TOP et CONTRE-PERFORMANCES DU BULLETIN F1: Espagne 2020

De manière impériale, Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix d’Espagne, devant Max Verstappen et Valtteri Bottas. Même si la course ne passera clairement pas à l’histoire, qui a connu une excellente et une mauvaise performance, à Barcelone?

LE TOP

Encore une fois, Lewis Hamilton a montré sa suprématie à Barcelone. Le Britannique n’a été aucunement inquiété et n’a eu aucune concurrence, durant ce Grand Prix.

Sur une piste complètement torride (le tarmac a atteint une température de 50 degrés Celsius), Hamilton est parvenu à prendre un tour à 17 voitures! C’est la première fois depuis Autriche 2018 (course que le 44 n’avait pas complété) que le top 3 terminait sur le tour du meneur. Tout au long de la fin de semaine, il a été tout simplement impérial.

Au grand dam des fans de Michael Schumacher, Hamilton a battu le record du plus grand nombre de podiums inscrits en Formule 1 (156). Il ne s’agira vraiment pas du dernier…


Les temps ont été durs pour Racing Point. L’écurie rose a obtenu son meilleur résultat de la saison, avec une quatrième et une cinquième position.

Lance Stroll, correct en qualifications, a connu un départ de rêve! Le Québécois a profité des 612 mètres séparant la grille du premier virage, afin de dépasser Sergio Perez et Valtteri Bottas et se retrouver troisième. Après avoir tenu tête à Bottas, Stroll a dû lâcher prise face à la Mercedes. Malgré cela, il n’a commis aucune faute et a résisté à un dépassement de son coéquipier. Lance, tu mérites ta crème glacée!

Quant à Checo, il est revenu comme s’il n’avait jamais manqué deux courses. Perez a même fait mieux que Stroll: il a réussi à très bien gérer ses pneus. Cela a fait en sorte qu’il ne s’est arrêté qu’une seule fois, tout en gardant son top 5. Malheureusement, il a été pénalisé de cinq secondes pour avoir ignoré les drapeaux bleus. La P4 s’est transformée en P5, mais cela n’enlève rien à sa belle performance en piste.


Enfin, on peut mettre Sebastian Vettel dans nos Performances au top! D’accord, il a terminé septième, mais n’oublions pas que l’Allemand est parti onzième.

En début d’épreuve, il a eu de la difficulté à grimper au classement, étant souvent pourchassé par Daniil Kvyat. À un certain moment, je pensais qu’il ne serait pas dans les points. Cependant, alors que Charles Leclerc a abandonné, Vettel a dû négocier durement avec son ingénieur pour opter pour une stratégie à un arrêt… avec des pneus tendres!

Mission accomplie pour Vettel, qui est parvenu à retenir un train de voitures pour finir septième. 36 tours avec la gomme la moins durable mérite amplement le titre de « Pilote du jour ».


Quelle belle fin de semaine pour Carlos Sainz! Vendredi, le FC Barcelone s’est fait humilié 8-2 contre le Bayern Munich (Sainz est un fan du Real Madrid). Dimanche, l’Espagnol a inscrit une belle sixième place.

Ayant souffert de problèmes de refroidissement depuis quelques semaines, McLaren a réussi à régler ce problème. Avec un excellent rythme de course, Sainz s’est permis un dépassement sur son prédécesseur chez Ferrari, Sebastian Vettel. Grâce à cette sixième position, il monte dans le top 10 du championnat des pilotes.


Mais pourquoi Kimi Raïkkönen?!

D’accord, finir 14e n’est pas signe de performance au top, mais, sachant que la Alfa Romeo est la voiture la plus lente (avec Williams), ce n’est pas si pire.

Raïkkönen s’est enfin sorti de la noirceur, en atteignant la Q2 pour la première fois depuis un bout. En course, l’Homme de glace a gardé son sang-froid sur une piste chaude, afin de se battre avec d’autres voitures. Depuis quelques courses, le Finlandais s’est plaint de ne pas pouvoir suivre les voitures concrètement.

Cette 14ème place peut donner un certain espoir au clan de Hinwil, en Suisse.



Contre-Performances

Nous n’avons pas le choix de mettre Valtteri Bottas dans notre section des contre-performances. Parti deuxième, à 59 millièmes de Lewis Hamilton, le Finlandais a perdu deux places au départ, avant de dépasser Lance Stroll.

Côté stratégie, ce n’était guère reluisant. Bottas, avec pratiquement la même stratégie que Max Verstappen, n’a pas été capable de rattraper le pilote de Red Bull. Au moins, il quitte Barcelone avec un 50ème  podium en carrière, ainsi que le point boni du meilleur tour en course.

Cela étant dit, il reste troisième au championnat des pilotes, à 43 points d’Hamilton.

P.S.: porter du noir, à 50 degrés Celsius sur la piste, c’est vrai que c’est chaud en tab*****.


Ouais… J’ai mis les stratégistes de Ferrari comme contre-performance.

Plus haut, j’avais écrit ceci: « Vettel a dû négocier durement avec son ingénieur pour opter pour une stratégie à un arrêt… avec des pneus tendres ». Lors d’une conversation radio, Vettel et son ingénieur de piste, Riccardo Adami, ont discuté des pneus et du rythme de l’Allemand.

Ensuite, Adami a sorti: « Que penses-tu de terminer cette course avec ces pneus? » Visiblement incrédule de la question, Vettel a sorti un bon juron qui a inspiré le segment For Ferrari’s Sake, dans le podcast du Bulletin F1. Voici une partie de l’échange.

Une partie de la discussion entre Sebastian Vettel et son ingénieur de piste, pendant la course (Crédit: RaceFans)

C’est drôle, mais triste en même temps. Ce n’est pas la première fois que Vettel doit choisir sa stratégie à plus de 300 km/h. Cela montre un manque de communication entre les ingénieurs et le pilote. On le sait que Vettel et Ferrari, c’est fini dès décembre 2020, mais il faut au moins une collaboration entre les deux clans. Une chance que le quadruple champion du monde a été lucide dans ses choix. Heureusement, cela a porté fruit.

Connaissant Ferrari, j’ai l’impression que ce ne sera pas la dernière fois que des conversations de ce genre seront retransmises à la télé internationale…

Passons à Charles Leclerc. Ce n’est pas de son abandon (panne soudaine de moteur), ni de sa belle gestion de pneus dont je veux évoquer.

Conduire une Formule 1, avec 19 adversaires, sans ceinture de sécurité????? C’est très dangereux! Après son tête-à-queue, Leclerc a complété presque deux tours avec sa ceinture détachée. Même s’il roulait lentement, c’est imprudent de sa part. Je suis même abasourdi que la FIA n’ait pas sévi face à cela!


Si Racing Point a été excellent, en Espagne, Renault n’a pas connu un week-end facile. Après deux courses prometteuses à Silverstone, la monoplace jaune et noire a complètement reculé.

Très mal qualifiés, Daniel Ricciardo et Esteban Ocon ont tenté de remonter le peloton, avec une stratégie à un arrêt. Si cela a fonctionné pour Sergio Perez et pour Sebastian Vettel, ç’a été l’inverse pour les deux pilotes Renault. Ricciardo a terminé à la porte des points, en onzième position; Ocon, treizième.

En plus, l’écurie française n’a pu porter plainte contre les écopes de freins de Racing Point, car la FIA l’a fait avant (et c’est une réprimande pour les Roses).


Je pense qu’on est pas mal tous d’accord: ce Grand Prix d’Espagne n’a pas livré la marchandise. Attention: ce n’est pas de la faute de Lewis Hamilton, ni de Mercedes. En tout, la Formule 1 passe neuf jours au Circuit de Barcelone-Catalunya.

Neuf, car il y a eu les deux blocs de trois jours d’essais hivernaux, en début d’année (avant l’éclosion pandémique de ce maudit virus). Les pilotes roulent sur ce tracé pendant des heures et connaissent cette piste comme le fond de leur poche. Le Circuit de Barcelone-Catalunya est un beau parcours pour des essais (à cause de la température clémente en février), mais ce n’est plus fait pour accueillir des Grands Prix de Formule 1.

Cela donne ce genre de course processionnel. Oui, il y a eu des beaux moments à Montmelo (duel Senna-Mansell, l’oeuvre d’art de Michael Schumacher en 1996, Lord Pastor Maldonado en 2012 et l’accrochage entre Hamilton et Nico Rosberg en 2016), mais c’est pas mal ce qu’on peut retenir d’iconique sur cette piste de Barcelone, présente depuis 1991.

Dire que la F1 retourne à Imola, dont le tarmac est quatre pieds de large pour cette nouvelle génération de bolides…

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *