Bulletin de notes Russie 2019: la chance de Mercedes

Qui pouvait arrêter Mercedes en Russie? Nous pensions que Ferrari serait l’écurie étant en mesure de le faire, mais le clan italien s’est autosabotée, avec des consignes d’équipe boîteuses. Lewis Hamilton a remporté la course, devant Valtteri Bottas et Charles Leclerc. C’est l’heure du traditionnel bulletin de notes!

PODCAST: retour sur le Grand Prix de Russie 2019


1- Lewis Hamilton (Mercedes): 9.5Lewis Hamilton (Mercedes)

Grille de départ: 2e

Malgré une perte de position aux dépens de Sebastian Vettel au départ, Lewis Hamilton est resté pas très loin des Ferrari, alors en tête. Avec ses pneus médiums, il avait la chance d’attaquer le duo rouge, muni de gommes tendres, en fin de course.

Lorsque Vettel a abandonné, entraînant la voiture de sécurité virtuelle, Hamilton a profité de l’occasion pour s’arrêter aux puits et revenir devant Charles Leclerc. Avec des tendres neufs, le Britannique a fait le reste du travail.

Le sixième titre est à la portée d’Hamilton!

2- Valtteri Bottas (Mercedes): 7Valtteri Bottas (Mercedes)

Grille de départ: 4e

Un Grand Prix de Russie à demi-teinte pour Valtteri Bottas. Au départ, le Finlandais, vainqueur à Sotchi en 2017, a vu la McLaren de Carlos Sainz s’emparer de la quatrième place. Il lui a fallu quelques tours avant qu’il ne reprenne sa position.

Soudainement, sa course a changé avec l’arrivée de la Voiture de sécurité virtuelle. Tout comme Hamilton, Bottas est revenu en piste avec des pneus tendres ET devant Leclerc. Lorsque la neutralisation fut terminée, il s’est occupé de résister aux attaques de Charles Leclerc.

La deuxième place de Bottas est légèrement méritée, malgré une première partie d’épreuve difficile. Au moins, Mercedes peut déjà rêver au sixième titre des constructeurs.

3- Charles Leclerc (Ferrari): 8

Grille de départ: pôle position

Parti en pôle position, Charles Leclerc a laissé passer Sebastian Vettel, pensant que ce dernier lui redonnerait sa place. Malheureusement pour le Monégasque, son coéquipier refusa la consigne d’équipe.

Bien que Vettel avait désobéi à une stratégie élaborée en avant-course avec Ferrari, Leclerc n’a jamais été capable de se rapprocher de l’Allemand, car il surchauffait ses pneus. Pour ajouter l’insulte à l’injure, l’abandon mécanique de Vettel a nui au double vainqueur de Grands Prix en 2019.

En effet, avec la présence virtuelle de la Voiture de sécurité, Leclerc a vu les deux Mercedes passer devant lui. À la relance, il n’a jamais été en mesure de dépasser la Flèche d’argent de Bottas. Au lieu de finir devant Mercedes, Leclerc termine derrière…

4- Max Verstappen (Red Bull): 7.5

Grille de départ: 9e

Frappé d’une pénalité de cinq places pour un changement excessif de moteur, Max Verstappen s’est contenté de la quatrième place. N’ayant plus de pneus tendres pour la fin de l’épreuve, le Néerlandais ne put changer sa stratégie, lors de la présence de la vraie Voiture de sécurité.

5- Alexander Albon (Red Bull): 9

Grille de départ: 20e (ligne des puits)

La course numéro 4 d’Alex Albon avec Red Bull s’est bien terminée. Ce fut une belle cinquième place pour le pilote thaïlandais, malgré le fait qu’il a accidenté sa Red Bull, lors des qualifications, et qu’il était frappé d’une pénalité similaire à celle de Verstappen.

Au-delà de la présence de la Voiture de sécurité, qui l’a aidé à revenir dans le peloton, Albon a effectué de beaux dépassements en piste. Il fut définitivement le *vrai* pilote du jour…

6- Carlos Sainz (McLaren): 9Devrais-je chanter autre chose que Smooooooth Operator?

Grille de départ: 5e

Le roi de la Formule 1.5 frappe encore! Carlos Sainz a été très constant, au cours de l’épreuve. Ayant déjà volé une place au départ à la Mercedes de Bottas, l’Espagnol était à quelques mètres de surprendre Lewis Hamilton.

Même en n’ayant pas le rythme pour garder les Red Bull derrière, Sainz n’a commis aucune erreur. C’est tout simplement dommage que les Voitures de sécurité virtuelle et réelle se soient amenées, car une quatrième place, voire même cinquième, était à sa portée.

7- Sergio Perez (Racing Point): 8.5

Grille de départ: 11e

Dans notre chronique sur SportPesa Racing Point, on comparait Sergio Perez à une quatrième étoile au hockey, faisant état de ses performances étincelantes mais inaperçues. En Russie, le Mexicain a prouvé qu’il mérite cette comparaison.

Parti onzième, Perez a réalisé un excellent premier relais, afin de se retrouver dans le top 10. Lorsque la Voiture de sécurité est revenue aux puits, Checo n’a pas hésité à dépasser Kevin Magnussen et Lando Norris pour terminer septième.

Un retour de vacances fructifiant pour Sergio Perez!

8- Lando Norris (McLaren): 7

Grille de départ: 7e

Au-delà de la perte de positions engendrée pendant la neutralisation, Lando Norris a connu un dimanche enrichissant et a permis à McLaren d’inscrire un premier double points depuis le Grand Prix de Hongrie.

9- Kevin Magnussen (Haas): 7

Grille de départ: 13e

Bien qu’il ne possédait pas le même rythme que Romain Grosjean, Kevin Magnussen est celui qui a enregistré le premier top 10 de Haas depuis le GP d’Allemagne, en juillet dernier.

Un très bon départ, ainsi qu’un arrêt pendant la Voiture de sécurité virtuelle, a permis au Danois de se retrouver dans les points. Malheureusement, une sortie de piste mal négociée lui a coûté une pénalité de cinq secondes additionnelles et la perte de sa huitième place.

10- Nico Hulkenberg (Renault): 7

Grille de départ: 6e

Fort d’une belle sixième place en qualifications, Nico Hulkenberg a juste été malchanceux. Lors de son premier arrêt, l’Allemand est resté plus longtemps, car il y eut un problème de cric. Ensuite, un souci de moteur ne lui a guère permis de profiter de la pénalité de cinq secondes à Magnussen pour lui chiper la neuvième place.

La fin de semaine de Renault fut compliquée.

11- Lance Stroll (Racing Point): 6

Grille de départ: 14e

Course très tranquille pour Lance Stroll. Le Québécois est resté à la onzième place pendant 90% de l’épreuve et n’a jamais été en mesure de profiter des pépins mécaniques de Nico Hulkenberg.

12- Daniil Kvyat (Toro Rosso) : 7.5

Grille de départ: 19e

Problèmes de moteur, changement de casque illégal, ennuis de pneus… Compte tenu de ces circonstances dont il n’est pas responsable, Daniil Kvyat a fait une bonne course, en partant de la dix-neuvième place.

13- Kimi Raikkonen (Alfa Romeo): 5

Grille de départ: 15e

Ça va de mal en pis pour Kimi Raikkonen et ce n’était guère mieux à Sotchi. Ayant été puni pour un faux départ (passage aux puits obligatoire), le Finlandais s’est retrouvé hors d’état de nuire. En bref, il a été fantomatique.

14- Pierre Gasly (Toro Rosso): 5

Grille de départ: 16e

Pierre Gasly ne pouvait aucunement espérer marquer des points, comme il l’a fait dans trois de ses quatre courses avec Toro Rosso. Le Français a dû s’avouer vaincu face à Daniil Kvyat et à Alex Albon.

15- Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo): 5

Grille de départ: 12e

Ayant eu le dessus sur Raikkonen en qualifications, Antonio Giovinazzi s’est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Au départ, l’Italien fut pris en souricière entre Romain Grosjean et Daniel Ricciardo. Trois voitures pour un virage, ça ne rentre pas. Le pilote de Alfa Romeo est, tout comme ses confrères, reparti avec des dommages.

Outre un arrêt aux puits lent, Giovinazzi n’a pas été à la hauteur.

DNF- George Russell (Williams): 5.5

Grille de départ: 17e

Le Grand Prix de Russie de George Russell se déroulait relativement bien, jusqu’à ce qu’un ennui mécanique majeur le fasse aboutir dans le mur. C’est son deuxième abandon consécutif.

DNF- Robert Kubica (Williams): 5

Grille de départ: 18e

Tout de suite après l’accident de Russell, Robert Kubica a été forcé d’abandonner, de peur de souffrir du même problème. Le futur ancien pilote Williams, de son propre aveu, n’a pas connu un weekend facile.

DNF- Sebastian Vettel (Ferrari): 8.75

Grille de départ: 3e

Si on oublie le psychodrame des premiers tours (écouter le podcast), Sebastian Vettel a connu une bonne course. Son bon départ lui a permis d’être en très bonne position pour remporter le Grand Prix. Il a enchaîné les meilleurs tours en course, alors que Charles Leclerc en arrachait avec ses pneus.

Le tour suivant son arrêt aux puits, où il est revenu derrière Leclerc, le MGU-K de Vettel l’a laissé tomber.  Ironie du sort, cet abandon a permis à Mercedes de transformer un doublé rouge en un doublé argenté.

Une semaine après sa victoire libératrice à Singapour, c’était le retour en enfer pour le quadruple champion du monde.

DNF- Daniel Ricciardo (Renault): non classé

Grille de départ: 10e

L’accrochage du premier tour avec Romain Grosjean et Antonio Giovinazzi a fait en sorte que la course de Daniel Ricciardo ne valait plus grand chose. Il était, certes, resté pour 25 autres boucles, mais il n’y avait rien que l’Australien puisse faire pour revenir dans le peloton, avec un bolide endommagé.

DNF- Romain Grosjean (Haas): non classé

Grille de départ: 8e

On se sent vraiment mal pour Romain Grosjean. Le Français avait enregistré un excellent chrono (8e), mais il fut la vraie victime de l’accrochage du premier tour. Normalement, les gens auraient trouvé un moyen de le blâmer pour cet incident, mais Grosjean ne pouvait pas faire grand chose.

Quel dommage, car Haas aurait probablement vu ses deux voitures se retrouver dans les points.

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *