Pré-saison 2020 (Bloc 1, Jour 3): Bottas de retour en tête

Pour ce dernier jour d’essais de la semaine, Valtteri Bottas a inscrit le meilleur temps de la séance d’essais, à Barcelone. Comme à la première journée, les deux Mercedes ont réalisé un doublé.

Résumé du Bloc 1: JOUR 1 | JOUR 2

Vendredi, Valtteri Bottas a quitté Barcelone avec le meilleur chrono de cette dernière séance d’essais de la semaine. Son temps fut réalisé au cours de la matinée, avant que Lewis Hamilton ne le remplace, en après-midi.

Ce dernier s’est placé en deuxième position, tout juste devant la Renault d’Esteban Ocon. Les deux pilotes Mercedes ont réussi à compléter au moins la distance moyenne d’un Grand Prix (65 tours pour Bottas; Hamilton, 73), tout en enregistrant des tours rapides avec des gommes tendres.

Chez Racing Point, Lance Stroll a confirmé la belle semaine de l’écurie en rose avec le quatrième meilleur temps et 116 tours complétés sur l’ensemble des 8 heures d’activité. La RP20, similaire à la W10 de Mercedes, a été très fiable et rapide, au cours des trois premiers jours de tests.

Daniil Kvyat s’est hissé en cinquième place, grâce à un tour en 1:17.427, le matin. En après-midi, Pierre Gasly a pris la relève et se retrouve neuvième, entre les Red Bull de Max Verstappen et d’Alex Albon.

Antonio Giovinazzi, de Alfa Romeo, a été le pilote ayant complété le plus nombre de tours, ce vendredi, avec 152. Ce fut suffisant pour le sixième échelon, en termes de temps.

Quadruplé de drapeaux rouges

Cette dernière journée du bloc 1 a été marqué par l’interruption de la session à quatre reprises.

En premier lieu, Sebastian Vettel stationna sa Ferrari en bordure de piste, suite à une perte de puissance de son moteur. Heureusement pour l’Allemand, il a pu retourner en piste, après le dîner, afin de boucler 100 tours.

En deuxième lieu, c’était au tour de la Williams du Torontois Nicholas Latifi de provoquer la sortie du drapeau rouge. Latifi stoppa sa FW43 à la sortie de la ligne des puits, lorsque de la fumée sortit de l’arrière de son véhicule. Il est revenu en après-midi.

En troisième lieu, Kevin Magnussen, venu en relève de Romain Grosjean en après-midi, a subi une crevaison. Cela l’a envoyé directement en tête-à-queue et, ainsi, dans les barrières. Drapeau rouge automatique et fin de la journée pour le Danois et pour Haas… après quatre tours. L’écurie américaine a complété le moins grand nombre de tours de ce bloc inaugural, entre autres grâce aux accidents causés par Grosjean (jeudi) et par Magnussen.

En dernier lieu, Daniel Ricciardo a été responsable de la dernière interruption de la journée, en s’arrêtant sur les côtés du virage 9. L’Australien a pu revenir en piste, mais ce n’est pas un tête-à-queue à la chicane qui l’empêcha d’inscrire le septième temps.

Bonne journée pour Renault…

Après deux journées marquées par des soucis techniques, l’écurie Renault s’est bien reprise. Esteban Ocon s’est placé troisième au cumulatif, alors que Daniel Ricciardo s’est retrouvé septième.

Si Ocon a qualifié la R.S.20 de « meilleure voiture que la R.S.19 », Ricciardo a aimé la balance de la voiture. Cependant, il reste encore du travail pour rattraper Racing Point, qui semble être rapide et fiable. Heureusement, c’est un pas vers la bonne direction pour le clan français.

… et une mauvaise pour FErrari

Chez Ferrari, il y a un vent d’inquiétude qui plane dans les garages de Barcelone.

Mattia Binotto, le directeur général de la Scuderia Ferrari, a dit que ses rivaux sont plus rapides qu’eux. Il ne s’est clairement pas montré optimiste, comparé à l’an passé, où le châssis rouge était la meilleure des essais.

Pire que ça: l’écurie italienne a perdu du temps, avec le problème de moteur rencontré par Vettel, en matinée. Pour cette saison, Ferrari a décidé de changer leur approche. Au lieu de se concentrer sur les meilleurs chronos, l’équipe a voulu mieux comprendre la SF1000.

Si la SF90 de 2019 était rapide, elle présentait des signes de faiblesse, notamment au niveau de la fiabilité. Les bourdes de pilotage et stratégiques, c’est un autre débat.

À moins qu’elle ne cache son jeu, tel Thierry Henry qui change sa formation tactique avant son match de Ligue des Champions avec l’Impact de Montréal, ça ne sera pas facile pour la Scuderia…

LE « DAS » banni en 2021

Mercredi dernier, Mercedes a surpris tout l’univers de la Formule 1 en testant le Dual Axis Steering, aussi connu sous le nom de DAS.

Ce système, permettant au pilote de tirer/pousser le volant pour ajuster l’angle et le positionnement des roues avant, sera banni par la FIA pour la saison 2021.

Cela signifie donc que le DAS pourra être utilisé pour la campagne actuelle. Les équipes adverses sont donc en train de voir s’ils peuvent développer le même stratagème ou non.

Avec l’arrivée des nouvelles règles techniques prévues pour 2021, pensées pour créer plus de parité en piste, il était hors de question pour les dirigeants de la F1 de voir une écurie déjà avantagée pour la saison prochaine.

Maintenant, il ne reste plus à voir si le DAS sera efficace au cours de l’année en cours.

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *