Formule E 2018-19: une saison excitante en vue?

En manque de course automobile, parce que la saison de Formule 1 est terminée? N’ayez crainte, car une nouvelle campagne du championnat de Formule E débutera le 15 décembre, en Arabie Saoudite. Le Bulletin F1 vous offre un aperçu de la saison 5 de la série 100% électrique.

La Gen2: une beauté en piste

Crédit photo: KAgemnon, Wikimedia Commons

La saison 5 du championnat de Formule E marquera le début d’une nouvelle ère, avec la Gen2, le bolide officiel de la série électrique.

Conçue par Dallara, la Spark SRT05e (le nom officiel du châssis) est une monoplace qui se veut plus rapide et plus puissante. En effet, la Gen2 atteint les 100 km/h en 2,8 secondes et une vitesse maximale de 280 km/h, en plus d’emmagasiner jusqu’à 250 kW d’énergie (contre les 200 du modèle précédent). Avec le surplus de puissance, la période des changements de voiture en pleine course est désormais révolue. Les pilotes devront rouler avec le même bolide pour l’entièreté de l’épreuve.

Comme en Formule 1, la Gen2 comporte un Halo, l’arceau de protection de la tête du pilote. Par contre, on retrouve des lumières LED qui permettront d’afficher le mode d’énergie utilisé. On vous expliquera quels sont ces modes dans quelques lignes. Adieu, aileron arrière! Il est remplacé par deux ailettes qui se rejoignent vers le capot moteur. Les batteries sont conçues par McLaren Applied Technologies et seront implantées dans tous les véhicules du championnat.

Plus de puissance, plus d’Attaque

Le Halo, obligatoire en 2018-19, s’illuminera lorsqu’un pilote activera un mode de puissance (Crédit photo: ABB Formula E)

Avec un surplus d’énergie, nous serons en mesure de voir les pilotes effectuer autant d’attaques en piste, voire plus. Pour cette saison, on verra l’introduction du mode ATTACK, aussi appelé le mode « Mario Kart ». 

Le mode ATTACK est un dispositif qui permet de déclencher une puissance supplémentaire de 25 kW (en mode normal, la Gen2 détient 200 kW). Avant tout, le pilote doit passer dans une zone indiquée sur la piste et l’utiliser dès le troisième tour. La zone en question se retrouve à l’extérieur d’un virage. Le pilote perd un peu de temps, la partie extérieure étant plus longue que l’intérieur, mais il pourra attaquer son concurrent ou se rapprocher de lui. Pour reconnaître l’usage du mode, le Halo sera illuminé en bleu poudre. De plus, la zone du mode ATTACK sera dévoilée une heure avant le début du E-Prix par la direction de course.

Fanboost

En plus de ce mode, le fameux Fanboost reviendra an action. Cette fois-ci, cinq pilotes (au lieu de trois) pourront obtenir un supplément d’énergie de 25 kW. Comment? Ce seront les fans qui voteront sur le site de la Formule E pour les cinq méritant de recevoir de la puissance en extra. Ils ont six jours pour délibérer. Les récipiendaires du Fanboost sera annoncé lors de la 15e minute et le système deviendra disponible à la 22e minute. 

Pour reconnaître un participant utilisant le Fanboost, le Halo ornera le magenta. Les pilotes activeront le système pour une attaque ou pour défendre leur position face à leur adversaire.

Il sera même possible de jumeler les deux modes de puissance, permettant au véhicule d’atteindre les 250 kW maximales.

Compter le temps, pas les tours

Crédit photo: Panasonic Jaguar Racing

Le format d’une course de Formule E changera en 2018-19. Au lieu d’avoir des tours, un E-Prix durera 45 minutes, avec un tour supplémentaire. Cela forcera les pilotes à gérer l’énergie se retrouvant dans leur véhicule, en plus de rendre les courses plus agréables.

Trois nouvelles villes

Le calendrier 2018-19 de Formule E compte treize épreuves dans douze villes. Trois d’entre elles accueilleront la série pour la première fois: Riyad (Arabie Saoudite), Sanya (Chine) et Berne (Suisse).

Riyad sera la première course du championnat, malgré la controverse entourant le climat politique et social en Arabie Saoudite. Tout de suite après la course, il y aura des essais privés sur la même piste, qui réunira sept femmes dans les onze écuries du plateau

Située aux bords de la Mer de Chine méridionale, Sanya est devenue une destination de luxe pour les Chinois. Elle sera aussi le terminus de la tournée asiatique de la saison 2018-19, le 23 mars prochain. Cela représentera aussi le retour en Chine pour la Formule E. 

Quant à Berne, elle remplacera Zurich comme hôte d’un E-Prix en sol suisse, le 22 juin. Zurich avait décidé de passer leur tour, car les instances de la ville helvète jugeaient l’organisation d’un tel événement trop chargée.

Retour de Monaco

Crédit photo: Michelin/Flickr

La série reviendra à Monaco, comme c’est le cas à chaque deux ans. La Formule E alterne avec le Grand Prix historique de Monaco, tenu deux semaines avant la course de Formule 1. 

Avec l’arrivée de la Gen2, beaucoup se demandaient si la version complète du circuit de Monte-Carlo (3,340 km) serait utilisée. Malheureusement, non. Les pilotes continueront de prendre la piste raccourcie, qui rejoint la Nouvelle Chicane

nouveaux pilotes et nouvelles écuries

Felipe Massa, une des recrues du championnat (Crédit photo: FIA Formula E)

Cette année, de nouveaux visages viennent s’ajouter à la saison 5 de la Formule E, autant chez les pilotes que chez les écuries.

Nissan s’amène en Formule E, à la place de Renault. (Crédit photo: Nissan NISMO/Flickr)

Deux manufacturiers feront leur entrée dans le championnat 100% électrique: Nissan et BMW. Dans le cas de Nissan, la marque japonaise remplace Renault, qui a décidé de se concentrer sur la F1. Elle poursuit donc l’association avec DAMS, présente depuis les balbutiements de la série. Quant à BMW, elle entre officiellement comme écurie, mais elle continue de coopérer avec Andretti Autosport.

Une troisième équipe se joint au party: HWA. La filière de Mercedes entrera comme écurie et comme partenaire technologique avec Venturi. 

Deux écuries ont changé de groupes motopropulseurs, au cours de la saison morte. Avec le retrait de Renault de la Formule E, Techeetah est passé avec DS Automobiles (affiliation de Citroën), auparavant associée avec Virgin Racing. Cette dernière aura désormais un groupe motopropulseur de marque Audi.

  • Le champion de DTM (voitures de tourisme allemandes) 2018, Gary Paffett, et Stoffel Vandoorne seront les pilotes chez HWA pour la campagne.
  • Chez BMW, le Britannique Alexander Sims fera ses débuts en FE, aux côtés d’Antonio Felix Da Costa.
  • L’ex pilote de Formule 1, Felipe Massa, se joint à Venturi. Il remplace le Français Tom Dillmann, parti chez NIO. Il aura son ancienne coéquipière chez Williams, Susie Wolff, qui agit maintenant comme directrice de l’écurie.
  • Le jeune Allemand Maximilian Gunther est la nouvelle acquisition de Dragon Racing, écurie dirigée par Jay Penske (le fils du grand Roger Penske). Gunther participait à la saison 2018 de Formule 2, gagnant une course à Silverstone. 
  • Le Néerlandais Robin Frijns revient en Formule E, mais avec Virgin Racing, en remplacement de l’Anglais Alex Lynn. Frijns a pris part à deux saisons avec Andretti (2015-16 et 2016-17).
  • Pascal Wehrlein prendra le volant de Felix Rosenqvist chez Mahindra en 2018-19, qui tentera l’expérience de l’IndyCar avec Chip Ganassi Racing. Par contre, Rosenqvist sera de l’épreuve inaugurale à Riyad, parce que Wehrlein est encore sous contrat avec Mercedes jusqu’à la fin de l’année 2018. Le Belge Jérôme D’Ambrosio quitte Dragon Racing pour se joindre à l’équipe indienne, à la place de Nick Heidfeld, relégué au titre de réserviste.
  • Si Nissan e.dams pourra toujours compter sur Sebastien Buemi, l’écurie japonaise n’a pu retenir les services d’Alexander Albon. En juillet, Albon avait signé un contrat, mais Toro Rosso l’a approché pour conduire en Formule 1, en 2019. Le Thaïlandais ne pouvant refuser l’offre, il fut libéré par Nissan. C’est donc Oliver Rowland qui remplacera Albon.

Un nouveau champion?

Lucas Di Grassi, champion la saison 2016-17 de Formule E (Crédit photo: LAT Images)

En quatre saisons, la Formule E a couronné quatre champions: Nelson Piquet Jr (2014-15), Sébastien Buemi (2015-16), Lucas Di Grassi (2016-17) et Jean-Éric Vergne (2017-18). Est-ce qu’on aura un nouveau roi de la course électrique? Est-ce que un de ces quatre pilotes deviendra double champion? On le saura à l’issue du dernier E-Prix de la campagne: à New York, le 14 juillet prochain.

Pour connaître les horaires de diffusion des courses de Formule E, cliquez ici.

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *