Top 20 des meilleurs Grands Prix de la décennie 2010 (2e partie)

Le Grand Prix d’Abu Dhabi 2019, disputé le 1er décembre dernier, était la dernière course de la décennie 2010. Il y a eu 198 courses, au cours de cette période. Or, Abdou Sall a décidé de créer un top 20 des meilleurs Grands Prix de la décennie. Après les positions 20 à 11, voici le top 10!


La première partie de notre décompte est disponible sur notre site!


10- Hongrie 2015

Pour Jules

Le Grand Prix de Hongrie 2015 fut émotif, dans tous les sens du terme. Tout d’abord, l’épreuve fut disputé quelques jours après les funérailles de Jules Bianchi, décédé des suites de ses blessures du Grand Prix du Japon 2014.

Quelques minutes avant le départ, les pilotes se réunissaient pour rendre un dernier hommage à leur collègue et ami, parti trop vite. Au départ, Sebastian Vettel se retrouva devant les Mercedes de Nico Rosberg et de Lewis Hamilton. Quelques virages plus tard, Rosberg défendit sa deuxième place face à son rival et coéquipier, forçant Hamilton à traverser le bac à gravier. Il recula loin dans le peloton.

Lorsque l’aileron avant de la Force India de Nico Hulkenberg décida de se retrouver en-dessous de la voiture de sécurité, entraînant la présence de la Voiture de sécurité, le reste de la course de Lewis Hamilton fut catastrophique.

Quelques tours suivant la fin de la Voiture de sécurité, le Britannique s’accrocha avec Daniel Ricciardo, lors d’un combat pour une place sur le podium. Le numéro 44 fut pénalisé d’un drive through pour son action. Heureusement, il put marquer des points pour la sixième place. Il fut même encore plus heureux lorsque ce même Ricciardo s’accrocha avec Nico Rosberg. Les deux pilotes eurent des dommages, Rosberg souffrant d’une crevaison. L’Allemand s’arrêta et revint huitième.

Dans tout cela, le Russe Daniil Kvyat profita de cette folie en avant, ajouté à l’abandon de Raikkonen (perte de puissance), pour inscrire son tout premier podium en Formule 1. Ricciardo parvint quand même à finir troisième.

Le vainqueur incontesté en Hongrie, Sebastian Vettel, dédia sa victoire à Jules Bianchi… en français!

9- AZERBAÏDJAN 2017

Crashfest: 1ère édition

Si le premier Grand Prix de Formule 1 à Bakou, en 2016, fut le somnifère parfait après une finale épique aux 24 Heures du Mans, la deuxième visite resta dans les annales.

Le nouveau GP d’Azerbaïdjan connut un départ incroyable. Les Finlandais Kimi Raikkonen (Ferrari) et Valtteri Bottas (Mercedes) s’accrochèrent lors du premier tour. Bottas dût rentrer aux puits pour effectuer des réparations à sa voiture. Max Verstappen, après avoir dépassé la Force India de Sergio Perez, abandonna en raison d’un bris de moteur.

Au neuvième tour, la Toro Rosso de Daniil Kvyat s’arrêta en bordure de piste, suite à un problème électrique. La Voiture de sécurité sortit trois tours plus tard.

Au bout de quatre tours de neutralisation, la course est relancée, mais il resta des débris sur le tarmac. Retour de la Voiture…

Avant d’entamer la deuxième relance, Lewis Hamilton freina en sortie de virage et Vettel, surpris, tapa la Mercedes du Britannique. Furieux, l’Allemand se mit côte à côte d’Hamilton pour lui faire part de son mécontentement. Durant l’action, il donna un coup de roue à son adversaire. Cela lui a valu une pénalité de stop-and-go de dix secondes.

Entre temps, au 19e tour, Esteban Ocon tenta un dépassement sur Perez, mais les deux voitures Force India s’accrochèrent. Après un gros malentendu au Grand Prix du Canada, deux semaines auparavant, voilà que les deux pilotes détruisaient leurs monoplaces.

Les commissaires de piste en avaient assez: drapeau rouge au 23e tour, avec l’ajout de débris sur la piste. Lorsque le tracé fut nettoyé en entier, Hamilton conserva son avance, devant Vettel. Derrière, Daniel Ricciardo dépassa trois pilotes sur la ligne de départ/arrivée. Vettel servit sa pénalité, mais l’appui-tête d’Hamilton commença à se détacher. Comme il s’agit d’une pièce importante au confort du pilote, le meneur de la course s’arrêta pour en mettre un nouveau,

Ricciardo mena ainsi l’épreuve, devant la Williams de la recrue Lance Stroll et la Haas de Kevin Magnussen. Valtteri Bottas fit une remontée et, dans les derniers mètres du Grand Prix, passa Stroll pour le deuxième rang.

Ricciardo, parti de la dixième place, remporta sa cinquième victoire en F1. Quant à Lance Stroll, il devint la plus jeune recrue à monter sur le podium! Shoey time pour tout le monde!

Quelques jours après la course, Sebastian Vettel fut convoqué par la FIA, à Paris, pour son comportement anti-sportif. Il s’excusa pour ses torts et reçut une sanction de travaux communautaires auprès de la Fédé.

8- Hongrie 2014

Voilà comment on fait, mesdames


Si Hongrie 2015 était rempli d’action, l’édition 2014 fut meilleure!

La course a débuté sur une piste détrempée. Nico Rosberg, profitant des ennuis de Lewis Hamilton aux qualifications, réussit son départ et garda la tête de la course. Quant à Hamilton, parti de la ligne des puits, il partit en tête-à-queue et endommagea légèrement son aileron avant.

Au 8e tour, la Caterham (au nez très laid) de Marcus Ericsson se retrouva dans les murs de pneus. Alors que la Voiture de sécurité fit son apparition, plusieurs pilotes profitèrent de l’occasion pour passer des pneus intermédiaires aux tendres. Seuls Rosberg, Valtteri Bottas, Sebastian Vettel et Fernando Alonso restèrent en piste. Mauvaise idée, les amis!

Ces quatre pilotes entrèrent au tour suivant pour imiter leurs pairs. Daniel Ricciardo mena l’épreuve, mais fut dépassé par la McLaren de Jenson Button, encore en intermédiaires. Par contre, ce dernier, tentant de rester en piste en cas d’averse, perdit les commandes aux dépens de l’Australien de Red Bull.

Au 23e tour, Sergio Perez tapa le mur à la ligne de départ/arrivée, au même endroit où Vettel avait fait un tête-à-queue. Ricciardo en profita pour rentrer aux puits, laissant Alonso mener la course. À la relance, l’Espagnol s’échappa, alors que ses adversaires devaient se contenter de passer la Toro Rosso de Jean-Éric Vergne.

Alonso s’arrêtant, Ricciardo reprit les commandes du Grand Prix. Pendant ce temps, Mercedes demanda à Lewis Hamilton de laisser passer Nico Rosberg, car ce dernier chaussait des pneus tendres. Hamilton refusa, prétextant que Rosberg devait se rapprocher pour qu’il dépasse le Britannique à la bonne vielle manière.

N’ayant pas été capable de se rapprocher d’Hamilton, Rosberg passa aux puits, permettant à Ricciardo, lui aussi arrivé dans la ligne des stands, de revenir devant la Mercedes numéro 6.

Ricciardo, avec des pneus frais, grugea des secondes sur le meneur. Au tour 67, l’Australien se paie Hamilton par l’extérieur du virage 2. Au tour suivant, il profite du DRS pour dépasser Alonso et, ainsi, s’envoler vers sa victoire #2 en F1.

Hamilton, en grande difficulté, se défendit durement sur Rosberg au virage 2.

Après son dépassement sur Alonso, Ricciardo dit:

That’s how it’s done, ladies! (Voilà comment on fait, mesdames!)

7- AZERBAÏDJAN 2018

Crashfest: 2ème édition

Bulletin de notes du Crashfest 2018

Après le cirque de l’édition 2017, tous les espoirs étaient placés pour avoir une autre course excitante à Bakou.

Nous n’avions pas été déçus.

Devant, Sebastian Vettel affrontait les Mercedes de Lewis Hamilton et de Valtteri Bottas, dans un duel stratégique. Derrière, les Red Bull de Daniel Ricciardo et de Max Verstappen s’échangeaient les positions, tour après tour.

Soudainement, le pire arriva: les deux pilotes du Taureau rouge entrèrent en collision. Cet accident allait être un moment catalyseur vers le départ de Ricciardo chez Renault, pour la saison 2019. Pendant l’intervention de la Voiture de sécurité, Romain Grosjean heurta le mur, alors qu’il chauffait ses pneus. Alors sixième, Haas allait accuser Marcus Ericsson. Cela devint un meme pour le restant de 2018.

À la relance, Vettel, deuxième, tenta un dépassement sur Bottas, mais bloqua les roues et perdit trois places. Pire: Bottas, qui entamait le dernier tour du Grand Prix, subit une crevaison! Il fut forcé à abandonner, l’empêchant de remporter une première course depuis Abu Dhabi 2017.

Lewis Hamilton repartit avec les honneurs, devant Kimi Raikkonen et Sergio Perez, sur la Force India.

6- Brésil 2016

Verstappen marche roule sur l’eau

La pluie torrentielle s’invita au Grand Prix du Brésil 2016.

Lors du tour de reconnaissance, Romain Grosjean fut rapidement éliminé de l’épreuve, après un accident proche de la ligne de départ. Les conditions météorologiques empirèrent à un point que le départ fut retardé de dix minutes, avant d’être donné après sept tours derrière la Voiture de sécurité.

Lewis Hamilton fut complètement intouchable, en tête de l’épreuve. De son côté, Max Verstappen anima cette course, avec un pilotage remarquable. Tout d’abord, il dépassa Nico Rosberg par l’extérieur du virage 3, en plus d’éviter de se retrouver dans les rails.

Malheureusement, Felipe Massa ne put imiter le Néerlandais. Au même endroit, soit avant l’entrée des puits, le Brésilien tapa les barrières, mettant fin à ce qui serait son dernier Grand Prix à domicile (il reviendra pour une autre saison avec Williams). Lors de son retour dans les puits, il reçut une ovation debout des fans et une haie d’honneur des mécanos de toutes les écuries.

REMBOURSE-MOI MES LARMES, FELIPE!

La météo ne s’améliorant pas, la course fut interrompue deux fois, dont une à cause de l’accident de Kimi Raikkonen. Lorsque le Grand Prix reprit, Verstappen, fraîchement arrêté aux puits pour un changement de pneus, effectua une magnifique remontée de la quatorzième place. Choisissant plusieurs lignes de course, la jeune sensation de Red Bull parvint à revenir au troisième rang.

Au bout de 71 tours, roulés en trois heures, Lewis Hamilton remporta enfin le GP du Brésil. Cependant, Verstappen fut nommé « Pilote du jour »… et avec raison!

5- Canada 2014

rICCIARDO, LE smiling assassin

Les six premiers Grands Prix de la saison 2014 furent dominés par Mercedes. Au-delà la domination, on assistait au début d’une rivalité entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg, deux très bons amis.

Lors du Grand Prix du Canada, ce fut la même routine: les Flèches d’argent sécurisaient la première ligne. Au départ, Rosberg, parti en pôle, réussit à repousser Hamilton, qui prit la sortie de secours. Sebastian Vettel monta au deuxième rang.

Fort d’une neuvième place exceptionnelle à Monaco, Jules Bianchi accrocha son coéquipier chez Marussia, Max Chilton, et tapa le mur au virage 4. La Voiture de sécurité sortit.

À la relance, Hamilton dépassa facilement Vettel. Les pilotes Mercedes s’envolèrent, avec Hamilton reprenant une seconde sur Rosberg. Soudainement, les deux voitures argentées souffrirent de problèmes d’une panne de récupération d’énergie au freinage, entraînant une surchauffe.

Après son arrêt, Hamilton passa tout droit à la dernière chicane du Circuit Gilles-Villeneuve et revint devant Rosberg, avant de le laisser passer. Les problèmes de freins devinrent plus problématiques pour le Britannique, qui abandonna.

Son rival étant maintenant hors d’état de nuire, Rosberg devait composer avec les mêmes problèmes et une meute de pilotes prêts à remporter cette course.

Et c’est là où entra en scène Daniel Ricciardo.

L’Australien, qui rattrapa son coéquipier Vettel, réussit un magnifique dépassement sur la Force India de Sergio Perez, afin de passer deuxième. Quelques tours plus tard, il parvint à prendre les commandes de la course, devant Rosberg.

Sa victoire fut sécurisée lorsqu’un violent accident entre Perez et la Williams de Felipe Massa eut lieu à l’entame du dernier tour. Heureusement, personne ne fut blessé.

Le toujours souriant Daniel Ricciardo venait de se faire un nom dans le monde entier, grâce à cette belle course.

4- Bahrein 2014

Duel fratricide dans le désert

La fameuse rivalité Hamilton vs Rosberg a partiellement débuté au Grand Prix de Bahreïn 2014.

Pour la première fois de son histoire, l’épreuve à Sakhir accueillait une course nocturne. C’était pour célébrer les dix ans du GP de Bahreïn.

Au départ, la même routine: les deux Mercedes prirent les devants, avec Hamilton en tête. Dans le peloton, Kevin Magnussen (McLaren) accrocha Kimi Raikkonen. Lors de la première séquence d’arrêts aux puits, Hamilton revint en piste avec des pneus tendres; Rosberg, en durs. Cela signifiait que Rosberg avait le libre choix de ne plus s’arrêter, contrairement au Britannique.

Derrière, les Force India de Sergio Perez et de Nico Hulkenberg, ainsi que les Williams de Valtteri Bottas et de Felipe Massa, s’échangèrent les positions. C’est finalement Perez qui eut le dessus sur tout le monde, passant à la troisième place.

La course changea de ton, au moment où Pastor Maldonado, qui sortait de la ligne des puits, envoya Esteban Gutierrez faire quelques tonneaux au premier virage. La Voiture de sécurité sortit immédiatement. Lewis Hamilton, qui avait changé de pneus pour les durs, vit son avance sur Rosberg (avec des pneus tendres) réduite en miettes.

Quelques tours après l’accident spectaculaire, la course fut relancée et un duel entre Hamilton et Rosberg débuta. Rosberg attaqua tout de suite Hamilton, mais ce dernier résista. Le #6 de la Flèche d’argent ne baissa pas les bras et tenta une nouvelle embuscade sur son coéquipier. Même réponse de la part du Britannique. C’est du mano à mano pendant onze tours!

Au final, c’est Lewis Hamilton qui garda le premier rang et se dirigea vers sa deuxième victoire en 2014. Rosberg le suivit en deuxième place et Sergio Perez, lui aussi impliqué dans un duel fratricide avec Hulkenberg, obtint son premier podium avec Force India.

3- Brésil 2012

Une finale HOLLYWOODIENNE

Le Grand Prix du Brésil 2012 restera dans les annales de la décennie comme étant la finale de saison la plus folle.

Le championnat des pilotes 2012 se jouait entre Sebastian Vettel et Fernando Alonso. Vettel détenait une avance de 13 points sur Alonso.

Le départ fut excellent pour Alonso, qui passa de la huitième à la troisième place. Cependant, catastrophe pour Vettel!

Au virage 4, l’Allemand de Red Bull, qui connut un départ à l’inverse de son rival, fut accroché par la Williams de Bruno Senna, qui tamponna la Sauber de Sergio Perez. Coup de théâtre à Interlagos! Le meneur au championnat se retrouva dernier, avec des dommages relativement importants sur sa voiture.

Au tour suivant, avec la pluie qui tomba sur le circuit, Alonso partit à l’erreur aux S de Senna et chuta au quatrième rang. Devant, Jenson Button dépassa Lewis Hamilton, qui disputait son dernier Grand Prix avec McLaren, pour mener l’épreuve.

Plusieurs pilotes décidèrent de passer aux pneus intermédiaires, mais pas Button, qui resta en secs. Il détint une avance d’une seconde sur la Force India de Nico Hulkenberg, mais ce dernier le dépassa! Hulkenberg mena le Grand Prix du Brésil 2012!

Voyant la situation de ces deux meneurs, les écuries forcèrent leurs pilotes à revenir aux puits pour des pneus slicks. Une crevaison du pneu de Nico Rosberg, laissant des débris sur la piste, entraîna la présence de la voiture de sécurité. Hulkenberg et Button rentrèrent aux puits pour un changement de pneus et gardèrent leurs positions.

À la relance, Hamilton prit la deuxième place à Button, son coéquipier, Un peu plus tard, il reprit les commandes de l’épreuve, suite à une faute d’Hulkenberg.

Une vingtaine de tours plus tard, Kimi Raikkonen se perdit (littéralement), en sortant de piste. Il tenta, comme en 2001, de revenir en prenant une ancienne portion du circuit. Malheureusement, elle était fermée. Au 53e tour, Hulkenberg revint rapidement sur Hamilton, mais dérapa et heurta la McLaren du Britannique de 27 ans. Si Hulkenberg put continuer (et reçut une pénalité de drive-through), Hamilton fut contraint à l’abandon. Sur la même séquence, Vettel connut un arrêt horrible. Néanmoins, il parvint à effectuer une autre remontée.

Le pilote Red Bull dépassa Michael Schumacher (lire « Schumi laissa passer Vettel) et vit Kamui Kobayashi partir à la faute, tout comme Paul Di Resta.

Ce dernier tapa le mur proche de l’entrée des puits, dans le dernier tour. La course se terminant derrière la voiture de sécurité, Jenson Button remporta son dernier Grand Prix, ainsi que le dernier à date pour McLaren. Fernando Alonso termina deuxième, mais, avec la sixième place de Sebastian Vettel, c’est ce dernier qui fut couronné champion du monde 2012!

Le Grand Prix du Brésil fut aussi la dernière course de Michael Schumacher en carrière. #KeepFightingMichael

2- Allemagne 2019

Le chaos total

Bulletin de notes du GP d’Allemagne 2019 + le podcast de cette course

Si ce n’était que de moi, j’aurais placé le Grand Prix d’Allemagne 2019 comme course de la décennie.

Le Grand Prix d’Allemagne obtint, grâce au soutien financier de Mercedes-Benz, une année supplémentaire au calendrier de la F1.

Comme l’an dernier, le mauvais temps frappa le circuit de Hockenheim. Après trois tours derrière la Voiture de sécurité, la course put débuter, avec les Mercedes en tête.

L’écurie allemande, qui célébrait ses 125 ans à la maison, connut une épreuve cauchemardesque. Tout de suite après que Charles Leclerc frappa le mur au virage 19, Lewis Hamilton fit de même, mais put revenir dans les puits. En plus, le meneur du championnat partit à l’erreur à quelques reprises. Son coéquipier, Valtteri Bottas, abandonna après avoir rencontré le mur du virage 1.

Nico Hulkenberg, qui pouvait inscrire ce fameux premier podium en Formule 1, rejoignit Leclerc sur les lignes de touche, avec un accident au virage 19. Lorsque la pluie cessa, Lance Stroll et Daniil Kvyat furent les deux premiers pilotes à passer aux pneus secs.

Tout le monde imita les deux pilotes. Sebastian Vettel, parti dernier, remonta jusqu’à la deuxième place. Quant à Daniil Kvyat, sa stratégie lui permit de se battre pour une place sur le podium.

Évitant des ennuis après un tête-à-queue, Max Verstappen remporta un Grand Prix d’Allemagne fou! Même Williams, grâce à Robert Kubica, marqua un point; Lewis Hamilton, deux (après des pénalités imposées à Alfa Romeo)!

1- Canada 2011

Un classique de 4 heures

Il n’y a aucun doute: le Grand Prix du Canada 2011 est la meilleure course de la décennie, voire même de l’histoire de la Formule 1.

Dans une course ayant débuté derrière la Voiture de sécurité, ensuite interrompue pendant deux heures, Jenson Button fut le grand vainqueur de cette épreuve inoubliable.

Ce ne fut pas un dimanche facile pour le champion du monde 2009. Tout d’abord, une collision avec son coéquipier, Lewis Hamilton, le força à rentrer aux puits pour soigner les bobos de la McLaren. En plus, il reçut un drive-through pour avoir roulé trop vite derrière la Voiture de sécurité.

Ensuite, il s’accrocha avec la Ferrari de Fernando Alonso, aux virages 3 et 4. Avec une crevaison, cela lui valut une autre visite dans les puits! Tel Liverpool au match retour de la demi-finale de la Ligue des Champions (ok, j’arrête), Button ne baissa pas pavillon.

Après une autre remontée (cette fois, sans le moindre problème), le Britannique rattrapa Michael Schumacher et Mark Weber. Button parvint à les dépasser facilement. Avec trois tours à faire, il se retrouvait à une seconde et demie de Sebastian Vettel.

Dans le dernier tour, en arrivant aux virages 6 et 7, Vettel craqua sous pression et perdit l’arrière de sa Red Bull et Button en profita pour prendre la tête de la course.

Au bout de six passages aux puits, Jenson Button remporta le Grand Prix du Canada et, de surcroît, la course de Formule 1 la plus longue de l’histoire (4h04:39.537).

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *