toute l’épreuve. À un certain moment, il était presque en position de dépasser la McLaren de Carlos Sainz, avant que ce dernier ne s’arrête.

Alors qu’il se dirigeait vers une cinquième place, le pilote de 32 ans a commencé à sentir des vibrations sur ses pneus durs. Or, dans la foulée, Racing Point lui a demandé de s’arrêter. Il est revenu et a terminé septième.

Malgré ce résultat final décevant sur papier, Hülkenberg doit recevoir une pluie d’éloges pour son énorme travail, au cours de Silverstone II.


À la fin du Grand Prix, on a entendu un Charles Leclerc jubiler comme un fou à la radio. Pourtant, il a terminé quatrième dans une Ferrari…

Cependant, connaissant les difficultés de la SF1000, la performance de Leclerc doit mériter une mention notoire. Le Monégasque est parti septième et beaucoup de gens pensaient que Ferrari allait avoir plus de difficultés que la fin de semaine dernière.

C’est vrai, mais le hic (ce n’en est pas un) est que Leclerc a complété cette épreuve avec un seul arrêt. UN SEUL ARRÊT! Cette course devait se dérouler sur minimum deux ravitaillements de pneus, voire trois! Pas pour Leclerc.

Il a complété 34 tours avec la gomme dure, grimpant à la 4ème place, au volant d’une Ferrari difficile à conduire. Pour une deuxième épreuve consécutive, on souligne la belle performance du numéro 16.


Un autre pilote qui s’est démarqué, avec un seul arrêt: Esteban Ocon.

Malheureusement, on ne l’a pas beaucoup vu, mais sa huitième place est amplement méritée. Ayant roulé 30 tours en durs, le Français a fait oublier sa piètre performance en qualifications (11ème et une pénalité de trois places).

D’après moi, il s’agit de sa deuxième meilleure performance de la saison, après celle offerte sur ce même circuit, sept jours plus tôt.


Une semaine après son terrible accident, causée par un bris mécanique, Daniil Kvyat a connu une bien meilleure course.

Le Russe, qui en était à sa 100ème course en Formule 1, est parti 16ème, mais s’est retrouvé au cœur de quelques batailles au milieu du peloton. À un moment donné, il s’est positionné en septième place, avant de chuter de trois places. Néanmoins, Kvyat obtient un point, alors que Pierre Gasly a eu toutes les difficultés à répéter son exploit de la semaine dernière.


Meilleure course pour Alex Albon, cette fin de semaine.

Lors de ce Grand Prix du 70ème Anniversaire, le Thaïlandais nous a offert de magnifiques dépassements. Parti de la neuvième position, Albon s’est retrouvé au cœur de plusieurs batailles, qu’il a remportées.

Avec les vibrations d’Hülkenberg (that’s what she said) et les cloques sur les pneus de Lance Stroll, Albon s’est hissé à la cinquième place.


Contre-performances

Fort d’une prolongation de contrat d’un an, Valtteri Bottas a remercié ses patrons de la bonne façon: inscrire une pôle position à Silverstone. Pouvait-il convertir cette pôle en victoire?

Non.

Malgré avoir tenu tête à Lewis Hamilton au départ, il n’a aucunement été en mesure de se défendre face à Max Verstappen. En effet, avec des pneus plus tendres que lors du GP de Grande-Bretagne, Bottas ne pouvait rien faire face à la gestion de pneus de son adversaire. En plus, il a été rattrapé par Hamilton, avec un train de pneus plus frais.

Au final, Bottas termine troisième, accusant maintenant 34 points de retard sur Hamilton, en plus de se retrouver derrière Verstappen, au championnat des pilotes.


Rien ne va plus pour Sebastian Vettel. Vendredi, il a connu une panne en fin d’essais. Samedi, il a été éliminé en Q2. Dimanche, il a fini hors des points.

Lors de ce Grand Prix, le quadruple champion s’est fait remarquer pour un (autre) tête-à-queue, au départ, le reléguant au dernier rang, et pour avoir dit à Ferrari que leur stratégie ne fonctionnait pas. Son écurie l’a fait rentrer aux puits une deuxième fois, alors qu’il avait roulé avec les pneus durs pendant onze (!) tours.

On sait que Vettel ne reviendra pas avec la Scuderia en 2021, mais c’est triste de voir une telle scission entre le pilote et son équipe, alors que la saison vient de débuter. Oui, l’Allemand est responsable de son malheur, avec son dérapage, mais Ferrari ne l’a pas aidé en ne l’écoutant pas.

Pire que ça: Vettel se retrouve au treizième échelon du classement des pilotes, avec quatre points de plus que Nico Hülkenberg. Au moins, Ferrari est au troisième rang chez les constructeurs.


Au lendemain d’une belle cinquième place acquise aux qualifications, Daniel Ricciardo a terminé quatorzième.

Cette course s’est caractérisée par un mauvais départ, un rythme de course déficient et un tête-à-queue « à la Seb (ses mots, pas les nôtres) ». C’est dommage, car, avec la belle épreuve d’Ocon, Renault pouvait espérer inscrire des points importants au championnat.


Kevin Magnussen a disputé ce Grand Prix du 70ème Anniversaire avec une monoplace réparée, suite à un contact avec Alex Albon la semaine dernière.

Le Danois ne possédait pas le même rythme en qualifs que son coéquipier, Romain Grosjean. En course, Magnussen a gagné quatre places au départ, mais a ruiné son rendement, en se prenant une pénalité de cinq secondes, pour avoir causé un contact avec la Williams de Nicholas Latifi.

Sa course s’est terminée abruptement, car Haas n’avait plus de pneus neufs pour qu’il puisse continuer ce Grand Prix.

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *