Avant-course Grande-Bretagne 2018: retour aux sources

Quelle est la différence entre la Formule 1 et le soccer?

Aucune. Tous les deux reviennent à la maison.

En fait, il y a une part de vérité dans la « blague ». Cette fin de semaine, la F1 revient là où tout a commencé, à Silverstone.

Le Grand Prix de Grande-Bretagne marque la fin du fameux programme triple, entamée en France le 24 juin dernier. Dans la belle course au titre, Lewis Hamilton a perdu l’avantage qu’il avait sur Sebastian Vettel, suite à un abandon en Autriche (un premier depuis Malaisie 2016). Pendant ce temps, Max Verstappen profita du double retrait des deux pilotes Mercedes pour remporter sa première victoire de l’année. Après la débâcle en Australie, Haas a inscrit son meilleur résultat en Formule 1, avec une quatrième et une cinquième place.

Histoire du Grand Prix

les débuts à Brooklands

Circuit de Brooklands (Crédit: Brooklands Museum)

Le premier Grand Prix de Grande-Bretagne remonte en 1926, à Brooklands, le tout premier circuit de course automobile au monde. Ce fut une idée d’Henry Segrave, vainqueur du Grand Prix de France 1923, d’amener cet événement au pays. La toute première course en sol britannique fut remportée par Louis Wagner et Robert Sénéchal. L’année suivante, un autre Français s’imposa à Brooklands: Robert Benoist.

les débuts de silverstone

Pendant une période de vingt ans, il n’y eut aucun Grand Prix de Grande-Bretagne. Durant la Seconde Guerre mondiale, le circuit de Brooklands fut grandement endommagé, étant donné que les installations furent transformés en campements militaires.

En 1948, Silverstone, dans la région du Northamptonshire (proche de Leicester et de Milton Keynes), fut construit sur un ancien aérodrome du Royal Air Force en l’espace de deux mois. Juste à temps pour le retour du Grand Prix britannique. Le 2 octobre 1948, plus de 100 000 spectateurs eurent la chance de voir l’Italien Luigi Villoresi (Maserati) remporter le premier Grand Prix sur une piste entourée de foin comme périmètre de sécurité.

Deux ans plus tard, en 1950, une nouvelle catégorie de course automobile fut introdiuite au monde entier: la Formule 1. Leur première épreuve du Championnat du monde des pilotes eut lieu le 13 mai, à Silverstone. Alors que le Roi George VI assistait à cette course, Nino Farina la gagna au volant d’une Alfa Romeo. L’année suivante, Ferrari mit fin au règne d’Alfa en gagnant en Grande-Bretagne, grâce à l’Argentin José Froilan Gonzalez. Cette victoire ne marqua que le début d’une séquence de quatre victoires consécutives de la Scuderia à Silverstone.

alternance entre silverstone et aintree

Le circuit d’Aintree, à Liverpool (photo: allf1.info)

En 1955, la Formule 1 décida d’aller à Liverpool, au circuit d’Aintree. Reconnu pour ses compétitions de courses hippiques, Aintree n’offrait pas beaucoup d’enchaînements, mais possédait de longues lignes droites.

Pour cette première course de F1 dans la Merseyside, on assista à un quadruplé de Mercedes! De plus, c’est Stirling Moss qui triompha à Aintree, même si les gens pensaient que Juan Manuel Fangio gagnerait.

Entre temps, Aintree et Silverstone s’échangèrent l’organisation du Grand Prix de Grande-Bretagne. Le premier accueillait les courses impaires et 1962; le deuxième, les paires. En tout, Aintree organisa 5 Grands Prix dans la région de Liverpool. En 1958, un certain Bernard Charles Ecclestone fut inscrit à l’épreuve, mais ne put se qualifier pour la course dominicale. C’était la dernière fois que ce pilote disputait un Grand Prix… après deux tentatives échouées.

alternance entre silverstone et brands hatch

Vue aérienne de Brands Hatch

Si Aintree n’eut plus la vocation de piste de course en 1964, un nouveau tracé prit le relais pour alterner avec Silverstone: Brands Hatch. Cette piste, située à tout juste à l’extérieur de Londres, fut le théâtre d’une belle victoire de Jim Clark en 64 et d’un duel épique entre Jo Siffert et Chris Amon pour la victoire, en 1968. C’était Siffert qui remporta le duel.

Premier GP de Grande-Bretagne à Brands Hatch, en 1964

Brands Hatch n’est pas comme Silverstone ou Aintree. En effet, le tracé comporte beaucoup d’élévation et de virages difficiles pour les suspensions. Pour l’alternance, Silverstone accueillait les Grands Prix lors des années impaires; Brands Hatch, aux années paires. Cependant, la piste en banlieue londonienne a tenu la présentation de deux Grands Prix d’Europe en 1983 et en 1985.

Virginia « Ginny » Williams brandissant le trophée des vainqueurs, lors du Grand Prix de Grande-Bretagne 1986, à Brands-Hatch (Crédit: Sutton Images).

Lors de la dernière édition tenue à Brands Hatch, en 1986, le Français Jacques Laffitte fut victime d’un terrible accident au départ. Il fut blessé aux deux jambes, ce qui mit fin à sa carrière de pilote. Malgré tout, les deux Williams, conduites par Nigel Mansell et Nelson Piquet, réussissèrent à obtenir un doublé devant la foule locale. Alors que Frank Williams revenait dans des paddocks de F1 depuis son accident l’ayant laissé tétraplégique, sa femme Virginia « Ginny » alla chercher le trophée de la victoire, ce qui nous donna probablement une des plus belles images de l’histoire du sport. En dépit de ce triomphe, la guerre Mansell-Piquet fut déclarée, suite à des consignes d’équipe floues.

Bref, c’était la dernière fois que la F1 allait à Brands Hatch.

silverstone, exclusivement

Fini les alternances d’un circuit à l’autre! Dès 1987, Silverstone devint l’hôte exclusif du Grand Prix de Grande-Bretagne. Or, la célèbre piste se devait d’être rénovée, pour rencontrer les normes de la FOCA (l’association des écuries de F1). En 1991, ce qui était le circuit le plus rapide en Formule 1 devenait une piste beaucoup plus lente que les anciennes configurations. C’est cette même année que l’enchaînement de virages le plus populaire au monde allait voir le jour.

Maggots, Becketts et Chapel furent introduits aux pilotes en 1991 et c’est Nigel Mansell qui inaugura le Silverstone 2.0 en gagnant la course. Il répéta l’exploit en 1992, crééant l’hystérie dans la foule qui envahit la piste.

Résultats de recherche d'images pour « nigel mansell british gp 1992 »

Suite aux tragédies du Grand Prix de Saint-Marin de 1994, plusieurs circuits ont dû modifier leurs virages temporairement et Silverstone n’y a pas échappé. Lors de cette année noire, Damon Hill a réussi ce que son père, Graham, n’a jamais pu faire: gagner le Grand Prix national. En plus, il profita de la disqualification de Michael Schumacher pour revenir dans la course au titre.

Entre temps, il y eut beaucoup d’événements qui ont marqué la F1 à Silverstone: l’accident de Schumi (1999), un huluberlu qui court à sens inverse au Hangar Straight (2003), la première de cinq victoires de Lewis Hamilton sous la pluie normale de la Grande-Bretagne (2008) et j’en passe.

Malheureusement, le British Racing Driver Club (BRDC), propriétaire de la légendaire location, activa une clause permettant de cesser la tenue du Grand Prix au Northamptonshire après 2019. Normalement, le contrat devait durer jusqu’en 2027, mais la course commençait à être déficitaire. À moins que la situation se résout, il nous reste deux courses de F1 à Silverstone.

le circuit

Circuit de Silverstone

Silverstone (5,891 km/52 tours)
Premier GP F1 en Grande-Bretagne: 1950

Depuis 1948, le circuit de Silverstone a énormément changé, surtout au fil des trente dernières années. Avec l’exclusivité du Grand Prix de Grande-Bretagne, la piste est passé de très rapide à lente, en 1991. Cependant, les travaux majeurs en 2011 ont redonné à Silverstone une certaine lettre de noblesse qu’elle avait.

Évolution de Silverstone, de 1949 à aujourd’hui (Crédit: Tom McKay, Wikipédia)

Les pilotes peuvent entamer certains virages à vive allure (Abbey, Copse et l’enchaînement Maggots-Becketts-Chapel), sans lâcher l’accélérateur.

Silverstone est un endroit idéal pour effecteur de beaux dépassements. Village (virage 3), Brooklands (virage 7) et Vale (entre les virages 15 et 16) sont les spots où c’est possible. Pour la première fois, nous aurons la chance de voir les pilotes activer le DRS dans des virages! En effet, la zone d’activation se trouve à Abbey, le premier virage du circuit, et offrira une chance d’attaquer à Village.

Avec les voitures plus larges que nous connaissons maintenant, attendez-vous à voir les F1 agir en fusées dans les virages.

à surveiller

  • ERRATUM: dans l’Avant-course du Grand Prix d’Autriche, on vous disait qu’il s’agissait de son 300ème départ. Nous avions tort. C’est en Angleterre qu’il prendra part à sa 300ème course. Nos excuses!
  • C’est simple: en gagnant ce dimanche, Lewis Hamilton deviendrait le premier pilote à gagner six fois le Grand Prix de Grande-Bretagne.
    • D’ailleurs, Hamilton pourrait bien être le premier à gagner cinq fois de suite cette épreuve. Seuls lui et Jim Clark ont triomphé quatre fois consécutivement.
  • Le Britannique de 33 ans pourrait aussi bien obtenir sa 50ème pole position avec Mercedes, ce samedi.
    • Va-t-il célébrer cela en regardant le quart de finale de la Coupe du monde entre l’Angleterre et la Suède?
  • Malchanceux cette année, Valtteri Bottas souhaite donner à la Finlande la victoire numéro 50 de l’histoire du pays en F1.
  • Il n’y aura pas de onzième Grand Prix de Grande-Bretagne affecté par la pluie. Les températures oscilleront autour de 25 degrés Celsius et le soleil va quand même taper fort.

statistiques

victoires

  • Pilotes: Jim Clark, Alain Prost, Lewis Hamilton (5)
  • Écurie: Ferrari (16)

poles positions

  • Pilotes: Jim Clark, Lewis Hamilton (5)
  • Écurie: Ferrari (15)

meilleurs tours

  • Pilote: Nigel Mansell (7)
  • Écurie: Ferrari (19)

Podiums

  • Pilotes: Alain Prost, Michael Schumacher, Lewis Hamilton (7)
  • Écurie: Ferrari (53)

 

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *