Les pilotes

En 2019, l’alignement a complètement changé, comparé à 2018. On retrouvera trois recrues issues de la Formule 2, deux revenants et plusieurs pilotes ayant changé d’adresse. Seulement deux écuries ont gardé le même effectif: Mercedes et Haas.

Découvrez vos vingt belligérants du Championnat du monde des pilotes 2019.

mercedes amg petronas

 

44- Lewis Hamilton (Grande-Bretagne)

Classement 2018: 1er (CHAMPION DU MONDE), 408 pts

Qui arrêtera Lewis Hamilton? En 2018, le Britannique a mis la main sur un cinquième championnat des pilotes. Seuls Juan Manuel Fangio (5) et Michael Schumacher (7) ont réussi cet exploit. On s’attend à ce que le duel qu’il livrera avec Vettel sera plus féroce.

77- VALTTERI BOTTAS (FINLANDE)

Classement 2018: 5e , 247 pts

Après une année 2018 très difficile, Bottas devra élever son jeu d’un cran. Pour cette année, il devra être au top. Certes, il jouera encore le rôle de second violon aux côtés de Lewis Hamilton, mais il devra gagner des courses, ce qu’il n’a pas fait en 2018. Après tout, il ne veut pas qu’Esteban Ocon prenne sa place en 2020.


scuderia ferrari

5- sebastian vettel (allemagne)

Classement 2018: 2e, 320 pts

Le début de la saison 2018 de Sebastian Vettel avait bien débuté, mais un abandon au Grand Prix d’Allemagne, suivi de la victoire spectaculaire de Lewis Hamilton, a été le point tournant de cette campagne. Souhaitons que, cette année, Sebastian fasse suer Hamilton.

16- Charles Leclerc (Monaco)

Classement 2018: 13e, 39 pts

À son année recrue, Charles Leclerc a fait tourner bien des têtes. Le Monégasque a amené Sauber dans le top 10, lors de plusieurs courses. Pour certains, 39 points signifient peu, mais la conduite du jeune pilote fut suffisante pour obtenir un baquet chez Ferrari. À 21 ans, il devient le plus jeune pilote à être embauché par la Scuderia depuis le Mexicain Ricardo Rodriguez, en 1961 (19 ans et 208 jours).

aston martin red bull racing

10- Pierre gasly (France)

Classement 2018: 15e, 29 pts

Pierre Gasly a profité du départ de Daniel Ricciardo chez Renault pour être promu chez Red Bull. Au volant d’une Toro Rosso, le Français a enregistré son meilleur résultat en F1, avec une quatrième place au Bahreïn. Comme Gasly a roulé avec un moteur Honda avec Toro Rosso et en Super Formula, son expérience avec le motoriste japonais sera grandement utile pour les Taureaux.

33- max verstappen (pays-bas)

 

Classement 2018: 4e, 249 pts

Entre l’Australie et Monaco, les performances de Max Verstappen furent en-deçà des attentes. Le Néerlandais a été impliqué dans de nombreuses erreurs de pilotage. Après le Grand Prix du Canada, où il termina troisième (et ne causant aucun problème), il fut sur une belle lancée. Verstappen remporta trois deux Grands Prix, en plus de finir sur le podium à multiples reprises. Plusieurs experts le voient comme un prétendant au titre, à condition que le moteur Honda, nouvellement installée dans la Red Bull, soit très fiable et performante.

Sport Pesa Racing Point

11- SERGIO PEREZ (MEXIQUE)

Classement 2018: 8e, 62 pts

Si Sergio Perez est devenu un membre très important de Racing Point (anciennement Force India), c’est grâce son rythme de course, de son éternel opportunisme… et parce qu’il a placé Force India en adminstration judiciaire. Sous la nouvelle direction, le Mexicain veut pousser Racing Point à retrouver le top 4, réalisé en 2017. Il est le seul pilote ne pilotant pas pour Mercedes, Ferrari ou Red Bull, à inscrire un podium en 2018 (3e à Bakou).

18- Lance Stroll (Canada)

Classement 2017: 18e, 6 pts

En 2019, Lance Stroll devra faire ses preuves, afin de prouver qu’il possède effectivement du talent. En effet, le Québécois aura la lourde tâche d’enlever l’étiquette de « fils à papa », étant donné que Lawrence Stroll a racheté Force India en août 2018, et qu’il s’est joint à cette écurie. Excellent lors des départs, Stroll devra améliorer ses résultats en qualifications.

Williams  racing

88- Robert Kubica (Pologne)

Le grand retour de Robert Kubica en F1 est attendu de pieds fermes par les amateurs de F1… et de la population polonaise. Kubica, 34 ans, revient après huit ans d’absence, suite à son accident de rallye en Italie. Ce n’est pas son bras droit, sévèrement sectionné par la collision de février 2011, qui l’a empêché de poursuivre sa carrière de pilote. Le Polonais est passé de réserviste à titulaire chez Williams et veut prouver qu’il n’a rien perdu de son talent.

 

63- George Russell (Grande-Bretagne)

Classement 2018: c’est une recrue!

Champion de l’ancienne série GP3 (2017) et de Formule 2 (2018), George Russell arrive en Formule 1 dans une écurie qui désire sortir des ténèbres, à savoir Williams. Même si la saison ne sera pas un succès pour l’équipe britannique, Russell pourra apprendre les rudiments du métier sur une saison complète. Ainsi, il attirera le regard de Mercedes, dont il est membre depuis quelques saisons (comme pilote de l’académie).

RENAULT SPORT F1 TEAM

27- Nico hulkenberg (allemagne)

Classement 2018: 7e, 69 pts 

L’Allemand en sera à sa troisième saison avec Renault. Ayant terminé régulièrement dans les points, il a aidé Renault à terminer quatrième au classement des constructeurs, en 2018. De plus, il a sacré symboliquement champion de la Formule 1.5, inventée pour représenter le peloton sans Mercedes, Ferrari et Red Bull. N’ayant toujours pas obtenu de podiums en F1, le Grand Prix d’Azerbaïdjan était l’occasion rêvée de goûter au champagne, mais une rencontre avec le mur a mis fin au rêve, comme en 2017. 2019 sera tout un défi pour le champion des 24 Heures du Mans 2015, car il aura le très fiable Daniel Ricciardo comme coéquipier.

3- Daniel Ricciardo (Australie)

Classement 2018: 6e, 170 pts

Après dix ans passées dans le giron de Red Bull, Daniel Ricciardo part pour se retrouver chez un manufacturier comme Renault. Bien qu’il aura un coéquipier expérimenté en Nico Hulkenberg, l’Australien voudra sûrement répéter l’exploit de Lewis Hamilton, qui avait le saut chez Mercedes en 2013 (on connaît la suite) en provenance de McLaren.

RED BULL toro rosso honda (red bull red bull honda)

26- Daniil Kvyat (Russie)


Robert Kubica n’est pas le seul pilote à effectuer un retour en Formule 1. Daniil Kvyat revient chez Toro Rosso, cinq ans après ses débuts avec le club-école de Red Bull. Entre 2014 et 2017, le Russe eut énormément de changements de poste. En 2015, il est passé chez Red Bull Racing, avant d’être rétrogradé avant le Grand Prix d’Espagne 2016 (que Max Verstappen, ayant fait le chemin inverse, remporta). En 2017, il perdit son volant aux dépends de Pierre Gasly et de Brendon Hartley. L’année dernière, Kvyat occupait un poste de pilote de développement chez Ferrari, avant d’accepter de piloter à nouveau pour Toro Rosso.

23- Alexander Albon (THAÏLANDE)

Classement 2018: recrue

Natif de Londres, Alexander Albon participera à la saison 2019 sous les couleurs de la Thaïlande. Il est donc le premier pilote d’origine thaïlandaise en F1 depuis le Prince Bira, en 1954. Étant le pilote le moins expérimenté du plateau, Albon sort d’une saison remarquable en Formule 2, finissant troisième au championnat. Le jeune pilote de 23 ans revient dans la filière Red Bull, qu’il avait quittée en 2012. À l’origine, Albon devait participer à la saison 5 de Formule E avec Nissan e.dams, mais Dr. Helmut Marko (directeur du programme de développement des jeunes) ne le rapatrie.

McLaren F1 TEAM

55- cARLOS sAINZ (espagne)

Classement 2018: 10e, 53 pts

Carlos Sainz effectue le même parcours que son idole, Fernando Alonso. Le jeune Espagnol a commencé sa carrière F1 avec Toro Rosso (anciennement Minardi), avant de passer chez Renault… pour aboutir chez McLaren. Il ne lui manque plus qu’un passage chez Ferrari et une participation au Indy 500 et aux 24 Heures du Mans! Blague à part, Sainz a impressionné chez Renault, par sa fiabilité, sa rapidité et son intelligence. Son arrivée chez McLaren pourrait bénéfique pour une écurie qui en a arraché en 2018.

4- Lando Norris (Grande-Bretagne)

Classement 2018: recrue

Considéré comme le prochain Lewis Hamilton, Lando Norris imitera le quintuple champion du monde en commençant sa carrière avec McLaren. Excellent dans les catégories junior, le Britannique de 19 ans a connu une campagne difficile en F2. Il menait le championnat, mais a perdu les commandes en cours de saison, avant de terminer deuxième derrière George Russell. Néanmoins, Norris a convaincu McLaren qu’il pouvait remplacer Stoffel Vandoorne, grâce à ses performances lors des essais avec l’écurie.

haas f1 team

8- romain grosjean (france)

Classement 2018: 14e, 37 pts

À sa quatrième saison avec Haas, Romain Grosjean n’aura pas le choix de rester constant.  Ayant passé la première moitié de la saison 2018 sans marquer de points, le Français s’est très bien repris dès le Grand Prix d’Autriche, terminant quatrième. Ses présences répétitives en Q3 et sa constance dans la deuxième moitié d’année fut suffisante pour que Haas le garde en 2019. Maintenant, il devra délivrer la marchandise.

20- kevin magnussen (danemark)

Classement 2018: 9e, 56 pts

Ayant eu la réputation de « mauvais garçon de la F1 », Kevin Magnussen a prouvé à plusieurs personnes le contraire. Le Danois est resté régulier, lui valant une belle prolongation de contrat de plusieurs saisons avec Haas. Avec une très bonne voiture, Magnussen pourrait devenir la tête d’affiche par excellence de la guerre du milieu de peloton.

ALFA ROMEO SAUBER f1 team Racing

7- Kimi Raikkonen (Finlande)

Classement: 3e, 251 pts

Kimi Raikkonen retrouve Sauber Alfa Romeo, 18 ans après avoir effectué ses débuts en F1 avec l’équipe d’Hinwil, en Suisse. Le Finlandais sort d’une saison remarquable avec Ferrari, terminant troisième au championnat des pilotes. Ses faits saillants qu’on retiendra sont sa pôle position au Grand Prix d’Italie, le permettant de devenir l’homme au tour le plus rapide de l’histoire, et sa victoire exceptionnelle au Grand Prix des États-Unis, mettant fin à une disette de cinq ans sans triomphe. Retourner chez Sauber/Alfa Romeo lui permettra de se rapprocher de son domicile, en Suisse.

99- Antonio Giovinazzi (Italie)

Classement 2017: recrue

Pour la première fois depuis 2011, on aura un pilote italien pendant une saison complète de Formule 1. En effet, Antonio Giovinazzi a été embauché par Sauber/Alfa Romeo Racing pour remplacer Charles Leclerc (Giovinazzi et Leclerc sont des membres de l’académie de pilotes Ferrari). Bien qu’il disputera une campagne complète, le natif de Martina Franca a participé à deux Grands Prix, en 2017. Il remplaçait un Pascal Wehrlein blessé chez Sauber. Son meilleur résultat est une douzième place en Australie. Le vice-champion de GP2 (Formule 2 aujourd’hui) en 2016 aura donc une meilleure préparation qu’il y a deux ans.