Dix (tes) pensées 4 juillet 2018: podcast, démission et démolition

Alors qu’on s’approche de la dernière ronde du programme triple, le fil de nouvelles de l’univers de la Formule 1 ne cesse de s’actualiser. Dans le Dix (tes) pensées du Jour d’Indépendance aux États-Unis, je vous parle de podcast, de la démission (peu surprenante pour certrains) d’Éric Boullier et de la destruction des garages du Circuit Gilles-Villeneuve.

1- lES ERREURS DE STRATÉGIE CHEZ MERCEDES

Avant d’entamer ces trois sujets, il faut revenir sur la bourde commise par Mercedes, en Autriche. Lorsque Valtteri Bottas a abandonné et provoqué la sortie de la Voiture de sécurité virtuelle, Lewis Hamilton était le seul du top 6 à ne pas s’arrêter, pendant la séquence. Quand le moment était venu de le ravitailler, il perdit la tête de la course, chèrement acquise au départ. Évidemment, cela a frustré Hamilton, jusqu’à ce que James Vowles, stratégiste en chef chez Mercedes, prenne la parole à la radio, s’excusant d’avoir jeté une possible victoire à la poubelle (avant que Lewis n’abandonne).

Pourtant, ce n’est pas la première fois que les Flèches d’Argent foirent une stratégie. Rappelez-vous d’Australie, en début de saison, quand Vettel a profité de la Voiture de sécurité virtuelle pour effecteur son seul arrêt aux stands. Le pilote Ferrari allait gagner cette course de plein droit, alors que Mercedes révéla qu’elle avait des soucis d’informatique. Sinon, la plus grosse bourde stratégique que j’ai vue remonte en 2015, pendant le Grand Prix de Monaco. Suite à l’accident entre Max Verstappen et Romain Grosjean, Hamilton s’arrêta pendant la VSC (devenue une réelle SC), mais pas Nico Rosberg ni Vettel. Résultat: une victoire quasiment assurée transformée en une troisième place très défaitiste.

Des tactiques ratées, il en existe en F1 et cela ne disparaîtera pas de sitôt. Même les grosses équipes n’en sont pas immunisées (parlez-en à Ferrari, les maîtres dans l’art). Ceci étant dit, je trouve le geste de Vowles noble de s’excuser rapidement auprès de Lewis et de l’encourager à pousser. Maintenant, la meilleure solution est de se ressaisir dès le Grand Prix de Grande-Bretagne.

2- le podcast Beyond the grid de la F1

Depuis ce mercredi, les amateurs de course ont la chance d’écouter la nouvelle baladodiffusion officielle de la Formule 1, Beyond The Grid. Animé par le journaliste de la BBC Tom Clarkson, ce podcast nous permet de découvrir les facettes cachées de nos pilotes préférés. Cette semaine, c’est nul autre que Lewis Hamilton qui est le tout premier invité de l’émission audio.

Au cours des 52 minutes de l’épisode, le champion du monde en titre nous raconte comment la F1 l’a aidé à se construire une personnalité, son parcours pré-F1 et la vie après le sport. C’est une belle discussion qu’il a eue avec Tom Clarkson, sans la moindre langue de bois. Si vous voulez découvrir le côté tendre d’Hamilton, cet épisode vaut le détour.

Au cours des prochaines semaines, des personnalités de ce sport (Robert Kubica, Gehrard Berger) parleront au micro de monsieur Clarkson. Vous pouvez écouter ledit show ci-dessous. Sinon, Beyond The Grid est disponible sur iTunes, Spotify, TuneIn et Deezer.

3- Démission d’Éric Boullier

La nouvelle est sortie très tôt ce matin. Éric Boullier a remis sa démission de son poste comme directeur de compétition chez McLaren. Pour pallier à cela, l’écurie britannique a décidé de restrucuturer l’organigramme. L’ancien pilote d’IndyCar et vainqueur des 500 Miles d’Indianapolis en 2003, Gil de Ferran, devient le nouveau directeur sportif. De plus, Andrea Stella est promu comme directeur des performances en piste.

La démission arrive quelques jours avant le Grand Prix à domicile, mais surtout au moment où McLaren est en chute libre, cette saison. Si je suis surpris de l’annonce de la nouvelle, Zak Brown le voyait venir. Le PDG de l’équipe de Woking déclara à Motorsport.com que Boullier sentait qu’il avait beaucoup de pression sur les épaules.

Le Français était arrivé chez McLaren en 2014, après avoir passé des années chez Renault/Lotus-Renault. Quand il a succédé à Martin Whitmarsh, l’équipe était déjà en train de décliner. Oui, il a convaincu Fernando Alonso de piloter pour lui, en 2015, mais il n’a pas réussi à sortir la troupe du trou. Même avec le passage de Honda à Renault, on ne sent pas qu’il y a une amélioration.

Est-ce que le nouvel organigramme multidirectionnel chez McLaren aura une influence, d’ici les prochaines semaines? C’est à suivre.

4- démolition des garages du circuit gilles-Villeneuve

Ce mardi, le processus de destruction des paddocks du Circuit Gilles-Villeneuve ont débuté. Les garages, construits en 1988, ne sont désormais plus au moment d’écrire ces lignes. Pendant la journée, j’ai filmé le démolition.

C’est peut-être la fin d’une ère, mais cela signifie aussi le début d’un nouvel épisode pour le Grand Prix du Canada. Quand on regarde les complexes des circuits du calendrier actuel de F1, Montréal avait celui qui était le plus désuet. Silverstone, prochaine destination du championnat, a dû construire de nouveaux garages (The Wing est magnifique), afin de s’adapter aux normes de la FIA. Interlagos a fait de même, il y a quelques années. Il était donc évident que ce serait au tour du Circuit Gilles-Villeneuve de se refaire une beauté.

Les travaux devraient être finalisés pour avril 2019, soit deux mois avant l’édition 2019 du Grand Prix du Canada.

5- Artem Markelov

Ces temps-ci, on parle beaucoup des jeunes pilotes comme Charles Leclerc, Lando Norris ou de George Russell. Ces trois-là risquent d’être des futures vedettes de la F1 (bon, un d’entre eux l’est déjà). Mais peut-on parler du Russe Artem Markelov?

Âgé de 23 ans, Markelov est présentement troisième au championnat de Formule 2, avec l’écurie Russian Time. Celui qui en est à sa cinquième saison en F2/GP2 ne cesse d’impressionner les fans. En fin de semaine, lors de la course du samedi, Markelov a réussi le meilleur dépassement de cette série.

Parti dix-huitième (sur 20), le Russe a dépassé TROIS voitures aux virages 2 et 3, lors du dernier tour, pour s’emparer de la neuvième place. Au final, il terminera huitième, signifiant une pole position pour l’épreuve du dimanche (qu’il remporta).

J’ai regardé plusieurs courses de F2/GP2, au cours des dernières années, et je n’ai jamais vu un pilote aussi spectaculaire que Markelov. Cet homme est capable se donner en show à toutes les fins de semaine! Ses dépassements sont agressifs, mais bien calculés. D’ailleurs, Renault l’a signé comme pilote de développement, en février dernier.

Si jamais un volant devait se libérer chez les Français, je ne serais pas surpris qu’il l’obtienne.

6- eyetime

Crédiit: AFP

Le Grand Prix d’Autriche de la fin de semaine dernière était commandité par un sponsor méconnu du public: eyetime.

Non, il ne s’agit pas d’une compagnie de lunettes, mais bien d’une application de messagerie « révolutionnaire » (dans le genre de FaceTime d’Apple ou de Whatsapp). La PDG de la compagnie, Meglena Krumova, a réussi à convaincre les organisateurs du Grand Prix autrichien (autant en F1 qu’en Moto GP) d’être leur commanditaire principal, alors que eyetime est en place depuis le début de l’année!

Cependant, madame Krumova a déjà travaillé pour Lyoness, une firme reconnue son système pyramidal. Lyoness a vu ses activités être suspendues en Norvège et dans plusieurs autres pays, justement à cause de leur manière illégale de se faire de l’argent. De plus, on reproche à eyetime d’être un MLM (« multi-level marketing » ou « vente multiniveau ». C’est « une structure du réseau de vente dans laquelle les revendeurs (ou distributeurs) peuvent parrainer de nouveaux vendeurs, et être alors en partie rémunérés par une commission évaluée en pourcentage sur les ventes des recrues. » C’est pris de Wikipédia).

Ce n’est pas la première fois qu’une compagnie accusée de vente pyramidale fait affaire au sport. Au soccer, le LA Galaxy est commandité par Herbalife, dont les accusations se sont accumulées au cours des trente dernières années.

Si eyetime est bel et bien un système pyramidal, pourquoi personne n’a fait d’enquête au moment de l’annonce du partenariat?

7- roland ratzenbergerRésultats de recherche d'images pour « roland ratzenberger »

Le 4 juillet 1960, c’est le jour de naissance de l’Autrichien Roland Ratzenberger. Il trouva la mort lors de la séance de qualifications du très triste Grand Prix de Saint-Marin 1994. Sur Reddit, un utilisateur a décidé d’écrire une biographie sur la vie de ce pilote méconnu en F1, mais bien connu au Japon.

C’est un texte très bien écrit et comporte même un lien vers une vidéo d’une émission de télé pour jeunes où il compétitionne contre Roland Rat (DIVULGÂCHEUR: il a perdu cette « course »).

Quand j’ai pris connaissance de ce texte, je me suis dit que ce serait une bonne idée de partager ceci, afin que les gens connaissent mieux cet homme. Mieux vaut célébrer sa vie, après tout.

En plus de ce texte, je vous laisse un documentaire réalisé par Sky Sports, où des membres de l’écurie Simtek parlent de l’Autrichien.

8- Le Grand Prix d’australie 2019 et le calendrier 2019

C’est confirmé: la saison 2019 de Formule 1 débutera le 17 mars à Melbourne. Cela veut donc dire que la prochaine campagne commencera une semaine plus tôt qu’en 2018.

Ensuite, il y aurait une pause de deux semaines avant la 1000ème course de l’histoire de la Formule 1, qui devrait être en Chine (boooo).

Si on se fie aux dernières années, le Grand Prix d’Allemagne ne devrait pas être du calendrier. Normalement, cette course a lieu à chaque saison paire (2018, par exemple). De plus, on pourrait bien regarder de la F1 en décembre! En effet, le Grand Prix d’Abu Dhabi devrait être placé au premier weekend du dernier mois de l’année. Ce ne serait pas la première fois que cela arrive. En 1963, le Grand Prix de l’Afrique du Sud eut lieu le 28 décembre. Pour qu’on puisse élargir le calendrier aussi tard, il faudrait inclure le Grand Prix de Miami pour le mois d’octobre.

9- Le classement de la f1 sans mercedes, ferrari et red bull

La saison 2018 de Formule 1 est excitante, malgré quelques courses sans saveur. Nous avons une belle bataille entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel, Red Bull joue avec brio le rôle de joker et le reste du peloton nous offre de belles suprises (Gasly quatrième à Sakhir).

Par contre, à quoi ressemblerait 2018 sans Mercedes, Ferrari ou Red Bull, les trois grosses écuries?

L’utilisateur de Reddit, u/ERR40, a recalculé le pointage en enlevant les six pilotes des trois équipes du championnat.

Crédit: u/ERR40, Reddit (r/formula1)

Le meneur de la Formula B serait… CARLOS SAINZ! Avec 117 points, mais pas de victoires!

Voici à quoi aurait ressemblé le cours de la campagne 2018:

Australie: Fernando Alonso profite du double abandon de Haas pour mettre fin à cinq ans sans victoire en F1.

Bahreïn: Pierre Gasly prend tout le monde par surprise en remportant le Grand Prix de Bahreïn.

Chine: Nico Hülkenberg devient le troisième vainqueur différent, cette saison.

Azerbaïdjan: Sergio Perez est finalement un gagnant et Charles Leclerc monte sur le podium!

Espagne: Kevin Magnussen passe de « mauvais garçon » à « j’ai gagné un Grand Prix ».

Monaco: Doublé français dans le rues de Monte-Carlo! Esteban Ocon gagne devant son ex-ami, Pierre Gasly.

Canada: Hülkenberg est le premier double vainqueur de la saison.

France: Kevin Magnussen est aussi un double vainqueur, alors qu’il profite de la perte de puissance de Carlos Sainz pour prendre les honneurs.

Autriche: Justice pour l’Australie! Haas réussit son premier doublé, avec Romain Grosjean mettant la mains sur le trophée du vainqueur. Magnussen est deuxième.

Hormis la triple guerre au top, on assiste à de beaux duels au milieu du peloton. La direction TV de la FOM devrait nous montrer cela plus souvent, car les écuries de cette division sont vraiment proches (sauf Williams, toute seul dans leur coin).

10- mon amour pour le grand prix de grande-bretagne

Le Grand Prix de Grande-Bretagne est une de mes courses préférées. J’attends ce Grand Prix avec impatience, pendant l’été, car je sais automatiquement que ce sera spectaculaire. Au fil des ans, j’ai vu beaucoup de rebondissements: de Michael Schumacher qui gagne de la ligne des puits (en servant une pénalité) en 1998 à la panoplie de crevaisons en 2013.

Silverstone s’est transformé à plusieurs reprises, depuis la fin des années 40, mais le spectacle est toujours au rendez-vous.

Je souhaite qu’on trouve un moyen de permettre à Silverstone de garder la tenue du Grand Prix de Grande-Bretagne sur leurs terres. La F1 sans sa maison, ce n’est vraiment pas pareil.

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *