Bulletin de notes Russie 2018: du beau travail d’équipe

Malgré une troisième victoire consécutive, Lewis Hamilton quitte Sotchi moins heureux que d’habitude. L’Anglais hérite d’un triomphe qui lui permet de se retrouver à 50 points de Sebastian Vettel. Par contre, il a été aidé par les consignes d’équipe de Mercedes.

Les faits saillants du Grand Prix de Russie à Sotchi se trouvent dans cette vidéo.

1- Lewis Hamilton (Mercedes): 8.5

Vitaly Petrov (gauche) et Lewis Hamilton

Il n’était peut-être pas le plus rapide en fin de semaine, mais Lewis Hamilton a trouvé une nouvelle façon d’enregistrer sa huitième victoire de la saison. Tout d’abord, il n’a pas réussi à revenir devant Sebastian Vettel, lors de la séquence d’arrêts aux puits. Il a donc dû le dépasser, de très belle manière par ailleurs.

Ensuite, Mercedes a communiqué à Valtteri Bottas de laisser passer l’Anglais, afin qu’il prenne les devants de la course. La raison? Des soucis d’usure des pneus. L’ordre n’a pas changé jusqu’à la fin, permettant à Hamilton de prendre dix points de plus sur son rival au championnat.

Le bon côté est que son écurie reste invaincue en cinq courses à Sotchi.

2- Valtteri Bottas (Mercedes): 9.5

Une image vaut mille mots… (Image: FOM)

Suite à sa pôle position inscrite samedi, Valtteri Bottas avait une énorme possibilité de gagner une course pour la première fois cette saison. Le Finlandais n’a commis aucune erreur, effectuant un bon départ et bouchonnant Vettel pour qu’Hamilton puisse dépasser l’Allemand.

Même après la consigne d’équipe, Bottas a gardé un écart confortable devant Vettel, pour finalement s’emparer du deuxième rang. Certes, il méritait clairement de gagner à Sotchi, mais Mercedes se devait de maximiser leurs chances de remporter les deux championnats (pilote et constructeurs) le plus vite possible.

C’est chien, mais c’est tout à fait légal.

3- Sebastian Vettel (FerrarI): 7

Image: Motorsport Images

Cette année, Sebastian Vettel a gagné deux épreuves sur des terrains avantageux pour Mercedes (Canada et Grande-Bretagne). Il voulait mettre fin à l’hégémonie des Flèches d’Argent en Russie, mais il n’a aucunement réussi.

Malgré un bon départ et une bonne stratégie (!) pour revenir devant Hamilton, le pilote allemand n’a pu rien faire face au rythme des deux pilotes aux voitures argentées. Enchaînant les meilleurs tours, Vettel pouvait certainement rattraper Bottas, mais la dégradation de ses pneus l’en a empêché. Ajoutez à cela une petite excursion hors-piste, en prenant un tour à Kevin Magnussen.

4- Kimi Raikkonen (Ferrari): 6

Ce fut une course carrément fantomatique pour Raikkonen, ce dimanche. L' »Homme de glace » a eu une Q3 compliquée, mais s’est au moins tenu loin des soucis. Même avec la merveilleuse gestion de course de Max Verstappen, la quatrième place du champion du monde 2007 n’a jamais été inquiétée.

5- Max Verstappen (Red Bull): 10

Joyeux 21ème anniversaire, Max! (Image: Max Verstappen/Twitter)

Hier encore, Max Verstappen avait 20 ans et il caressait le temps.

Avec Toro Rosso, Fernando Alonso et Daniel Ricciardo, le Néerlandais partait en fond de grille pour un changement de moteur supplémentaire. En plus de cela, il s’est pris trois places pour avoir ignoré des drapeaux jaunes en Q1. Le lendemain, il est passé de 19ème à 13ème dès le premier tour. Il a repris son rang dans le top 6 (cinquième, pour être précis) au huitième tour.

Non seulement son départ était excellent, mais son relais en pneus tendres relevait d’une maturité énorme de sa part. Des 43 tours roulées avec la gomme jaune de Pirelli, 23 d’entre elles ont été en position de leader de la course. Après avoir changé ses pneus, il s’est retrouvé cinquième. Il pouvait rattraper Raikkonen, mais les ultratendres se dégradant assez rapidement ne lui permettaient pas de s’approcher autant que ça.

Une course majeure pour un homme nouvellement majeur!

6- Daniel Ricciardo (Red Bull): 7

Comme mentionné dans notre avant-goût du Grand Prix de Russie, Daniel Ricciardo n’avait jamais terminé dans le top 6 à Sotchi. C’était avant ce dimanche. Même en partant 18ème, il a réussi à s’y rendre. Par contre, c’était moins spectaculaire que ce que Verstappen a entrepris.

L’Australien a disputé la majorité de l’épreuve avec des dommages à son aileron avant, qu’il s’est débarrassé lors de son seul arrêt, au tour 39. Ricciardo se retrouve maintenant avec une séquence de dix Grands Prix sans le moindre podium.

7- Charles Leclerc (Sauber): 10

Il s’est qualifié septième (et était à six millièmes du sixième rang) et a complété sa première course à Sotchi comme le meilleur des autres. Charles Leclerc a prouvé à la Scuderia Ferrari que son arrivée en 2019 est justifiée.

Au départ, il a pris cette sixième place à Ocon, avant de réaliser le dépassement de la course sur Kevin Magnussen, au fameux virage 3… par l’extérieur!

Le Monégasque a bien géré son épreuve, contrairement à son coéquipier, Marcus Ericsson. Si Verstappen mérite amplement le titre de « Pilote du jour », mais Leclerc aurait été un bon choix.

8- Kevin Magnussen (Haas): 6.5

Après deux Grands Prix très difficiles, Kevin Magnussen est revenu dans le top 10, synonyme de points. Par contre, sa cinquième position aux qualifications est passée dans l’ombre, vu qu’il a perdu une place aux dépens de Leclerc. Il est revenu avec ses vieilles habitudes, en défendant beaucoup trop face à Esteban Ocon et à Carlos Sainz. Au moins, Magnussen a réussi à garder les Racing Point Force India derrière lui, pour une grande partie de la course.

9- Esteban Ocon (Racing Point Force India): 7

Image: Esteban Ocon/Twitter

Le Français s’est très bien qualifié, avec son sixième rang. Il a survécu au premier tour, mais a perdu une place au détriment de Leclerc. Il a essayé en vain d’allonger son relais avec les très fragiles hypertendres et de dépasser Magnussen.

Il revient dans les points, après avoir complété 13% du premier tour à Singapour.

10- Sergio Perez (Racing Point Force India): 7

Sergio Perez s’est bien repris, après sa performance très catastrophique à Singapour. Le Mexicain, qui disputait son 150ème Grand Prix en carrière, a encore une fois été battu en qualifications par Ocon, mais au moins il a pu se retrouver devant lui en course. Bon, il a eu recours aux consignes d’équipe, soyons honnêtes. Au moins, « Checo » a redonné sa place à Ocon, lorsqu’il a réalisé qu’il ne pouvait se rapprocher de Kevin Magnussen.

Heureusement, Perez permet à Force India 2.0 d’inscrire des points, suivant le blanchissage d’il y a deux semaines.

11- Romain grosjean (Haas): 6

Image: Sam Bloxham/Motorsport Images

Ce fut une reprise du Grand Prix de Singapour pour Romain Grosjean (sans ses bêtises concernant les drapeaux bleus). En effet, le Français s’est qualifié dans le top 10 avec la gomme hypertendre et termine la course hors des points. Cette fois, il s’agit d’une onzième place à Sotchi, donc à la porte des points.

Comme il est sous la menace d’une suspension, à cause de ce qui s’est passé à Singapour, Grosjean devait rester tranquille en piste. Il a réussi, mais cela lui a rapporté zéro points. Cela veut donc dire qu’il n’a pas marqué en trois courses (il fut disqualifié en Italie, en raison d’un plancher illégal. Il avait terminé sixième).

12- Nico Hulkenberg (Renault): 5.5

Image: FOM

Faisant partie des cinq pilotes ayant snobé la Q2 pour économiser un train de pneus pour la course, Nico Hulkenberg a connu une course difficile.

Ayant débuté l’épreuve en tendres, l’Allemand n’a pas pu revenir dans le top 10 après son arrêt aux puits. Malgré son relais en pneus ultratendres, Hulkenberg devait s’occuper de gérer l’essence.

13- Marcus Ericsson (Sauber): 5

Pour l’une des rares fois, Marcus Ericsson s’est rendu en Q3! Oui, il y a eu cinq pilotes qui n’ont pas été chronométrés, mais peu importe.

Son départ était correct, car il a gardé son dixième rang… jusqu’à ce que Max Verstappen ne s’amène et le dépasse. Comme Grosjean, le Suédois a chuté au classement quand il a changé ses hypertendres pour des tendres. Il n’a jamais été en mesure de reprendre sa place dans le top 10.

14- Fernando Alonso (McLaren): 5

Crédits: FOM

Qui a dit que Sotchi allait démontrer la vraie performance de la McLaren? Notre Fernando Alonso préféré. On a eu notre réponse: les deux voitures oranges ont terminé vraiment loin des points.

Ayant pris une pénalité pour avoir changé ses composantes du groupe propulseur de sa McLaren, Alonso ne pouvait aucunement créer la surprise.

Plus que cinq courses, Fernando…

15- Lance Stroll (WIlliams): 5

Comme à son habitude, Lance Stroll s’est qualifié bon dernier. Heureusement pour lui, il est parti quatorzième, avec la panoplie de pilotes ayant reçu des pénalités.

Sa course n’a pas été excitante, mais non seulement il a évité de finir dans les bas-fonds du classement (grâce à un arrêt au septième tour), mais il a pu se rapprocher de Fernando Alonso.

16- Stoffel Vandoorne (McLaren): 5

Cela fait maintenant un an exactement que Stoffel Vandoorne ne s’est pas qualifié devant son coéquipier, Fernando Alonso.

Le seul fait saillant de sa course anonyme a été d’avoir dépassé la Renault endommagée de Carlos Sainz.

17- Carlos Sainz (Renault): 5

Source: Renault Sport F1 Team/Twitter

Sainz a imité Hulkenberg, samedi, en n’effectuant aucun tour lancé en Q2, dans le but de préserver un train de pneus pour la course de dimanche.

Au premier tour, il a endommagé sa voiture, affectant sa conduite. Ensuite, sa stratégie n’a pas fonctionné comme prévu. Au final, il a été poussé hors-piste (involontairement) par Kevin Magnussen, qui le dépassait.

Ajoutez à cela une douleur à l’œil qui le dérangeait tout au long de la fin de semaine. Vivement Suzuka pour le futur pilote McLaren.

18- Sergey Sirotkin (Williams): 3

Image: FOM

Pour sa première participation à la course locale, Sergey Sirotkin a été très décevant, au volant d’une Williams FW41 plus que décevante (soyons polis).

En qualifications, il n’a aucunement fait plaisir à ses partisans en réalisant un tête-à-queue en Q1. Il s’est retrouvé treizième sur la grille, grâce aux pénalités, mais le Russe a chuté au classement bien assez vite.

Il aura hâte d’oublier sa course à Sotchi très rapidement.

DNF- Pierre Gasly (Toro Rosso): Non classé

(Image: FOM)

À l’instar des Ricciardo, Verstappen, Alonso et Brendon Hartley, Pierre Gasly partait en fond de grille pour un changement de groupe propulseur.

En course, il a vu un débris provenant possiblement de la Red Bull de Daniel Ricciardo heurter son casque. Comble de malheur, son Grand Prix de Russie s’est terminé abruptement lorsque ses freins l’ont lâché, au sixième tour, le forçant à abandonner.

Dans une semaine, il aura la chance de rouler avec un moteur Honda de type 3 neuf, au Japon.

DNF- Brendon Hartley (Toro Rosso): Non classé

Image: FOM

Aux dires de Helmut Marko, le responsable du programme des jeunes pilotes chez Red Bull, il ne reste plus que « cinq ou six courses » à Brendon Hartley pour garder son volant chez Toro Rosso. Pour ce faire, il doit battre Pierre Gasly, en route vers le grand club en 2019, à chaque épreuve.

Malheureusement, il n’a pu absolument rien faire, car il partait derrière avec Gasly et il a abandonné au même moment que son coéquipier français, pour les mêmes raisons (ennuis de freins).

Il ne reste donc que cinq courses à un homme, frappé par la malchance à plusieurs reprises cette saison, pour garder son emploi avec l’écurie junior de Red Bull.

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *