Rouler dans les stades

Depuis 1950, le grand cirque de la Formule 1 a visité énormément de circuits aux différentes caractéristiques. Du stationnement du Caesars Palace à un aéroport transformé en un circuit (Silverstone), il y en a eu des sortes inégales. Or, une seule piste du championnat passe à travers un stade de sport: celui de l’Autodromo Hermanos Rodriguez, au Mexique, et son Foro Sol.

C’est exceptionnel de voir une vingtaine de bolides défiler devant 50 000 fans déchaînés. Si Mexico City est l’unique exemple actuel, il y a eu des idées pareilles dans le passé. Pour des raisons différentes, ces dernières ne virent pas le jour.

Stade olympique de montréal

Peu de gens le savent, mais le Stade olympique aurait pu être le théâtre du tout premier Grand Prix du Canada à Montréal. En 1977, le circuit de Mosport, en Ontario, ne pouvait plus organiser des courses de Formule 1. Après le refus de Toronto de tenir l’épreuve de 1978, la brasserie Labatt (commanditaire du GP) se tourna vers Montréal, qui accepta l’offre.

Le circuit de 5km proposé autour du Stade olympique. Crédits: RDS

La Fédération Auto-Québec fut mandatée de trouver un lieu pour organiser la course dans la métropole. C’est alors qu’elle contacta Roger Peart, un ancien pilote de course montréalais d’origine britannique, pour concevoir un circuit. Il opta d’abord pour le Parc olympique, avec un passage au Stade olympique (sans son fameux toit). Plus de 60 000 spectateurs auraient pu voir Gilles Villeneuve marquer l’histoire, mais ce ne fut pas le cas.

Par contre, la portion à l’intérieur du Big O posait problème: il n’y a qu’une rampe d’accès pour accéder au stade. Non seulement elle est étroite, mais en ajouter une autre pour faire sortir les véhicules aurait coûté trop cher. Le projet fut rapidement abandonné.

Depuis cet échec, le Stade olympique a mal vieilli et il se fait traiter de « poubelle » des sportifs. Et la Formule 1 a élu le Circuit de l’Île Notre-Dame comme domicile du Grand Prix du Canada, dès 1978.

le saviez-vous?

D’autres sites comme le parc Angrignon (dans l’arrondissement de Lasalle), l’ancien aéroport de Cartierville, le mont Royal (lol) et même Laval (LOL!) furent considérés. Cependant, ces lieux ne respectaient pas les normes des instances du sport.

Stade de cape town, afrique du sud

Cape Town Stadium

La dernière fois que l’Afrique du Sud a organisé un Grand Prix fut en 1993, sur le circuit de Kyalami. Depuis, plus aucune course n’eut lieu dans le continent africain. En 2015, un promoteur sud-africain avait confirmé tenir des pourparlers avec Bernie Ecclestone pour accueillir la F1 dans la ville de Cape Town pour 2017.

Le circuit proposé de Cape Town

Les pilotes rouleraient sur un circuit urbain de 5,3 km, situé proche du centre-ville. Le tracé inclurait un passage au Cape Town Stadium. Contrairement à Montréal, il est possible de faire entrer les bolides dans l’enceinte et sans modifier les rampes d’accès.

Malheureusement, l’idée de retourner en Afrique du Sud fut abandonné pour la troisième fois depuis 2000. Dans une entrevue à un média sud-africain, Tonton Bernie confirma qu’il y avait peu de chances que Cape Town obtienne une course. De plus, les coûts d’organisation actuels sont trop chers, aux yeux des paliers de gouvernements. Quel dommage!

Stade olympique de londres, angleterre

Bien que la Formule 1 visite Silverstone depuis 1950, il y a eu une proposition de Grand Prix dans les rues de Londres. En 2012, le Stade olympique de Londres reçut cinq offres pour utiliser ses installations. Un circuit de F1 en fit partie, mais perdit aux mains de West Ham United, club de la Premier League.

Des propositions de circuits autour du Stade de Londres. Crédit: City A.M.

Malgré l’échec, un groupe de personnes décida de revenir avec ce projet. En juillet 2017, l’organisation London GP voulait organiser un festival de vitesse, avec la Formule 1 comme événement principal. Le journal City A.M. révéla que l’offre fut déposé sur la table aux bureaux du maire de la ville, Sadiq Khan. Avec Silverstone qui a cassé son contrat avec la F1, l’option d’une course dans les rues de la capitale après 2019 semble préférable.

Un Grand Prix à Londres devrait avoir lieu au mois de juillet, afin d’éviter un clash avec le début de la saison de West Ham. Comme le circuit passerait à l’intérieur de l’enceinte, il faudrait enlever le gazon et le remettre à temps.

Pour l’instant, nous n’entendons que des rumeurs, mais avec les ennuis de Silverstone, voir Lewis Hamilton gagner devant la reine deviendrait réalité bientôt.

À mon avis, il devrait y avoir plus de circuits incluant des stades. Cela permettrait d’accueillir plus de spectateurs et de rentabiliser l’espace autour. Aussi, ça donnerait des images spectaculaires comme on le voit au Mexique, lorsque Sergio Perez arrive 70 fois au Foro Sol. Si le projet londonien devait (finalement) aboutir, je sens que la piste deviendrait un incontournable.

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *