Les écuries

En 2019, dix écuries se battront pour devenir champion du monde des constructeurs. Pour ce faire, une des neufs équipes devra mettre fin au règne de Mercedes. Depuis le début de l’ère des V6 hybrides, en 2014, la marque étoilée a tout raflé. Ferrari est déjà prête à être devant eux au classement. Quant à Red Bull, elle change de moteur, passant de Renault à Honda. Comme en 2018, on pourrait assister à une guerre du milieu du peloton.

mercedes amg

Pilotes: 44- Lewis Hamilton (Grande-Bretagne) & 77- Valtteri Bottas (Finlande)
Classement 2018: 1er, 655 pts

Les champions en titre ont encore gagné en 2018. Par contre, ils ne l’ont pas eu facile, avec la compétition donnée par Ferrari, jusqu’à ce que des erreurs de stratégie et celle de Sebastian Vettel en Allemagne ne laissent la voie libre aux Flèches d’argent. Le duo de pilotes Hamilton-Bottas a été solide, malgré des consignes d’équipe.

Mercedes pourrait devenir la première écurie à remporter six championnats des constructeurs consécutives, éclipsant leur record et celui de Ferrari (5). C’est donc une motivation supplémentaire de rester au sommet.

ferrari

Pilotes: 5- Sebastian Vettel (Allemagne) & 16- Charles Leclerc (Monaco)
Classement 2018: 2e, 571 pts

Nous attendions tous impatiemment l’arrivée de l’étalon italien en piste à Barcelone. Sebastian Vettel nous avait promis un championnat plus serré que l’an dernier contre Mercedes. Ils ont travaillé très dur, malgré quelques soucis de fiabilité.

Aux yeux du nouveau directeur sportif de la Scuderia, Mattia Binotto, la SF90 est une révolution. Cette année, ce modèle comporte un rouge plus mat que son prédécesseur, maximisant les gains aérodynamiques. Ferrari n’a pas gagné de titres depuis 2008. Est-ce que 2019 sera l’année de la fin de cette disette?

red bull-Honda

Pilotes: 33- Max Verstappen (Pays-Bas) & 10- Pierre Gasly (France)
Classement 2018: 3e, 419 pts

Un nouveau jour vient de se lever à Milton Keynes. Après une décennie de partenariat avec Renault, Red Bull passe au moteur Honda. Ils comptent sur le concours du motoriste japonais, ainsi que de Toro Rosso, pour développer le groupe propulseur. Ce changement travaillera certainement la patience de Christian Horner et de Dr. Helmut Marko, habitués aux mots acerbes lorsque la performance n’est pas au rendez-vous. Le départ de Daniel Ricciardo chez Renault permet à Pierre Gasly d’être promu et d’offrir, avec Max Verstappen, un duo puissant.

renault

Pilotes: 27- Nico Hulkenberg (Allemagne) & 3- Daniel Ricciardo (Australie)
Classement 2018: 4e, 122 pts

Depuis leur retour comme constructeur en 2016, Renault ne cesse de progresser. Ayant terminé quatrième au classement des constructeurs, l’écurie française a accueilli Daniel Ricciardo dans leurs rangs.

Renault a comme objectif de réduire l’écart séparant le Losange du top 3, en plus de viser les premiers rangs d’ici 2021. Ils doivent être vraisemblablement contents de ne plus avoir Red Bull comme client, étant donné la fin de la relation assez toxique. L’écurie peut se concentrer sur les rattraper.

haas-ferrari

Pilotes: 8- Romain Grosjean (France) & 20- Kevin Magnussen (Danemark)
Classement 2018: 5e, 93 pts

Comme Renault, Haas ne cesse de progresser. L’écurie benjamine est arrivée en Australie, en 2018, en étant très forte… malgré deux arrêts aux puits ratés. Tout au long de la saison, Haas et Renault se sont livrés une bataille sans fin, remportée par les Français. Les Américains ont souffert de deux disqualifications, l’an dernier. Tout d’abord, Romain Grosjean a perdu une belle sixième place, en raison d’un plancher illégal (que Renault a détecté et déposé une plainte). Ensuite, Kevin Magnussen fut disqualifié pour un excès d’usage d’essence aux États-Unis.

Nouvellement commanditée par Rich Energy, une marque de boisson énergisante britannique, Haas a encore l’ambition de finir dans le top 4. Cette fois, ils sont prêts.

mclaren-renault

Pilotes: 55- Carlos Sainz (Espagne) & 4- Lando Norris (Grande-Bretagne)
Classement 2018: 6e, 62 pts

Lentement, mais sûrement. Oui, McLaren a connu une meilleure saison, en 2018, avec Renault qu’avec Honda, en 2017, mais elle en a complètement arraché dans plusieurs Grands Prix.

Tout comme certaines équipes de la Ligue nationale de hockey, McLaren est en phase de reconstruction. Fernando Alonso est parti à la conquête de la Triple couronne et Stoffel Vandoorne tente l’expérience de la Formule E. Or, nous avons un nouvel alignement en Carlos Sainz et Lando Norris, le plus jeune duo de l’histoire de cette célèbre écurie.

Zak Brown, PDG de McLaren, compte sur eux pour sortir l’équipe du fond du peloton. Ils ont des chances de le faire.

Racing Point-BWT mercedes

Pilotes: 11- Sergio Perez (Mexique) & 18- Lance Stroll (Canada)
Classement 2018: 7e, 187 pts

Nouveau nom, mêmes ambitions. Racing Point débute une nouvelle histoire, après avoir racheté Force India, mise en administration judiciaire pendant le Grand Prix de Hongrie 2018. Rachetée par Lawrence Stroll et un consortium d’hommes d’affaires canadiens, l’écurie basée à Silverstone s’attend à débuter la saison tranquillement, avant de mettre à jour le châssis et de le rendre au niveau supérieur.

Les conséquences du rachat par Lawrence Stroll? Son fils, Lance, se joint à Racing Point, aux dépens d’Esteban Ocon, relégué au rôle de réserviste chez Mercedes. Stroll aura Sergio Perez, désormais un rouage important de l’écurie.

alfa romeo Racing-ferrari

Pilotes: 7- Kimi Raikkonen (Finlande) & 99- Antonio Giovinazzi (Italie)
Classement 2018: 7e, 52 pts

Par l’entremise de Sauber, Alfa Romeo avait fait (non-) officiellement son retour en Formule 1, en 2018. Cette année, le nom de Sauber n’est plus présente sur la grille de départ. L’écurie s’appelle maintenant « Alfa Romeo Racing ».

Grâce aux performances exceptionnelles de Charles Leclerc et à l’aide remarquable de Marcus Ericsson l’année dernière, Alfa Romeo/Sauber a fini d’atteindre le fond du baril.

Les deux pilotes étant partis (Leclerc chez Ferrari, Ericsson en IndyCar), l’équipe d’Hinwil, en Suisse, fera confiance à Kimi Raikkonen, qui effectue un retour aux sources (une saison chez Sauber, en 2001), et à Antonio Giovinazzi, qui offre un meilleur soutien qu’Ericsson.

Toro Rosso-Honda

Pilotes: 26- Daniil Kvyat (Russie) & 23- Alexander Albon (Thaïlande)
Classement 2018: 9e, 33 pts

Toro Rosso a perdu James Key, directeur technique parti chez McLaren, mais a rapatrié Daniil Kvyat et Alexander Albon dans leur effectif. Elle voudra sûrement oublier la première année du partenariat avec Honda, qui fut difficile à quelques occasions.

Cependant, elle ne lâchera pas, même si l’écurie continuera de servir de cobaye à Red Bull, qui possède aussi le moteur nippon.

williams-Mercedes

Pilotes: 88- Robert Kubica (Pologne) & 63- George Russell (Grande-Bretagne)
Classement 2017: 10e, 7 pts

Par où commencer avec Williams?

Elle sort d’une saison 2018 absolument horrible, terminant dernier avec un maigre score de sept points. En plus, la FW42, leur nouveau châssis, est arrivé en retard à Barcelone, entraînant une absence de deux jours et demi aux essais hivernaux.

Pour couronner le tout, Paddy Lowe, leur directeur technique, a quitté temporairement le navire et on ne sait pas s’il va revenir. Ce n’est pas bon signe pour Robert Kubica, qui revient en Formule 1 après sept ans d’absence, et George Russell, champion en titre de Formule 2 (série antichambre de la F1).

Une chose est sûre: la saison de Williams sera très longue… à moins d’un miracle.