F1 2019: enfin un vrai jeu de F1?

Le jeu vidéo officiel de la Formule 1, F1 2019, est sorti officiellement le 28 juin dernier. L’opus, conçu par Codemasters, comporte plusieurs nouveautés. Or, Abdou Sall a essayé le jeu et s’est transformé en critique de jeu temporaire.

Pour la première fois depuis l’obtention de la licence de la Formule 1, Codemasters a décidé de lancer F1 2019 deux mois plus tôt que d’habitude. Cela représente un excellente opportunité pour les amateurs de jouer pendant l’été. Au moment d’écrire ces lignes, j’ai déjà complété une dizaine de courses en mode solo et en ligne.

L’ajout de la Formule 2

Une des grosses nouveautés dans ce jeu est l’addition de la Formule 2. La série de soutien, antichambre de la F1, apparaît dans un jeu officiel pour la première fois de son existence. Elle est intégrée au mode Carrière, avec un scénario.

Course 1 du mode carrière en Formule 2: marquer des points, malgré un pépin mécanique.

Avec le pilote que vous avez créé, vous devrez compléter trois courses de la saison 2018 de F2, sous forme de défis selon l’épreuve. En effet, votre personnage se bat pour remporter le titre contre votre coéquipier, l’Allemand Lukas Weber, et l’Anglais Devon Butler. Ce dernier, le rival principal, est un très bon jeune pilote, mais a un caractère assez détestable.

Le rival (et enfant de nanane), Devon Butler (gauche) et Lukas Weber, votre coéquipier (droite). Ces deux personnages vous suivront durant toute votre carrière, dans F1 2019.

Si vous avez trois épreuves pour fermer la trappe à cette tête enflée de Butler, ce ne sont pas des fins de semaines complètes. En Espagne, vous avez un ennui mécanique et on vous demande de laisser passer Weber, plus rapide que vous. Quelques Grands Prix plus tard, en Autriche, Butler brise votre aileron avant. Après un passage aux puits pour changer la pièce, il faudra rendre la monnaie de la pièce à Butler: finir devant lui. Finalement, à la dernière course, à Abu Dhabi, Devon et vous serez à égalité. Celui finissant devant deviendra champion…

J’aurais aimé participer à la saison de F2, complète ou partielle, au lieu d’avoir un scénario pré-établi. Néanmoins, avoir une histoire autour des personnages de Devon Butler et de Lukas Weber représente un pas dans la bonne direction, en matière de diversification du mode Carrière.

Actuellement, on retrouve les pilotes et bolides de l’édition 2018, mais la mouture 2019 sera ajoutée au jeu d’ici les prochaines semaines. Cela devrait inclure la légende Mahaveer Raghunathan.

Un mode carrière légèrement plus intéressant

L’ajout de la Formule 2, dans F1 2019, aura beaucoup d’impact dans votre rêve de devenir pilote de Formule 1. Même si vous ne parvenez pas à être sacré champion de F2 (et à battre ce (CENSURÉ PAR LA FOM) de Devon Butler), les chances de vous trouver un baquet parmi l’élite restent élevées. Cependant, vos performances lors des trois mini-scénarios seront examinées par les écuries de F1. Ces dernières démontreront un certain intérêt, en fonction de vos résultats.

Cela est en lien avec une autre nouveauté, cette année: votre pilote aura l’occasion de se joindre à une académie de pilotes. Comme dans plusieurs programmes réels, vous serez parrainé par une écurie (ex.: le programme de Red Bull, où vous pourriez commencer avec Toro Rosso).  Vous avez aussi l’opportunité de ne pas être soutenu et, ainsi, d’être un excellent agent libre.

Surprise: Butler ET Lukas Weber vous suivent en F1! Cependant, les deux vont avec des écuries différentes. Dans ma carrière, Butler a signé avec Rich Energy Haas F1 Team («Qui se ressemble s’assemble»). Quant à Weber, il remplace Carlos Sainz chez McLaren. Or, on se retrouve avec SIX pilotes provenant de la F2 (dont George Russell, Lando Norris et Alex Albon).

À partir du premier Grand Prix de la saison, en Australie, le parcours en mode Carrière devient similaire à la version 2018 de F1 2019. Les mêmes personnages non-joueurs sont de retour: la journaliste Claire, votre manager personnel Emma et Jeff l’ingénieur de piste. Les mêmes programmes, permettant de récolter des points de développement pour la voiture, n’ont pas changé. Ces trucs sont, très honnêtement, redondants.

Mode Carrière: jeu différent, même programme d’entraînement…

Par contre, ce qui n’est pas redondant est l’IA. Cette année, l’ordinateur est plus puissant que les dernières éditions. Cela fait du bien, car je trouvais qu’il y avait une certaine facilité à dépasser les pilotes IA. Maintenant, ils offrent de beaux duels et peuvent vous piéger de manière intelligente. Dans la vidéo ci-dessous, j’ai dû me battre contre Pierre Gasly. Dans F1 2018, il se serait rétracté après le dépassement (peu importe le niveau de difficulté).

Certes, j’ai complété deux Grands Prix, jusqu’à présent, mais j’ai hâte à la fin de ma première saison. Pourquoi? Car, pour la première fois, il y aura des transferts de pilotes! Oui, il se pourrait très bien que Sebastian Vettel décide de quitter Ferrari pour aller chez Mercedes. Pire: qu’un pilote Red Bull se retrouve chez Rich Energy Haas!

Ce processus est une première, car, auparavant, il existait des droits de licence reliés aux mouvements de pilotes vers d’autres écuries. Par exemple, vous pouviez faire dix saisons et avoir Kimi Raikkonen chez Ferrari, alors qu’il serait encore à l’emploi chez les Rouges jusqu’en 2028.

F1 2019 en ligne…

FINALEMENT! Dans F1 2019, on peut personnaliser nos voitures pour les courses en ligne!

Dans mon cas, j’ai choisi de rouler en ligne avec les couleurs de l’Impact de Montréal. Un rêve d’enfance enfin réalisé! Mille mercis, Codemasters! Il est possible de personnaliser notre voiture, mais, pour ce faire, il faut tout simplement piloter contre des adversaires réels. Sinon, il y a la possibilité d’acheter des livrées dans le magasin virtuel de votre console préférée et, ensuite, de changer les couleurs.

Ne vous attendez pas, toutefois, à créer votre propre livrée comme dans Gran Turismo Sport ou dans Forza Motorsport.

Le contenu en ligne a été amélioré, rendant l’expérience légèrement agréable. J’ai participé à quelques courses et, honnêtement, le niveau n’a pas changé. Par contre, l’ajout du mode « Ligue » pour les groupes d’amis est une très bonne idée.

Cela permettra aux grands adeptes de la course multijoueur de garder contact avec leurs potes… et peut-être de se pratiquer pour les sélections esports de la F1. En effet, Codemasters a ajouté une section « F1 ESports », permettant aux fans de se qualifier pour le championnat officiel 2020.

En plus, il est désormais possible participer à un Grand Prix hebdomadaire, avec un horaire pré-établi. Cela inclut les essais libres, les qualifications et la course. Bref, un weekend de Grand Prix habituel. Je vois que Codemasters met beaucoup plus l’accent sur le multijoueur, comme EA Sports le fait avec FIFA (lol).

Un contenu riche pour les nostalgiques (et les néophytes)

La Ferrari F10 de 2010: nouvelle addition au contenu classique.

En 2019, Codemasters célèbre leurs 10 ans comme producteur du jeu officiel de la Formule 1. Pour l’occasion, la compagnie britannique a décidé d’inclure deux voitures de l’édition 2010: la McLaren MP4-25, conduite par Lewis Hamilton et Jenson Button, ainsi que la Ferrari F10, bolide dans laquelle Fernando Alonso est passé proche de devenir triple champion du monde. Ces deux monoplaces rejoignent la Red Bull RB6, ajoutée pour F1 2017, ainsi que quelques autres F1 classiques présentes dans les anciens opus.

De plus, Codemasters s’est permis d’ajouter l’édition Légendes, avec la mise en accent de la célèbre rivalité entre Ayrton Senna et Alain Prost. Parue trois jours avant la version originale, cette extension, disponible en téléchargement payant. vous permet de vous mettre dans la peau de ces deux légendes. À bord de la Ferrari F1-90 de Prost ou de la McLaren MP4-5B de Senna, vous aurez la chance de recréer quelques scénarios de ce duel épique. Aussi, vous obtenez la voiture multijoueur, des casques et des combinaisons aux couleurs des deux belligérants. Classe!

Malheureusement, j’ai décidé de ne pas acheter cette version, mais je félicite Codemasters d’avoir obtenu la licence de la « marque » d’Ayrton Senna et de permettre aux plus jeunes (et surtout peut-être aux plus vieux) de (re)découvrir cette légende de la F1.

On compte donc plus d’une vingtaine de voitures classiques à piloter autant en mode solo qu’en ligne! Comble de joie, il y a un musée virtuel pour regarder les F1 actuelles et classiques, ainsi que les F2!

Dans le musée virtuel, on peut découvrir l’histoire derrière TOUTES les voitures présentes dans le jeu.

Verdict

Avec un lancement précoce, Codemasters avait un énorme défi pour rendre leur opus meilleur que le précédent. Pour l’instant, je trouve que la mission est accomplie. Enfin, on a le sentiment de conduire une Formule 1, avec un IA plus relevé qu’avant, une meilleure conduite et des graphiques légèrement améliorées.

L’arrivée de la Formule 2 dans le jeu est un gros plus, pour moi. On peut enfin s’imprégner dans la peau d’un pilote tentant d’accéder à l’élite de la course automobile. Cependant, c’est dommage qu’on n’ait aucunement l’option de disputer une saison complète. Après tout, une campagne de F2 est plus courte que celle de F1…

Je suis très impressionné par les améliorations apportés au mode en ligne du jeu. La personnalisation de la voiture multijoueur permet au joueur de gagner des courses… avec leurs propres couleurs. Bien que je préconise la joute solo, F1 2019 me permettra de concentrer sur l’aspect en ligne un peu plus.

Cependant, je ne suis pas un grand fan du côté graphique de F1 2019. J’ai complètement l’impression de jouer à l’édition 2018, mais avec des pneus mieux modélisés. L’aspect nocturne des courses (Bahreïn, Singapour et Monaco en mode nuit) est meilleur, mais ne se limite qu’à cet adjectif. Avec l’arrivée de la PS4 Pro et de la Xbox One X, je m’attendais à un graphisme plus poussé.

En bref, j’ai cru avoir eu le sentiment de jouer à F1 2018, version 2.0, mais ça ne paraît vraiment pas! Oui, le mode Carrière reste pareil, en enlevant la F2 et le transfert de pilotes, mais F1 2019 se démarque de ses anciens opus.

Pour répondre à la question Enfin un vrai jeu de F1? On se rapproche du jeu ultime!

NOTE: 8.5/10

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *