Les futures vedettes de la F1: qui sont-elles?

Avec la présence de pilotes comme Max Verstappen, Charles Leclerc, Pierre Gasly et Esteban Ocon (s’il a un volant pour 2019), la Formule 1 regorge déjà de jeunes talents prêts à devenir champions du monde. Cependant, il y en a d’autres qui pourraient bien les rejoindre, tôt ou tard. Voici un portrait de ces futures étoiles montantes du sport.

Lando Norris (Grande-Bretagne)

Image: Lando Norris/YouTube

Parmi ceux qu’on vous présentera, Lando Norris est celui qui a déjà un volant en Formule 1. Le Britannique de 19 ans pilotera chez McLaren, aux côtés de Carlos Sainz, dès 2019. Avant d’atteindre ce niveau, Norris a été champion presque partout où il est passé. En trois saisons, il a remporté les championnats de Formule 4 britannique(2015), les Formules Renault Eurocup et Northern Europe (2016), la Toyota Series (2016) et la Formule 3 européenne (2017).

Norris avec son boss, Zak Brown. (Image: WTF1/YouTube)

En ce moment, Norris lutte pour le titre en Formule 2, occupant le deuxième rang du classement, derrière George Russell.

Le succès et l’ascension rapide du Britannique laissent penser à certaines personnes qu’il pourrait devenir le prochain Lewis Hamilton. Ironiquement, les deux ont commencé en F1 avec McLaren et avec un Espagnol comme coéquipier (Fernando Alonso était le collègue d’Hamilton, en 2007).

Lando Norris, lors des essais libres du Grand Prix de Belgique 2018.

Lors du Grand Prix d’Australie, en mars prochain, Norris deviendra le plus jeune Britannique à participer à une course de Formule 1 (à 19 ans et 124 jours), battant la marque de Jenson Button (20 ans et 53 jours, en 2000). Bien que ce sera son année recrue en 2019, le jeune homme a déjà testé la McLaren à plusieurs reprises. Cette année, il a pris part à deux séances d’essais libres, en Belgique et en Italie. De plus, il s’est permis de se classer deuxième derrière Sebastian Vettel, lors des tests privés suivant le Grand Prix de Hongrie, vers la fin du mois de juillet 2017.

Norris en F2, à Silverstone. (Image: Jen_ross83/Flickr)

En piste, Lando Norris est une bête. En effet, il est capable d’effectuer des dépassements spectaculaires, comme il nous le prouve en Formule 2, cette saison. Il se débrouille très bien sous la pluie et peut enregistrer des temps au tour très rapide. Pour ce dernier aspect, il a justifié cet atout, lors des 24 Heures de Daytona de cette année. Il était tout aussi rapide que son équipier, Fernando Alonso. ce dernier l’a louangé pour sa régularité aux chronomètres.

Peu importe comment la McLaren de la saison prochaine se comportera, Norris va attirer l’attention des amateurs de Formule 1.

George Russell (Grande-Bretagne)

Image: The Inside Line/YouTube

À l’instar de Lando Norris, George Russell a connu du succès dans les rangs juniors. Après avoir remporté des championnats nationaux en karting, le grand pilote originaire de Norfolk a fait le saut en Formule Renault 2.0 en 2014, où il termina quatrième au classement général. Entre temps, il remporta le championnat de Formule 4 britannique, grâce à cinq victoires en 24 courses.

En 2015, il signa avec Carlin pour disputer la saison de Formule 3 européenne. Il inscrivit une victoire et trois podium, finissant sixième au championnat des pilotes (derrière un certain Lance Stroll). L’année suivante, il tripla son nombre de succès dans cette catégorie et parvint à se classer troisième. Malgré la dominance de Stroll en 2016, le pilotage de Russell impressionna ART Grand Prix et le signa en GP3 pour 2017.

George Russell au volant de la Force India de Sergio Perez, lors du Grand Prix du Brésil 2017. (Image: The Inside Line/YouTube)

ART eut raison de croire en lui, car Russell devint champion de la série GP3, succédant ainsi à Charles Leclerc. De plus, il prit part à deux séances d’essais libres: la première avec Force India, au Brésil; la deuxième, à Abu Dhabi, avec Mercedes, qui l’avait signé dans leur programme de développement de jeunes pilotes en janvier 2017.

Russell en Formule 2. (Image: PA)

Actuellement, le pilote de 20 ans mène le championnat de Formule 2, devant Norris. Il compte cinq victoires, ayant triomphé à Monza récemment. Malgré certains pépins mécaniques l’ayant affecté (surtout lors de la première course à Budapest), le grand Britannique (littéralement) tient le coup et offre de fil à retordre à son jeune compatriote.

Russell a démontré à ses employeurs qu’il est prêt pour la Formule 1 dès maintenant. Il ne manque plus qu’à Mercedes de lui trouver une écurie qui peut l’accueillir et le soutenir. Sera-t-il le remplaçant de Lance Stroll chez Williams, la saison prochaine?

Daniel Ticktum (Grande-Bretagne)

Image: Dan Ticktum/YouTube

Il n’a peut-être pas le même palmarès que ses deux compatriotes mentionnés ci-dessus, mais Daniel Ticktum a certainement ce qu’il faut pour se rendre en Formule 1.

Ticktum a remporté quatre championnats britanniques de karting en 2011. Quatre ans plus tard, il se joint la Formule MSA (en Grande-Bretagne), où il mène le championnat jusqu’à l’épreuve de Silverstone. Lors de cette fin de semaine de course, Ticktum dépassa dix véhicules et ignora une douzaine de drapeaux jaunes pour heurter volontairement Ricky Collard.

Suite à cette rage au volant, l’Anglais fut banni de la course automobile pour deux ans, mais la deuxième année fut en sursis.

À son retour en compétition, Ticktum participa aux dernières courses de la saison 2016 de Formule 3 européenne. Des trois courses disputées à Hockenheim, son meilleur résultat fut une treizième place, lors de la première.

En 2017, l’écurie française DAMS le recruta pour six épreuves et Ticktum réussit à monter sur le podium, lors du Grand Prix d’Abu Dhabi (troisième place).

Son grand fait saillant est d’avoir remporté le fameux Grand Prix de Macau, en novembre dernier, au terme d’une finale renversante.

Ticktum en action, lors du Grand Prix de Macau 2017. (Image: Dan Ticktum/YouTube)

Cette année, il est en pleine lutte avec notre prochaine vedette sur la liste, pour le championnat en F3 européenne. Il compte quatre victoires, cinq pôles positions et un meilleur tour. Avec une ronde à faire, Ticktum a de bonnes chances d’être sacré champion cette saison.

Malgré sa bourde impardonnable en 2015 à Silverstone, Red Bull a offert au Britannique une deuxième chance de se faire valoir. Depuis son retour, il n’a jamais déçu, comme son palmarès en F3 le démontre en ce moment.

À 19 ans, Dan Ticktum a encore le temps de se développer et d’être une bête de course. Retenez bien ce nom!

Mick Schumacher (Allemagne)

(Image: FIA F3 Europe/Youtube)

Ladite prochaine vedette en question est nul autre que Mick Schumacher. Le jeune Allemand est le fils de Michael Schumacher, septuple champion du monde de Formule 1.

Quand il a débuté sa carrière de pilote, il empruntait le nom de famille de sa mère, Betsch, afin d’éviter d’attirer l’attention de la presse. En 2014, il utilisa « Junior » comme nom de famille.

Bien qu’il ait un nom très populaire dans l’univers de la course automobile, Mick Schumacher s’est démarqué avec son pilotage en karting. En effet, il a terminé troisième dans les championnats allemand et européen en 2011 et en 2012, en plus d’une deuxième place chez les juniors allemands en 2014.

Lors de sa première année dans les formules, en 2015, Schumacher remporta une course en Formule 4 allemande. La saison suivante, il jumela la F4 germanique à celle italienne. Dans les deux cas, il termina vice-champion, avec l’écurie Prema, bien connue pour leurs relations avec la Scuderia Ferrari.

L’an dernier, il s’est joint à la F3 Europe, toujours avec Prema. Pour sa première campagne, Schumacher s’est permis de monter sur le podium une fois (Monza 2).

Image: Getty

Pour cette saison, il a complètement explosé. Après un début de saison timide, Schumacher s’est mis à récolter les victoires. Les 8 et 9 septembre derniers, il a balayé la ronde au Nurburgring, gagnant les trois courses. Le dernier pilote à réussir un tel exploit était Lance Stroll en 2016. Schumacher s’est même permis de remporter cinq courses consécutives. Il détient une avance de 49 points sur Daniel Ticktum, avec une manche à disputer (Hockenheim les 13 et 14 octobre prochains).

Même en portant un nom légendaire, Mick se démarque par son pilotage, surtout après une première année d’apprentissage en F3 Europe. En remportant ce championnat ou pas, il n’y aura aucun doute qu’il fera le saut en Formule 2, dès l’an prochain. Espérons-le.

 

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *