Bulletin de notes Monaco 2018: Ricciardo enfin vainqueur devant le Prince

Ce n’était pas le Grand Prix de Monaco le plus spectaculaire, soyons honnêtes. Cependant, nous avons enfin pu voir Daniel Ricciardo gagner une course en partant de la pole position. Après la débâcle en 2016, causée par sa propre équipe, cette victoire à Monte-Carlo est une vengeance personnelle.

Le triomphe à Monaco était plus diffcile qu’on pouvait le penser. Le souriant Australien a souffert d’ennuis de moteur, le forçant à rouler avec six vitesses. C’était semblable à la course de Michael Schumacher, en Espagne 1994. Derrière, Sebastian Vettel et Lewis Hamilton n’ont jamais été capables de capituler, souffrant eux aussi d’ennuis. Alors que Kimi Raïkkönen et Valtteri Bottas se suivaient, Esteban Ocon et Pierre Gasly ont réalisé une course magnifique. Après son accident, lors des essais du samedi, Max Verstappen a sauvé les meubles en faisant une course propre (enfin).

1- Daniel Ricciardo (RED BULL): 10/10

Que dire de plus? Ce fut un Grand Prix parfait pour Ricciardo. Certes, sa voiture était la plus rapide, mais de gérer un problème majeur pendant une cinquantaine de tours mérite beaucoup de respect. En plus, c’est la première fois que l’Australien remporte une course à l’intérieur du top 3. Enfin, on peut oubler la fameuse mine déconfite de l’édition 2016.

2- Sebastian Vettel (Ferrari): 8/10

Outre Max Verstappen (qui s’est éliminé lui-même), Vettel était celui qui pouvait bien défier Ricciardo ce dimanche. Malheureusement, il n’a jamais été dans le coup, même pendant les ennuis de son ancien coéquipier chez Red Bull. De plus, sa relance en fin de course a ruiné toutes chances de victoire. Au moins, il s’est bien qualifié, a été propre tout au long de l’épreuve… et a terminé devant Lewis Hamilton.

3- Lewis Hamilton (Mercedes): 7.5/10

Sur un circuit où la Mercedes n’était clairement pas la meilleure, Hamilton a fait du mieux qu’il a pu. Il aurait surement pu faire mieux, mais il s’en tire quand même bien. Dans deux semaines, il sera fortement dans une meilleure position.

4- Kimi Raïkkönen (Ferrari): 7/10

Quatrième? Bwoah.

Course décente pour le doyen du plateau 2018. Il était loin de la première ligne, mais il a mis de la pression à Hamilton à certains moments. Terminer quatrième était le résultat le plus plausible pour Monsieur Bwoah.

5- MIka Häkkinen Valtteri Bottas (Mercedes): 7/10

Bottas au casque à la Häkkinen.

Bottas ne pouvait rien faire pour obtenir un podium à Monaco. Cependant, il a été très bon avec le relais en pneus supertendres (rouges). Malheureusement, il a perdu la bataille finnoise.

6- Esteban Ocon (Force India): 9.5/10

Avant Monaco, Ocon n’avait qu’un seul point, inscrit à Sakhir. Il vient d’en inscrire plus qu’un, en ce dimanche après-midi. Le weekend du Français était exceptionnelle, dans les circonstances. Remarquable en qualifs, Ocon n’a jamais été inquiété pendant la course. Il s’est même permis de se rapprocher tranquillement de Bottas, à quelques tours de la fin. « C’est bon pour le moral », dixit une chanson très populaire!

7- Pierre gasly (toro Rosso): 9/10

On aurait pu donner un 9.5 à Monsieur Gasly, parce que le seul point négatif de sa fin de semaine était sa dixième place le samedi. Pourquoi dernier du top 10? N’empêche, Gasly a effectué un très bon long relais, en plus de profiter de l’abandon de Fernando Alonso. Une belle performance en général pour le Rouennais.

8- Nico Hülkenberg (Renault): 7.5/10

Il aurait pu se retrouver en Q3, mais une erreur à la Nouvelle Chicane a ruiné ses chances. Dans une voiture pas très compétitive dans la principauté, Hülkenberg s’est bien débrouillé. Son relais en ultratendres (violets) lui a au moins permis de passer devant son coéquipier, Carlos Sainz.

9- Max Verstappen (Red Bull): 7.25/10

LE moment qui a changé le weekend de Verstappen.

La course de Verstappen mérite un bon 8/10, mais sa fin de semaine complète est un 6.5/10. Alors, nous lui avons donné la moyenne des deux. Ce qui aurait pu être un doublé Red Bull à la 250ème course des Autrichiens s’est tranformé en une domination nette de Ricciardo. Verstappen était très rapide lors des essais, mais un bis repetita de son accident à la Piscine de 2016 a ruiné ses espoirs de victoire. Cela l’a forcé à partir dernier et, du même coup, à se calmer dans l’étroitesse monégasque. Mission accomplie pour lui, ramenant deux points, mais opportunité ratée après son podium à Barcelone.

10- Carlos Sainz (Renault): 7/10

Pour une deuxième course de suite, l’Espagnol est parti devant Hülkenberg. Cette fois-ci, ce dernier n’a pas subi d’ennuis mécaniques. Par contre, les 78 tours ont été souvent pénibles. Après son arrêt aux puits, Sainz a dû se battre avec des pneus ultratendres usés, le forçant à laisser passer son équipier et à se défendre en vain face à Verstappen. Au moins, il quitte Monaco avec un point.

11- Marcus Ericsson (Sauber): 7/10

La course d’Ericsson n’était pas trop étincelante.

Ericsson est passé complètement inaperçu, pendant le Grand Prix. Il s’est qualifié bien derrière Charles Leclerc, en étant éliminé de la Q1, et a passé toute la course derrière lui. Bien que Leclerc ait abandonné, le Suédois s’est montré un peu plus rapide, allant presque chercher le dernier point disponible à Sainz.

12- Sergio Perez (Force India): 6/10

Perez était un dixième plus lent qu’Ocon en qualifs, mais est parti trois places derrière son coéquipier. Ouille! Ce ne fut guère mieux en course. Lors de son seul arrêt aux stands, le Mexicain a assisté à un lent changement de pneus (Ricciardo compatit avec lui). Même s’il aurait pu obtenir un point, Perez ne l’a pas eu facile là où il a inscrit un podium en 2016.

13- Kevin Magnussen (Haas): 6/10

Magnussen, à l’instar de son équipe, n’avait pas le rythme pour terminer dans le top 10. Oui, il a dépassé Romain Grosjean au départ, mais toute la fin de semaine fut une catHAAStrophe.

14- Stoffel Vandoorne (McLaren): 6/10

Le pauvre Vandoorne pouvait être au même niveau qu’Alonso en qualifs, mais un ennui avec le système d’essence l’a empêché de faire mieux que douzième au départ. En course, le Belge a perdu des secondes précieuses aux puits, le forçant à être la boulette de viande du hamburger Haas.

15- Romain Grosjean (Haas): 6/10

Le Grand Prix de Monaco pour Haas: une image qui vaut mille mots.

Avec une voiture aux pièces de pontons fragiles (qui furent retirées après la journée du jeudi), Romain Grosjean s’est quand même bien débrouillé. Bien qu’il ait reculé de trois places sur la grille, après son accident en Espagne, le Franco-Suisse a au moins réussi à ramener la Haas en un morceau. Même si cela l’impliquait à être le pain du bas dans le hamburger en question.

16- Sergey sirotkin (Williams): 7/10

Sans aucun doute, Monaco était la meilleure course pour la recrue russe, jusqu’à présent. Rapide tout au long de la fin de semaine, il fallait que Williams joue les casseux de party. Après le signal des trois minutes avant le tour de chauffe, les mécanos de l’écurie n’ont pas mis les pneus à temps. Résultat: 10 secondes de stop-and-go qui le relègue presque bon dernier. Pourtant, Sirotkin avait réussi à prendre une position à Vandoorne au départ. Une erreur d’amateur qui reflète bien la saison de Williams.

17- Lance Stroll (Williams): 4.5/10

D’un autre côté, Lance Stroll a connu une autre excursion à Monte-Carlo horrible. D’abord, il a subi deux crevaisons pendant l’épreuve, dont un causé par un contact avec une autre voiture. Ensuite, son appui-tête n’était pas bien ajusté en Q1. Mais pour compléter le tout, Stroll n’a jamais été en mesure de pousser sa FW41 au maximum. Seul point positif: il a inscrit le troisième meilleur temps en course.

dnf- Charles Leclerc (sauber): 7.5/10

Pour son premier GP à domicile, Leclerc n’a pas à rougir de sa performance. Encore une fois, il a permis à Sauber d’atteindre la Q2 sans problème. Malencontreusement, sa course s’est terminée avec un accident avec la Toro Rosso de Brendon Hartley. Le protégé de la Scuderia Ferrari n’est pas à blâmer, puisque ses freins étaient kapouts.

DNF- Brendon Hartley (Toro Rosso): 5.5/10

Il pouvait inscrire des points, mais ce ne fut pas le cas. En plus de rater la Q2, Hartley a récolté une pénalité de vitesse excessive dans les stands. Adieu, les points! Il fut, par contre, un passager de la Sauber sans freins de Leclerc. Bel aileron arrière, Brendon!

DNF- Fernando Alonso (Mclaren): 7/10

À son retour dans la principauté, Nando ne s’est pas qualifié devant la Force India. Au moins, il a roulé en septième place. La boîte de vitesses l’a lâché au moment où il devait défendre sa position face à Gasly. Le duel « Now we can fight » attendra encore un peu.

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *