Bulletin de notes Japon 2019: Bottas intouchable à Suzuka

Au terme d’une journée chargée à Suzuka, Valtteri Bottas a remporté le Grand Prix du Japon 2019. Cette victoire permet, ainsi, à Mercedes de mettre la main sur le titre des constructeurs pour cette saison. Quelles notes Bottas, son coéquipier Lewis Hamilton et les 18 autres pilotes recevront? Découvrez-les dans notre Bulletin de notes!


Le podcast sur le Grand Prix du Japon

1- Valtteri Bottas (Mercedes): 10

Grille de départ: 3e

En 31 Grands Prix du Japon à Suzuka, personne n’a gagné cette course de la deuxième ligne.

Personne… jusqu’à dimanche après-midi. Cet honneur revient à Valtteri Bottas. Parti de la troisième place, le Finlandais a profité du mauvais départ des pilotes Ferrari pour s’emparer de la tête. Suite à cela, il n’a jamais été inquiété. Toute la fin de semaine, Bottas s’est placé devant Lewis Hamilton. Or, cela mérite amplement la note parfaite.

2- Sebastian Vettel (Ferrari): 8.75

Grille de départ: pôle position

Ayant obtenu la pôle position en matinée, Sebastian Vettel espérait avoir le dessus sur Charles Leclerc et Mercedes. Malheureusement, il a anticipé le départ de très, très peu et a perdu une position aux dépens de Bottas. Le bon côté de ce moment est que les commissaires de la FIA a décidé de ne pas sévir contre Vettel.

Alors que Bottas était intouchable en course, Vettel devait garder ses distances face à Lewis Hamilton. Il le fit, grâce à une stratégie de deux arrêts, chaussant les pneus médiums lors de son dernier relais. Son rival se rapprochait graduellement, mais l’Allemand résista aux attaques de la Mercedes.

3- Lewis Hamilton (Mercedes): 7.5

Grille de départ: 4e

Enregistrant son pire résultat en qualifications de la saison, Lewis Hamilton n’avait pas le choix de gagner, afin de se rapprocher du titre dès le Grand Prix du Mexique, dans deux semaines. Lors de la course, il a perdu un miroir, en raison des débris détachées de la Ferrari de Charles Leclerc. Ensuite, le relais en pneus médiums n’a pas été aussi fonctionnel qu’il pensait.

Avec son doute sur la stratégie décidée par Mercedes, Hamilton n’a jamais été en mesure de dépasser Sebastian Vettel, avec des pneus tendres neufs. Au moins, le Britannique, avec son point boni pour le meilleur tour en course, a permis à Mercedes de remporter le championnat des constructeurs.

4- Alexander Albon (Red Bull): 7

Grille de départ: 6e

Pour une première fois à Suzuka, Alex Albon s’est très bien débrouillé. En matinée, il a inscrit le même temps que son coéquipier, Max Verstappen, lors des qualifications! Personne n’avait réussi à se rapprocher du Néerlandais, en matière de tour lancé, depuis un bout!

En course, le départ fut difficile, se retrouvant derrière les deux McLaren. En plus, il a réussi un dépassement très risqué sur son bon ami, Lando Norris, qui laissera des dommages aux deux voitures. C’est sa stratégie de deux arrêts qui lui a permis de passer devant l’autre McLaren, celle de Carlos Sainz.

Le Thaïlandais s’est distancé de Sainz de dix secondes, à la fin de l’épreuve, afin d’enregistrer son meilleur résultat en carrière.

5- Carlos Sainz (McLaren): 10

Grille de départ: 7e

Encore une fois, Carlos Sainz nous a offert une performance exceptionnelle. Bien qualifié en septième place, l’Espagnol a réussi un autre très bon départ. À un certain point, il se retrouvait (encore une fois) nez à nez avec Hamilton. De plus, la stratégie d’un seul arrêt aux puits a été très fonctionnelle, malgré qu’Alex Albon ait eu le dessus. Sainz est quand même resté bien devant la Ferrari de Charles Leclerc.

6- Daniel Ricciardo (Renault): 9

Grille de départ: 16e

Afin d’effacer une séance de qualifications ardue, Daniel Ricciardo s’est amusé sur le circuit de Suzuka. L’Australien était un de ces pilotes optant pour une stratégie à un arrêt. Cette ruse a bien fonctionné, avec des pneus médiums bien rodés, plusieurs dépassements bien calculés et la coopération de Nico Hulkenberg, qui l’a laissé passer pour qu’il se rende au septième rang.

Ricciardo a hérité de la sixième place, avec la pénalité de 15 secondes infligée à Charles Leclerc.

7- Charles Leclerc (Ferrari): 5

Grille de départ: 2e

Depuis qu’il a perdu le Grand Prix d’Autriche sur un dépassement musclé de Max Verstappen, Charles Leclerc nous avait promis qu’il serait plus agressif. On a vu le bon côté de son changement, mais à Suzuka, on a aussi vu le mauvais.

Pourtant bien qualifié, Leclerc a, à l’instar de Vettel, connu un mauvais départ. Blotti derrière Max Verstappen, le Monégasque tente de revenir devant lui, mais l’accroche. Leclerc a pu continuer, mais son aileron avant fut endommagé. Au bout de deux tours, une partie de l’aileron se détacha et détruisit le miroir droit de la Mercedes de Lewis Hamilton.

Une course de deux arrêts s’est transformée en trois ravitaillements et cela signifiait que le jeune pilote devait remonter le peloton pour retrouver le top 10. Il arriva en sixième, mais deux pénalités, une pour l’accrochage au départ et l’autre pour avoir conduit une voiture à la pièce endommagée, ont promu Daniel Ricciardo à cette position. Leclerc finit septième.

8- Pierre Gasly (Toro Rosso): 8.25

Grille de départ: 9e

Autre belle performance pour Pierre Gasly. Le Français a inscrit ses premiers points sur à Suzuka, après avoir terminé onzième l’an dernier. Atteignant la Q3 pour la première fois de son deuxième relais avec Toro Rosso, le vice-champion de la Super Formula en 2017 a bien débuté l’épreuve. La décision d’opter pour un arrêt a bien fonctionné. Pourtant, un ennui de suspension, suivi d’un accrochage avec Sergio Perez dans un dernier tour (qui n’a jamais compté), a failli ruiné sa belle journée.

La huitième place, accompagné du quatrième rang d’Albon, donne une certaine joie à Honda dans sa course à domicile.

9- Sergio Perez (Racing Point): 8

Grille de départ: 17e

Sauvé par la cloche…

Éliminé en Q1 pour une rare fois cette année, Sergio Perez a corrigé le tir en effectuant un bon départ. Ensuite, il a su gérer l’usure de ses pneus de belle manière. Pour son deuxième relais, avec des pneus tendres, le Mexicain n’a aucunement hésité à pousser à fond pour rester dans le top 10. Il a dépasé Lance Stroll et Nico Hulkenberg, avant de terminer sa course dans le mur, après un accrochage avec Gasly.

Heureusement pour Perez, le drapeau à damier a été brandi un tour plus tôt. Or, l’incident avec la Toro Rosso ne sera jamais inscrit dans le livre officiel de la course. Il a donc gardé sa neuvième place.

Sauvé par la cloche, en effet…

10- Nico Hulkenberg (Renault): 7

Grille de départ: 15e

Un problème hydraulique a empêché Nico Hulkenberg de se rendre en Q3. Lors de la course, il a été capable d’optimiser la stratégie d’un arrêt. Bien qu’il n’ait dépassé que Lance Stroll, l’Allemand est resté dans le top 10. Une belle récupération d’Hulkenberg, après une telle frustration durant la matinée.

(NDLR: le résultat des deux Renault sont sous enquête, suite à une plainte déposée par Racing Point, concernant leur système de freinage.)

11- Lance Stroll (Racing Point): 7

Grille de départ: 12e

S’il y a bien un perdant dans le bogue du dernier tour, c’est Lance Stroll.

Le Québécois était supposé marquer le dernier point de la course, mais la 53e boucle du Grand Prix du Japon n’a jamais été entériné. Pourtant, la recrue de Racing Point avait disputé une belle course, ancré dans le top 10 pendant une majeure partie de l’épreuve. Comble de malheur, Stroll n’a pas pu faire durer les pneus médiums jusqu’à la fin. Cela l’a relégué hors des points.

Néanmoins, il a démontré de bonnes choses, en fin de semaine.

« Ci-gît la possible dixième position de Lance Stroll… »

12- Daniil Kvyat (Toro Rosso): 6

Grille de départ: 14e

Daniil Kvyat a peut-être réussi son pari d’un seul arrêt, mais ce ne fut guère suffisant pour imiter Pierre Gasly. Non seulement il ne possédait pas un rythme de course nécessaire pour marquer des points, mais il était souvent une cible facile pour ses adversaires. Kvyat devra faire beaucoup mieux au Mexique.

13- Lando Norris (McLaren): 5.5

Grille de départ: 8e

Le pauvre Lando Norris espérait aider McLaren à consolider sa quatrième place au championnat des constructeurs, mais il a involontairement ramassé les débris de la Ferrari de Leclerc. Ajoutez à cela une légère mise en échec d’Alex Albon et une gestion de pneus difficile et vous avez un mauvais dimanche après-midi pour le Britannique.

Ça lui apprendra à tricher au bowling…

14- Kimi Raikkonen (Alfa Romeo): 5

Grille de départ: 13e

Alors que le Grand Prix du Japon 2005, qu’il a remporté de la dix-septième place, était diffusé sur la chaîne YouTube de la Formule 1, Kimi Raikkonen ne l’avait pas facile à Suzuka. Le Finlandais ne pouvait obtenir des performances optimales avec la gomme dure, donc il dût s’arrêter pour passer aux tendres.

15- Romain Grosjean (Haas): 5.5

Grille de départ: 10e

Une autre performance en qualifications ruinée par une performance de la voiture horrible pour Romain Grosjean. Au moins, il a fini la course…

Bref, le Français, comme Kimi Raikkonen, a eu de la difficulté à faire chauffer les dures. Cela l’a relégué bien loin du top 10.

On pourrait lui donner une meilleure note, car il a assemblé un modèle réduit d’une Tyrell P34, lors de la journée annulée du samedi, mais ça ne relève pas de la course…

16- Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo): 5

Grille de départ: 11e

Antonio Giovinazzi a imité Kimi Raikkonen avec la même stratégie. Les pneus durs n’ont jamais fonctionné à Suzuka, en fin de semaine. Pourtant, l’Italien s’était mieux qualifié que son coéquipier, qui célèbre ses 40 ans au moment de publier le texte.

17- Kevin Magnussen (Haas): 5

Grille de départ: 19e

Son accident en qualifications n’était pas nécessaire (de son propre aveu). Il s’est sauvé la face en montant jusqu’au treizième rang, après le premier tour. Malheureusement, il a été victime des problèmes récurrents de sa voiture, en plus de se sentir inconfortable avec un siège vacillant.

18- George Russell (Williams): 6.5

Grille de départ: 18e

Outre se retrouver parmi les derniers, George Russell peut se réjouir d’avoir terminé la course, en dépit d’un problème de freins. Il est presque parvenu à prendre un tour à son coéquipier, Robert Kubica!

19- Robert Kubica (Williams): 4

Grille de départ: ligne des puits

Les choses vont de mal en pis pour Robert Kubica, depuis qu’il a annoncé son divorce avec Williams. Le Polonais, comme Magnussen, a tapé le mur au dernier virage du circuit de Suzuka.

Les mécaniciens ont travaillé dur et avec brio pour refaçonner la FW42 avant le début de l’épreuve. Cependant, il fallait s’attendre à ce que celui qui s’était qualifié dans le top 3, lors de sa dernière présence à Suzuka, en 2010, finisse dernier.

Comme si ce n’était pas assez, Kubica suppose que Williams lui a enlevé l’aileron avant de 2020, qu’il devait tester.

20- Max Verstappen (Red Bull): aucune note

Grille de départ: 5e

Nous n’avons donné aucune note à Max Verstappen, car sa course à Suzuka s’est terminée au départ, suite à l’accrochage avec Charles Leclerc. En vérité, il a abandonné au sixième tour, en raison de problèmes de freins. Pourtant, il s’était rendu au troisième rang, après le premier virage…

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *