Bulletin de notes Mexico 2019: Hamilton proche du titre

Il n’a peut-être pas mis la main sur le titre à Mexico, mais Lewis Hamilton s’est permis de remporter le Grand Prix du Mexique 2019. Le Britannique a gagné une course stratégique, devant Sebastian Vettel et Valtteri Bottas. Le Bulletin de notes de cette semaine, cependant, ne sera pas tendre envers un pilote…


PODCAST #17: Hommage à Jules Bianchi


1- Lewis Hamilton (Mercedes): 10

Grille de départ: 3e

Le début de course de Lewis Hamilton fut corsé. Au départ, le Britannique s’est retrouvé presque nez à nez avec Sebastian Vettel, avant de jouer dur avec Max Verstappen. Au virage 2, Hamilton et Verstappen se sont touchés, mais ont pu continuer. Le meneur au championnat a chuté au cinquième rang.

Optant pour une stratégie à un arrêt, Hamilton a roulé 47 tours avec la gomme dure, rendant la tâche un peu plus difficile. Mercedes a pris un risque en s’inspirant du relais de Daniel Ricciardo, débutant la course avec les Durs. En changeant son style de conduite, à cause des pneus et des dommages causés par le contact avec Verstappen, Hamilton a mis la main sur sa 10e victoire de la saison, la 100e de Mercedes en tant que constructeur et, surtout, n’est plus qu’à quatre points minimum du sixième titre en carrière.

2- Sebastian Vettel (ferrari): 8.75

Grille de départ: 2e

Une bonne course de Vettel marquée par une stratégie ratée. Sebastian Vettel a très bien performé à Mexico City. Deuxième derrière Charles Leclerc lors de son premier relais, l’Allemand a demandé à Ferrari de le laisser en piste, alors que la fenêtre d’arrêts état déjà ouverte. Ses pneus étaient encore en bon état pour allonger son relais. C’est dommage que le pitwall de la Scuderia n’eut pas la bonne idée d’imiter la stratégie d’Hamilton et de rattraper le Britannique pour la victoire.

Néanmoins, la bonne forme de Vettel récemment continue d’être mis à l’avant.

3- Valtteri Bottas (Mercedes): 9

Grille de départ: 6e

24 heures après son terrible accident lors des qualifications, Valtteri Bottas a trouvé une énorme façon de récompenser les mécanos, qui ont passé des heures à réparer sa Mercedes. Personne ne s’attendait à voir le (faux) porte-parole de Quaker monter sur le podium. Pourtant, Bottas l’a fait!

Rebondir après un gros accident? Pas de problème pour Bottas!

Malgré un contact avec Max Verstappen, Bottas a imité la stratégie de Vettel, mais, contrairement au pilote Ferrari, il a grimpé au troisième rang. Il peut aussi remercier l’arrêt lent et une légère erreur de Charles Leclerc pour préserver sa place sur le plus beau podium en Formule 1 (désolé, Monza).

Avec ce podium inespéré et inattendu (sans ploguer du Réjean Ducharme), Bottas empêche Hamilton d’être sacré champion 2019 à Mexico.

4- Charles Leclerc (Ferrari): 7

Grille de départ: pôle position

Ayant hérité de la pôle, gracieuseté de la bêtise de Verstappen le samedi, Charles Leclerc a vu sa course être ruinée par une mauvaise stratégie de son écurie. Optant pour une tactique à deux arrêts, cela n’a pas fonctionné. Le relais après son premier passage aux puits n’était guère fructueux, mais le deuxième fut pire: un changement de pneus lent…

En plus, en rattrapant Bottas, Leclerc a commis une légère sortie de piste au virage 4. Ce fut suffisant pour laisser respirer Bottas (à 2285 mètres d’altitude).

5- Alex Albon (Red Bull): 9

Grille de départ: 6e

Une cinquième place pleine de joie! Alex Albon obtient encore une très bonne note, depuis qu’il s’est joint à Red Bull, en août dernier. Ce Grand Prix à Mexico est le meilleur de sa très jeune carrière en F1.

La recrue, parti de la sixième place, a profité des largesses de Verstappen et d’Hamilton au départ pour grimper au troisième rang. Incroyable mais vrai, il a même mis de la pression sur les deux Ferrari! Malheureusement, Red Bull l’a fait rentrer trop tôt et la stratégie n’a guère fonctionné. Avec le potentiel que la RB15 avait à Mexico, un premier podium était vraiment possible…

6- Max Verstappen (Red Bull): 5

Grille de départ: 4e

Par où commencer?

Ce qui aurait pu être une troisième fiesta consécutive s’est transformé en un cauchemar total pour Max Verstappen.

Tout d’abord, le double vainqueur a perdu sa deuxième pôle position de la saison (et en carrière), suite à une pénalité de trois places pour ne pas avoir ralenti devant le drapeau jaune, en qualifications. Une offense qu’il a lui-même avouée.

Pour reprendre l’adage populaire du chroniqueur de RDS, Alain Chantelois: « Pas fort, chef ».

Le cauchemar de Mexico 2019 pour Max Verstappen
Le cauchemar de Mexico 2019 pour Max Verstappen

Ensuite, le lendemain, il entre en contact avec les deux Mercedes, en l’espace de quelques tours! En premier lieu, il explore le gazon mexicain avec Lewis Hamilton au départ. En second lieu, il réussit à moitié son dépassement sur Valtteri Bottas, avant de subir une crevaison, quelques virages plus loin. Verstappen est relégué au dernier rang. En dernier lieu, il touche la Haas de Kevin Magnussen, sans dommage.

Ce qui a sauvé (à moitié) sa journée, c’est son impressionnant relais de 65 tours sur la gomme dure.

N’eut été de ces bêtises, Verstappen aurait pu être le vainqueur du Gran Premio à Mexico… Encore une fois: « Pas fort, chef… »

7- Sergio Perez (Racing Point): 9.5

Grille de départ: 11e

Du grand Checo, les amis!

Sergio Perez a, encore une fois, réussi à plaire à ses partisans locaux avec une performance exceptionnelle. Bien qu’il soit passé proche d’atteindre la Q3, le natif de Guadalajara a réussi son départ et, avec une stratégie à un arrêt, il a maximisé la gestion des pneus. De plus, il a résisté aux nombreuses attaques de Daniel Ricciardo, lui aussi sur la même ruse.

Perez égale son meilleur résultat au Mexique, lui qui avait terminé septième en 2017.

8- Daniel Ricciardo (Renault): 9

Grille de départ: 13e

Énormément frustré de s’être qualifié 13e sur la grille (surtout qu’il était parti en pôle, l’an dernier), Daniel Ricciardo s’est amusé à Mexico.

L’Australien est monté de cinq positions, au départ, avant de réaliser un relais brillant et inspirant (surtout pour Lewis Hamilton) avec la gomme dure. Il aurait pu jouer le rabat-joie, en dépassant Sergio Perez, mais il a raté son dépassement sur le héros local.

Cela n’enlève pas sa belle performance, quelques jours après la disqualification du Grand Prix du Japon.

9- Pierre Gasly (Toro Rosso): 7

Grille de départ: 10e

Atteint de la tourista, comme plus de 150 personnes dans le paddock à Mexico, Pierre Gasly a marqué d’autres bons points pour Toro Rosso. Il a été un des rares pilotes à réussir la stratégie de deux arrêts, surtout après s’être débarrassé de ses pneus tendres.

À l’origine, le Français devait terminer 11e, mais une pénalité de dix secondes imposée à Daniil Kvyat l’a promu au 9e rang.

10- Nico Hulkenberg (Renault): 7

Grille de départ: 12e

Comme Sergio Perez, Nico Hulkenberg finit dans le top 10 en ayant eu un accrochage en fin de course. L’Allemand fut victime d’un dépassement tardif raté de Daniil Kvyat, au dernier tour. C’est sans aileron arrière qu’il a franchi la ligne d’arrivée.

Outre ce moment, Hulkenberg a lui aussi opté pour un arrêt aux puits. Il est resté neuvième, avec des durs se dégradant assez vite, jusqu’à l’accrochage.

11- Daniil Kvyat (Toro Rosso): 6

Grille de départ: 9e

Tout comme Pierre Gasly, Daniil Kvyat a fait fonctionner sa course à deux arrêts. Le Russe se retrouvait en très bonne position pour garder Toro Rosso dans la lutte au cinquième rang du championnat des constructeurs, mais ledit accrochage avec Nico Hulkenberg a tout fait foirer. Il s’est pris une pénalité de dix secondes (justifiée, qu’il le veuille ou non), le reléguant à la porte des points. N’eut été de ce moment, il aurait récolté la note de 7, au lieu d’un 6.

12- Lance Stroll (Racing Point): 5

Grille de départ: 16e

Encore une fois, Lance Stroll s’est sorti du trouble en gagnant des places au départ. Ensuite, il a relativement maximisé son relais en pneus médiums, mais le passage aux durs ne s’est pas concrétisé comme les autres. Il fut gobé par les Toro Rosso, sur deux arrêts, comme il va probablement bouffer son gâteau d’anniversaire (il a eu 21 ans, le 29 octobre dernier).

13- Carlos Sainz (McLaren): 6.5

Grille de départ: 7e

Quelle catastrophe pour McLaren! Carlos Sainz, le meilleur pilote du milieu de peloton, se retrouvait 4e au premier tour. Malheureusement, le passage aux pneus durs ne fut aucunement digne de succès. Il a chuté hors du top 10, dans une course où l’Espagnol pouvait briller.

14- Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo): 6

Grille de départ: 15e

Avec un premier relais décent, Antonio Giovinazzi pouvait permettre à Alfa Romeo de mettre fin à la période sombre de l’écurie suisse. Rien pour remonter le moral des troupes, l’arrêt aux puits de l’Italien fut un désastre. Giovinazzi fut ainsi relégué à la fin du peloton.

15- Kevin Magnussen (Haas): 6.5

Grille de départ: 17e

La saison de misère, ainsi que le séjour à Mexico, se poursuit chez Haas. Il n’y a pas de points marqués, mais Kevin Magnussen a fait du mieux qu’il a pu, malgré un contact avec la Alfa Romeo de Kimi Raikkonen. Le relais après son passage aux puits anticipé fut correct, dans les circonstances, même si cela ne lui a rapporté qu’une 15e place.

16- George Russell (Williams): 5.5

Grille de départ: 19e

Dans un rare duel diffusé à la télé, George Russell a perdu face à Robert Kubica, L’Anglais est resté derrière le Polonais, durant le reste de course, mais a terminé devant son coéquipier. Ce dernier a souffert d’une crevaison lente.

17- Romain Grosjean (Haas): 5

Grille de départ: 18e

Une (autre) fin de semaine à oublier pour Romain Grosjean. Le Français, qualifié 18e, a chuté au dernier rang. Il n’a jamais été capable d’effectuer le même relais que son coéquipier, Kevin Magnussen, a pu faire. Il termine donc entre les deux Williams…

18- Robert Kubica (Williams): 6

Grille de départ: 20e

Après la mini-controverse de l’aileron avant au Japon, Robert Kubica a offert une meilleure performance que George Russell, son coéquipier. On l’a même vu réaliser un dépassement musclé sur le jeune Britannique, avant qu’il ne s’envole. Malheureusement, une crevaison lente a ruiné son beau dimanche.

Kubica n’était pas supposé finir dernier parmi les classés.

DNF- Kimi Raikkonen (Alfa Romeo): 5

Grille de départ: 14e

Les Grands Prix se suivent et se ressemblent pour Kimi Raikkonen, depuis un certain temps. À Mexico, ce fut pareil. Au départ, celui qui avait fini troisième l’an dernier fut impliqué dans un accrochage avec Kevin Magnussen.

Les dommages furent importants pour que Alfa Romeo décide de retirer la voiture numéro 7 au 58e tour de l’épreuve.

DNF- Lando Norris (McLaren): 6.5

Grille de départ: 8e

À l’instar de Carlos Sainz, Lando Norris a connu un bon début de Grand Prix, avant que la malchance ne le frappe encore.

Son seul arrêt aux puits s’est presque transformé en un abandon instantané, lorsqu’un écrou fut mal fixé à la voiture. McLaren a réussi à le retourner en piste, mais les chances de revenir dans les points furent nulles. Abandon au 48e tour. Pauvre Lando…

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *