Avant-course Canada 2018: ils reviennent à Montréal

On a attendu ce moment avec impatience: c’est la fin de semaine du Grand Prix du Canada! C’est l’événement qui marque le début des festivités estivales à Montréal. Avec deux victoires pour Ferrari, Mercedes et Red Bull, cette course pourrait être très serrée et, surtout, excitante. Sur une piste où le chaos peut survenir à tout moment, il est capital d’avoir une très bonne fin de semaine. 

Pour la 49ième édition du Grand Prix canadien (39ième à Montréal), on s’attend à du spectacle comme on le voit généralement sur l’île et comme on l’a vu en six courses. Si Lewis Hamilton est maître à Montréal, il ne devra guère se reposer sur ses lauriers. En effet, Sebastian Vettel désire réduire l’écart  au classement des pilotes, séparant les deux rivaux. Le vainqueur de Monaco et en Chine, Daniel Ricciardo, mise sur une Red Bull dotée d’une évolution moteur importante, pour brouiller les cartes. Malheureusement, l’Australien devra reculer de minimum cinq places sur la grille, en raison d’un changement de MGU-K (celui qui était défecteux à Monte-Carlo). Aura-t-on droit à un quatrième vainqueur en 2018? Max Verstappen, Valtteri Bottas et Kimi Raïkkönen pourraient être des jokers intéressants.

Montréal est le terreau de Lance Stroll. Le pilote Williams a inscrit ses premiers points en Formule 1, la saison dernière. Il souhaite sûrement faire de même cette année, sachant que la voiture n’est pas à son goût.

Alors, qui prendra la place à Lewis Hamilton, en suivant ses pas?

L’Histoire du Grand Prix

On associe beaucoup l’île de Montréal au Grand Prix du Canada. Après tout, ça fait bien 40 ans que cette manche passe par le Québec. Par contre, ce Grand Prix existe depuis bien longtemps.

Couverture du programme du tout premier Grand Prix du Canada, en 1961.

De 1961 à 1966, le circuit de Mosport, situé à environ 75 kilomètres de Toronto (avisez Ferrari), accueillait cette course dans le cadre de la série Canadian Sports Car Championship. En 1967, pour célébrer les 100 ans de la Confédération, le circuit ontarien était la place idéale pour accueillir les F1. L’année suivante, c’est Mont-Tremblant qui accueillait la compétition. La Formule 1 reviendra en 1970 pour la dernière fois dans les Laurentides.

Or, Mosport devint la capitale du Grand Prix du Canada, de 1971 à 1977. Cependant, la piste était jugée trop dangereuse auprès des pilotes et des hautes instances du sport. Cela voulait dire qu’il fallait trouver un nouvel endroit où rouler.

Initialement, Labatt (oui, ceux qui sont derrière la Labatt Bleue) voulait de la F1 dans les rues de Toronto (sur les mêmes lieux que l’épreuve d’IndyCar). Par contre, la population refusa catégoriquement l’idée. Or, Montréal entra en scène. Au final, la métropole hérita de la tenue du Grand Prix du Canada pour 1978. Après avoir étudié plusieurs endroits (dont le Stade olympique), il fut décidé que l’Île Notre-Dame serait le lieu par excellence. Après tout, le site est à cinq minutes du centre-ville!

Le circuit Gilles-Villeneuve, en 1978 (Crédit: Archives de la Ville de Montréal).

La piste, dessinée par Roger Peart (un ancien mécanicien Montréalais d’origine britannique), englobait certains pavillons de l’Expo 67 et la ligne des puits était temporaire. La construction de la piste commença le 20 juin 1978, pour se terminer trois mois plus tard! Pour que le circuit soit conforme aux yeux de la FIA, une course de Formule Atlantique fut organisée en septembre. Le premier Grand Prix à Montréal eut lieu le 8 octobre 1978 et fut remportée par Gilles Villeneuve, au volant de la Ferrari.

Quatre ans après ce moment historique, le tracé fut nommé en l’honneur du pilote québécois, qui perdit la vie quelques semaines avant la tenue de l’édition de 1982. Malheureusement, Riccardo Paletti, pilote italien d’Osella, trouva la mort au départ de la course. 1982: le Grand Prix le plus triste de l’histoire de cet événement.

Le Grand Prix du Canada est une course appréciée par tout le cirque de la F1, ainsi que les amateurs de course. En 2005, la course était la plus regardée du championnat, avec plus de 51 millions de téléspectateurs. Globalement, seuls la finale de la Ligue des Champions (Le Miracle d’Istanbul) et le Super Bowl XXXIX (remporté par Tom Brady et les Patriots de la Nouvelle-Angleterre *soupirs*) ont obtenu plus de visionnements.

Jean Alesi, un des six pilotes à remporter son premier GP de Formule 1, à Montréal.

Montréal est aussi le théâtre des premières victoires de six pilotes: Gilles (Ferrari,1978), le Belge Thierry Boutsen (Williams, 1989), Jean Alesi (Ferrari, 1995), Lewis Hamilton (McLaren, 2007), Robert Kubica (BMW Sauber, 2008) et Daniel Ricciardo (Red Bull, 2014).

On peut facilement associer Canada, Montréal et 2011. C’est au Parc Jean-Drapeau que le Grand Prix le plus long de l’histoire a eu lieu. En quatre heures (incluant deux heures d’interruption. Maudits orages.), Jenson Button a remporté cette course d’anthologie en passant Sebastian Vettel dans le dernier tour.

Le circuit

Circuit Gilles-VIlleneuve (4.361 km/70 tours)
Premier GP au Canada: 1961 (1967 pour la F1; 1978 à Montréal)

Dans le cadre du Grand Prix du Canada, nous avons fait le tour complet du Circuit Gilles-Villeneuve. Vous pouvez visionner la vidéo ci-dessus!

À surveiller

  • Lewis Hamilton a six victoires au Parc Jean-Drapeau. En gagnant ce dimanche, il égalera la marque de Michael Schumacher (7).
  • Ce sera le 300ième Grand Prix de Fernando Alonso en Formule 1. Le double champion du monde devrait atteindre la marque des 300 départs en Autriche, dans trois semaines.
  • Sebastian Vettel a gagné en 2013, mais depuis qu’il est en F1, il n’a jamais abandonné à Montréal. D’ailleurs, il a toujours terminé dans les points au Circuit Gilles-Villeneuve.
  • Valtteri Bottas est monté sur le podium, lors des trois dernières éditions (2015, 2016, 2017). Est-ce que la quatrième sera sur la plus haute marche?
  • En 2017, Force India avait une opportunité d’aller chercher un podium, mais leur inexpérience en consignes d’équipe s’est résulté en une cinquième et une sixième place. Étonnemment, il s’agissait de leur meilleur résultat sur Notre-Dame (l’île, bien sûr).
    • Avec Perez qui a terminé troisième à Bakou cette année et la réputation du GPC d’être chaotique, l’édition 2018 sera-t-elle meilleure que 2017? À suivre.
  • La course de l’an passé était très, très chaude… en matière de température. Il devait faire entre 28 et 31 degrés Celsius, sans oublier le soleil plombant.
    • Pour 2018, il fera moins chaud (yess), mais le soleil sera du rendez-vous!
    • N’oubliez pas votre crème solaire.
  • Romain Grosjean, avec Sergey Sirotkin, n’a toujours pas inscrit de points cette saison. Sur une note plus positive, le Franco-Suisse a enregistré son meilleur résultat en Formule 1, à Montréal.
    • En 2012, il avait terminé deuxième avec Lotus, alors qu’il partait septième. Il répétera l’exploit aux États-Unis, l’année suivante.

statistiques

Victoires

  • Pilote: Michael Schumacher (7)
  • Écurie: McLaren (13)

poles positions

Lewis Hamilton reçoit une réplique du casque d’Ayrton Senna, après avoir obtenu sa 65ème pole position.
  • Pilotes: Michael Schumacher & Lewis Hamilton (6)
  • Écurie: McLaren (11)

meilleurs tours

  • Pilotes: Kimi Raïkkönen & Michael Schumacher (4)
  • Écurie: McLaren (11)

podiums

  • Pilote: Michael Schumacher (12)
  • Écurie: Ferrari (33)

Plage

À l’intérieur du circuit, il y a la Plage Jean-Doré, dont l’ouverture pour la saison estivale est le 20 juin. Pour plus d’informations, visitez le site officiel de la plage.

animaux

Il y en a beaucoup. Les plus populaires sont les marmottes. Dès que le printemps débute, elle sort de son trou et aime se promener dans les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame. Récemment, on a vu des bernaches du Canada (outarde, pour d’autres), des ratons laveurs et des renards. On ne sait pas si les deux mouettes, que Sebastian Vettel a recontrées en 2016, seront de la course.

Une marmotte décide de ne pas payer son billet, en 2015. Heureusement, elle n’a pas été frappée.

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *