Les écuries

En 2018, dix écuries se battront pour devenir Champion du monde des constructeurs. Pour ce faire, une des neufs équipes devra mettre fin au règne de Mercedes. Depuis le début de l’ère des V6 hybrides, en 2014, la marque étoilée a tout raflé. Si Ferrari a presque réussi à être devant eux au classement, Red Bull voudrait faire de même, cette année. Quant aux autres écuries, on pourrait assister à une guerre du milieu du peloton.

mercedes amg

Pilotes: 44- Lewis Hamilton (Grande-Bretagne) & 77- Valtteri Bottas (Finlande)
Classement 2017: 1er (encore champions), 668 pts

W09 EQ Power+ (Crédits: Alberto Gonzalez Rovira, Flickr)

Les champions en titre ont encore gagné en 2017. Par contre, ils ne l’ont pas eu facile, avec la compétition donnée par Ferrari, jusqu’à ce que la malchance frappe le Cheval cabré (et que leurs deux pilotes se sont tapés entre eux à Singapour). Mercedes a tout de même admis que la W08 était un peu « diva », avec les nouveaux règlements aérodynamiques introduits l’an dernier.

Au grand malheur de leurs adversaires, les Flèches d’argent ont décidé de se concentrer sur leur déjà puissant groupe-propulseur. Ils l’ont retravaillé pour cette année, afin de le développer jusqu’en 2020, fin de la génération actuelle de moteurs. La route au cinquième championnat des constructeurs commencerait bien pour eux.

ferrari

Pilotes: 5- Sebastian Vettel (Allemagne) & 7- Kimi Raïkkönen (Finlande)
Classement 2017: 2e, 522 pts

SFH71 (Crédits: Alberto Gonzalez Rovira, Flickr)

Nous attendions tous impatiemment l’arrivée de l’étalon italien en piste à Barcelone. Sebastian Vettel nous avait promis un championnat plus serré que l’an dernier contre Mercedes. Ils ont travaillé très dur, bouclant 929 tours en 8 jours (7 et demi, en vérité).

Aux yeux du directeur technique de la Scuderia, Mattia Binotto, la SFH71 est une révolution. Cette année, ce modèle comporte beaucoup de changements fins, a gardé ses points forts… et est plus rouge que les dernières années. Faut croire que la fiabilité est présente, après les mésaventures de la fin de saison 2017. Ce calendrier 2018 risque d’être prometteur pour la Scuderia Ferrari.

red bull-tag heuer

Pilotes: 3- Daniel Ricciardo (Australie) & 33- Max Verstappen (Pays-Bas)
Classement 2017: 3e (ils aiment ça, le 3…), 368 pts

RB14 (Crédits: Artes Max, Flickr)

Attention: nous avons peut-être le joker du trio de tête! Red Bull, nouvellement associé à Aston Martin, a de grosses preuves à montrer. Après une saison 2017 mi-figue mi-raisin, l’écurie de Milton Keynes veut déranger Mercedes et Ferrari. Elle comptera sur Daniel Ricciardo et sur Max Verstappen pour tenter d’obtenir un cinquième championnat des constructeurs.

Les voitures nous ont tous surprises, lors de leur dévoilement. Leur livrée, un camouflage bleu marin et noir, était très appréciée des fans. Malheureusement, elle ne fut utilisée que pour un tournage à Silverstone. Malgré le châssis exceptionnel de la RB14, le moteur Renault (identifié Tag Heuer) reste moins performant que celui de Mercedes. L’écurie reste tout de même très optimiste et les résultats furent présents à Barcelone. Heureusement, on attend des améliorations pour Melbourne.

force india (pour le moment)-mercedes

Pilotes: 11- Sergio Perez (Mexique) & 31- Esteban Ocon (France)
Classement 2017: 4e, 187 pts

VJM11 (Crédits: Alberto Gonzalez Rovira, Flickr)

Les panthères roses sont revenues! Plus jolie que jamais, l’équipe d’origine indienne revient avec le coloré rose bonbon qui stimule l’œil. Avec Pirelli ayant sorti une gomme hypersoft, les Force India seront plus roses que jamais (c’est sûrement pour eux)

Le petit-petit fils de Jordan fut la dernière à présenter sa voiture, à Barcelone. Esteban Ocon et Sergio Perez restent tout de même très constants.

L’écurie opte encore pour le moteur hybride de Mercedes-Benz. Côté puissance et fiabilité, il n’y a rien a dire. Sur le plan de l’aérodynamisme, Force India réussit toujours à nous surprendre avec leurs nez extravagants, que Le Bulletin F1 surnomme « Pinocchio » (quasiment aussi gros que celui de Grosjean. On t’aime, Romain).

La guerre du milieu de peloton s’intensifiera, mais cette saison promet pour l’écurie. La vie devrait être plus rose en 2018.

williams-Mercedes

Pilotes: 18- Lance Stroll (Canada) & 35- Sergey Sirotkin (Russie)
Classement 2017: 5e, 83 pts

FW41
FW41 (Crédits: Alberto Gonzalez Rovira, Flickr)

La prestigieuse écurie britannique a décidé de miser sur la jeunesse (et encore sur l’argent, pour certains). Depuis le départ à la retraite de l’adorable Felipe Massa, Claire Williams a décidé de recevoir au lieu de donner. Elle a engagé le pilote russe Sergey Sirotkin, au lieu de Robert Kubica, au volant de la FW41. Vous verrez pour la dernière fois Martini sur les véhicules, leur association se terminant à la fin de la saison 2018.

Parlant de voiture, il s’agit du premier modèle dirigé par Paddy Lowe, depuis son retour chez Williams en 2017. Elle s’inspire de la Ferrari SF70 et un peu de la Mercedes W08. Ça change des bolides de 2015 à 2017, pratiquement pareils.

Les essais ne donnaient pas l’impression qu’il y avait du progrès. Robert Kubica est celui qui a réalisé le meilleur temps des pilotes Williams, mais ça ne veut rien dire. Tentons de voir les résultats de Lance Stroll et de Sergey Sirotkin. Surtout ceux de Sirotkin. Comme on dit: il faut laisser la chance au débutant (désolé Robert)!

renault

Pilotes: 27- Nico Hulkenberg (Allemagne) & 55- Carlos Sainz (Espagne)
Classement 2017: 6e, 57 pts

R.S.18 (Crédits: Alberto Gonzalez Rovira)

Forte d’une sixième place chez les écuries en 2017, l’équipe Renault veut prouver qu’elle continue de progresser. Outre le bon duo de pilotes en Nico Hulkenberg et Carlos Sainz, leur atout s’appelle Marcin Budkowski. L’ancien directeur technique de la FIA a signé avec les Français l’an dernier, causant une polémique dans le Grand Cirque.

Les essais en Catalogne ont été satisfaisantes, mais leur moteur montrait quelques ennuis de fiabilité. En principe, les soucis devraient disparaître pour l’Australie. Avec Budkowski comme employé et une rénovation dans les usines d’Enstone (en Angleterre) prête pour les manches en Europsse, il y a fort à parier que Renault pourrait offrir à Hulkenberg son fameux premier podium.

toro rosso-honda

Pilotes: 10- Pierre Gasly (France) et 28- Brendon Hartley (Nouvelle-Zélande)
Classement 2017: 7e, 53 pts

STR13 (Crédits: Alberto Gonzalez Rovira, Flickr)

Le duo Pierre Gasly – Brendon Hartley semblait excité de dévoiler leur nouveau bijou à la première journée des tests, avec un peu de presse. On vous comprend, messieurs! Après que l’entente entre ex-Minardi et Honda fut signée à la fin de la saison 2017, les souhaits de bonne chance devinrent sarcastiques. Beaucoup pensaient voir la fumée maudite sortir des capots-moteurs des STR. Erreur : Toro Rosso a prouvé que McLaren a eu tort: 822 tours enregistrés pendant les deux blocs d’essais. C’est presque le double que ce que le motoriste japonais a bouclé, l’an dernier (425). Il faut croire que ce n’est pas la fiabilité qui manquait à Barcelone.

La voiture fut très performante avec le moteur Honda et relativement fiable. De plus, elle a enregistré la quatrième meilleure vitesse de pointe des essais (333.3 km/h par Gasly). L’an dernier, McLaren-Honda roulait 10 km/h de moins que ses rivaux. C’est très bon signe! Avec les ennuis rencontrés pendant quatre jours, McLaren devait regarder Red Bull Jr. jalousement. Et si c’était eux le problème pendant trois saisons?

haas-ferrari

Pilotes: 8- Romain Grosjean (France) & 20- Kevin Magnussen (Danemark)
Classement 2017: 8e, 47 pts

VF-18 (Crédits: Alberto Gonzalez Rovira, Flickr)

Est-ce que l’écurie américaine serait le cheval noir du milieu de peloton, cette année? Les chiffres et les rapports des essais démontrent bien que ce sera le cas. Pour leur troisième saison en Formule 1, Haas veut faire aussi bien que la première. Le sixième meilleur chrono réalisé par Kevin Magnussen (en super-tendres) est peut-être indicateur des progrès réalisés, après une campagne 2017 difficile.

La VF-18, construite par Dallara, doit être un châssis plus stable que la VF-17. Pour ce faire, il a fallu le poids du bolide, afin de permettre une bonne distribution de lest. Les résultats prouvent que le régime commence à prendre effet.

La bataille pour la quatrième place au championnat risque d’être corsée pour le reste du plateau. Günther Steiner, le directeur général de Haas, a toujours confiance en son personnel et l’ambiance au sein de l’équipe est sereine. Haas F1 Team sera à surveiller dès l’épreuve inaugurale.

mclaren-renault

Pilotes: 14- Fernando Alonso (Espagne) & 2- Stoffel Vandoorne (Belgique)
Classement 2017: 9e, 30 pts

MCL33 (Crédits: Artes Max, Flickr)

Une des écuries à surveiller à Barcelone était McLaren, en raison du changement de moteur très attendu. Renault devra remplir la tâche d’offrir un moteur assez performant à l’équipe britannique, pour oublier la catastrophique année 2017.

Si la MCL33 a gagné plus de trois secondes sur son meilleur temps en test, elle n’a pu éviter les quelques problèmes techniques survenus à Barcelone. On retrouve, entre autres, des brûlures à l’arrière de la monoplace, causés par un surrégime. Or, un système de refroidissement fut utilisé pour contourner cet ennui.

Est-ce que McLaren pourra rattraper son retard pris en trois ans, à cause de Honda?

(alfa romeo) sauber-ferrari

Pilotes: 9- Marcus Ericsson (Suède) & 16- Charles Leclerc (Monaco – et non l’Allemagne. N’est-ce pas,  L’Équipe*?)
Classement 2017: 10e, 5 pts (marqués par Pascal Wehrlein)

C37 (Crédits: Artes Max, Flickr)

Par l’entremise de Sauber, Alfa Romeo fait (non-) officiellement son retour en Formule 1. C’est une bonne nouvelle pour l’écurie suisse, car cela pourrait la permettre de ne croupir au fond du classement.

La C37 offre un design assez intéressant, côté aérodynamique, en plus d’être munie du récent moteur Ferrari. Cependant, les deux pilotes, Marcus Ericsson et Charles Leclerc, ont commis des sorties de piste, montrant peut-être un côté « diva » de la monoplace.

Malgré ces erreurs, on voit carrément que l’équipe dirigée par Frédéric Vasseur est sur le bon chemin. Par contre, est-ce que, comme McLaren, leur retard sur le reste de la troupe est énorme?

 

* Dans leur Guide 2018 de la Formule 1, L’Équipe a mis un casque allemand au lieu de monégasque, pour Leclerc. On vous pardonne.