BULLETIN DE NOTES STYRIE 2020: Lewis, sans problème

Pour la 63e fois de sa carrière, Lewis Hamilton a remporté un Grand Prix de Formule 1 avec Mercedes. Le Britannique a dominé le GP de Styrie, devançant Valtteri Bottas et Max Verstappen. Cependant, il n’est pas le seul à obtenir la note parfaite, lors de cette épreuve. Découvrez qui est l’autre pilote ayant reçu un 10 dans le Bulletin de notes du Bulletin F1.

NDLR: les notes suivantes sont en fonction de la course uniquement.


Note de la course: 7.5/10

D’accord, ce n’était pas aussi excitant que la semaine dernière, mais ce seul et unique Grand Prix de Styrie n’a pas déçu. Après une autre bêtise de Ferrari (ta faute, Charles) au départ, cela s’est calmé. Ayant vu les Racing Point de Sergio Perez et Lance Stroll remonter le peloton, on pouvait s’attendre à des flammèches dans la bataille pour la quatrième place. Heureusement pour nous, devant nos écrans, on a vu Lando Norris se transformer en fusée, au cours des deux derniers tours. Aussi, ce photo finish avec Perez et son aileron avant endommagé (contact avec Alex Albon), Lance Stroll et Daniel Ricciardo fut de toute beauté.

N’oublions pas cette belle passe d’armes entre Valtteri Bottas et Max Verstappen, dans les derniers tours de l’épreuve. Verstappen s’est bien défendu face à Bottas, avant de céder au tour suivant. Ce sont ces genres d’actions qui rendent une course de Formule 1 agréable à regarder.


Grille de départ: pôle position

Note: 10/10

Comment faire oublier une fin de semaine aussi brouillonne comme celle de la semaine dernière? En dominant le Grand Prix! C’est ce que Lewis Hamilton a réussi à exécuter.

Au lendemain de sa séance de qualifications légendaire sous la pluie, le Britannique n’a jamais été menacé par Max Verstappen et, encore moins, par Valtteri Bottas. Aucun ennui mécanique ou pneumatique (Bono, my tyres are gone) ne fut reporté par Hamilton, qui remporta sa 85e victoire en Formule 1. De plus, il gagna une course pour une 14e saison consécutive et en… 14 saisons! Lewis Hamilton ne cesse de réécrire l’histoire de la F1.

Grille de départ: 4e

Note: 7/10

Malheureusement, Valtteri Bottas n’a pu répéter son magnifique exploit du Grand Prix d’Autriche. Parti quatrième, le meneur au championnat s’est débarrassé de Carlos Sainz, mais a dû attendre dans les derniers tours pour dépasser un Max Verstappen amputé par un aileron avant très légèrement brisé pour finir deuxième. Dans le podcast de la semaine dernière, on avait parlé de la constance à améliorer de Bottas en Styrie. Il va falloir qu’il le soit plus.

Grille de départ: 2e

Note: 7.5/10

C’était cent fois beaucoup mieux pour Max Verstappen, en fin de semaine. Dimanche dernier, son Grand Prix d’Autriche se termina après onze tours. Sept jours plus tard, en Styrie, le Néerlandais a inscrit ses premiers points de la saison.

Verstappen a disputé une course décente, mais ses chances de rivaliser avec Lewis Hamilton se sont évaporées, lorsque Red Bull décida de la rentrer aux puits assez tôt pour des pneus médiums. Or, les deux Mercedes se sont ravitaillées quelques tours plus tard. Cela permit à Bottas de le rattraper et de le dépasser, après deux tentatives.

Mention très honorable à sa défense face à Bottas, qui fut propre.

Grille de départ: 6e

Note: 5/10

Quatrième, c’est mieux que d’abandonner, non? Au moins, c’est ce qu’on peut retenir de la course d’Alex Albon. Cette fois-ci, il a résisté à attaque avec Sergio Perez, même si ça s’est mal terminé pour le Mexicain.

Outre cela, terminer quatrième ne reflète pas sa performance. Le Thaïlandais a été très loin de Max Verstappen. Il a fini à onze secondes de son coéquipier, mais seulement parce que Verstappen s’est arrêté aux puits pour obtenir le point boni du meilleur tour en course.

Grille de départ: 9e (6e, mais pénalité pour non-respect des drapeaux jaunes)

NOTE: 10/10

Une semaine après son podium remarquable, Lando Norris reçoit une autre note parfaite! Bien qu’il ait reçu une pénalité de grille pour avoir dépassé deux voitures sous un drapeau jaunes (lors des essais du vendredi), Norris a connu une belle remontée.

Ayant connu une première moitié de course tranquille, mais solide, c’est lors de la deuxième qu’il a montré l’étendu de son talent. Ayant profité du dépassement corsé de Lance Stroll sur Daniel Ricciardo, le jeune Britannique a lancé le fameux Scénario 7 et est allé cherché Sergio Perez dans le dernier virage pour inscrire une belle cinquième place.

Aujourd’hui, Norris est bien assis au troisième rang du championnat des pilotes.

Grille de départ: 17e

Note: 9/10*

* Les résultats de Sergio Perez et de Lance Stroll sont provisoires, en attendant le verdict final de la FIA, concernant la plainte déposée par Renault.

Après la pluie, le beau temps. Cette expression s’applique très bien à Sergio Perez. Au lendemain d’une séance de qualifications horrible, le Mexicain a excellé tout au long de l’épreuve. Perez allait recevoir un 9.5, mais un contact avec Alex Albon, pour la quatrième place, a endommagé son aileron avant. Il a vu Lando Norris lui chiper le cinquième rang et est passé proche de perdre la sixième position aux dépens de Stroll et/ou de Ricciardo.

Néanmoins, Perez a été très, très bon. Mention très honorable à son dépassement sur Carlos Sainz, par l’extérieur. Oui, Checo, nous avons adoré ça!

Grille de départ: 12e

Note: 8/10

* Les résultats de Sergio Perez et de Lance Stroll sont provisoires, en attendant le verdict final de la FIA, concernant la plainte déposée par Renault.

À l’instar de son coéquipier, Lance Stroll a connu une bonne course. Tout au long du rendez-vous styrien, le Montréalais n’a commis aucune erreur et a réalisé de beaux dépassements sur ses adversaires.

Cependant, il n’a pu résister à l’attaque de Perez, bien que ce fut une passe d’armes très respectueuse. Aussi, sa charge sur Daniel Ricciardo était autant très osée que limite une pénalité. Avec deux tours restants au Grand Prix, Stroll tenta de surprendre la Renault de l’Australien, avec un dépassement « à la Ricciardo ». Malheureusement, il mit ses roues, ainsi que celles de son adversaire hors-piste, mais garda l’avantage sur le futur pilote McLaren. Il est chanceux de ne pas avoir obtenu de pénalité.

Grille de départ: 8e

Note: 7.5/10

Si la séance de qualifications n’avait pas eu lieu, à cause de la pluie, Daniel Ricciardo serait parti dernier sur la grille. En effet, avec les essais du samedi annulées, les temps de la pratique du vendredi après-midi auraient formé la grille de départ. Or, Ricciardo a eu un sévère accident, sans la moindre blessure.

En course, Renault a tenté d’opter pour une stratégie débutant avec les pneus médiums. Bien que l’Australien ait connu une course solide, terminer huitième est relativement décevant pour lui. Il fut retenu longtemps par Esteban Ocon et le dépassement de Stroll était trop corsé à son goût. Il a énormément perdu dans cette attaque tardive. Sinon, il faisait du bon travail, en gardant la Racing Point derrière lui, pendant plusieurs tours.

Grille de départ: 3e

NOTE: 7/10

Au lendemain de ses qualifications magnifiques (qualifié troisième), Carlos Sainz s’attendait probablement à reculer dans le classement. C’est ce qui arriva, mais pas autant qu’il le pensait.

Un arrêt aux puits lent de sept secondes l’a fait reculer encore plus loin, derrière Stroll et d’autres pilotes sur des stratégies différentes. Heureusement, il a entraidé Norris à obtenir une belle cinquième place, en le laissant passer. De plus, il obtint le point boni pour le meilleur tour en course.

Grille de départ: 14e

Note: 8/10

Peu présent dans la couverture du Grand Prix de Styrie, Daniil Kvyat a connu une course solide, à l’instar de plusieurs autres. Le Russe, bloqué par Charles Leclerc lors des qualifs, s’est débarrassé rapidement des Alfa Romeo et des deux Haas pour inscrire un point important pour AlphaTauri. Il fut un des rares pilotes à utiliser les pneus durs et à les rendre opérationnels, lors de son deuxième relais.

Grille de départ: 16e

Note: 7/10

Meilleure course pour Kimi Raïkkönen, comparé à la semaine dernière (et ce n’est pas à cause de son pneu détaché). Le Finlandais, bloqué par l’accident entre les deux Ferrari, a effectué une bonne remontée. Il a dû se montrer un peu plus agressif face à Nicholas Latifi et à Kevin Magnussen, mais le champion des pilotes 2007 a eu le meilleur sur ses adversaires.

Grille de départ: 15e

Note: 6.5/10

Dans les circonstances où la VF-20 de Haas n’est pas compétitive pour terminer dans les points régulièrement, Kevin Magnussen a offert une performance décente en course. Dans les derniers tours, le Danois s’est retrouvé dans un duel face à Kimi Raïkkönen, mais ce dernier eût le dessus.

Grille de déparT: ligne des puits

Note: 7/10

« Abdou, pourquoi tu donnes une meilleure note à Romain Grosjean? Il a fini hors du top 10 et derrière Magnussen! » Ceci est probablement une citation rêvée de la Fédération française de la Lose (FFL).

Romain Grosjean est parti de la ligne des puits, après que Haas ait travaillé pour réparer sa voiture sous les règles du Parc fermé. Le Français a été chanceux, car il a évité la disqualification directe de cette course. Sinon, le numéro 20 a bien entamé la remontée vers la 13e place.

Ce n’est pas synonyme de points, mais au moins ce fut un bel effort de la part de Grosjean.

Grille de départ: 19e

Note: 5/10

Retour malheureux à la normal pour Antonio Giovinazzi. 24 heures après son accident aux qualifs, l’Italien n’a pas été capable le top 10, comme il l’avait fait la semaine précédente.

Grille de départ: 7e

Note: 5/10

Excluant les Ferrari, la vraie déception de ce Grand Prix de Styrie fut Pierre Gasly. Samedi, il épata la galerie avec une septième place sous la pluie. Le lendemain, il se retrouva hors de points.

La raison pour une telle déception fut, tout d’abord, causée par un contact avec la Renault de Daniel Ricciardo au départ. Ensuite, il choisit les pneus durs, ce qui fut une mauvaise idée. Gasly dût donc revenir avec un autre train de pneus. Pas de chance pour le Français, qui avait offert une performance solide dans la première course.

Grille de départ: 11e

Note: 5/10

George Russell a impressionné tout le monde, en plaçant sa Williams au 12e rang (devenu 11e, avec la pénalité de Charles Leclerc). Qui aurait crû qu’une Williams serait proche d’atteindre la Q3?

Si le départ de Russell fut relativement bon (il resta aux côtés de Lando Norris et de Lance Stroll), son erreur fut coûteuse. Le champion des Grands Prix virtuel commit une correction, évitant de faire un tête-à-queue, mais se retrouva dans le gravier. En sortant du bac, il glissa au dernier rang.

Russell a rattrapé une petite partie du temps perdu, en dépassant son coéquipier, Nicholas Latifi.

Grille de départ: 18e

Note: 5/10

En course, Nicholas Latifi a gardé les pieds sur terre, mais n’a pas montré grand chose. Avec l’erreur de Russell, le Torontois était le pilote Williams se retrouvant premier des deux. Cependant, il perdit ce rôle, lorsque son coéquipier le dépassa.

Grille de départ: 5e

Note: 6.5/10

La première fin de semaine d’Esteban Ocon fut compliquée, malgré des points en banque, mais la deuxième fut meilleure. Inversement, aucun point ne fut marqué.

Sa belle cinquième position aux qualifs fut teintée par un abandon causé par des soucis de refroidissement, au 25e tour. Néanmoins, il nous a offert une belle bataille avec Daniel Ricciardo (que Renault aurait dû gérer, étant donné que Ricciardo était sur une différente stratégie).

Grille de départ: 10e

Note: non classé

Quand ça va mal, ça va mal.

Comme la semaine dernière, sur ce même Red Bull Ring, Sebastian Vettel n’a pas eu une course facile. Pire: il n’a complété qu’un tour. Pourquoi?

Parce que Charles Leclerc l’a tapé par en arrière, détruisant l’aileron arrière de la voiture #5. Vettel fut une victime de cet accident, mais force est d’admettre que les nouvelles mises à jour apportées à la SF1000 n’ont pas montré grand chose.

Grille de départ: 14e (11e, mais pénalité de trois places pour avoir bloqué Daniil Kvyat)

Note: 0/10

Avant le départ du Grand Prix de Styrie, Charles Leclerc avait annoncé ses intentions d’être plus agressif au départ. Il a tenu promesse, au moins!

Sa tentative de dépassement sur son propre coéquipier était une énorme erreur de jugement, ruinant sa course, mais aussi celle de Vettel.

Même s’il a reconnu ses torts, Leclerc mérite un zéro. De héros à zéro en l’espace d’une semaine…

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *