Bulletin de notes Japon 2018: balle de match: Lewis Hamilton

Lewis Hamilton  enregistre sa dixième victoire de la saison, à Suzuka, et peut gagner le titre dès le Grand Prix des États-Unis. Le Britannique gagne au pays du soleil levant, alors que Sebastian Vettel voit ses chances d’être un quintuple champion du monde diminuer tel un soleil qui se couche.

1- Lewis Hamilton (Mercedes): 10

Image: Motorsport Images

Encore une fois cette année, Lewis Hamilton a connu une fin de semaine parfaite. Il aime le circuit de Suzuka, il est puissant là-bas (cinquième victoire nipponne; quatrième sur le grand 8) et il l’a prouvé. Hamilton n’a jamais été dérangé en course, à l’exception de quelques soucis (très, très) mineurs.

Il n’a qu’à gagner le Grand Prix des États-Unis et espérer que Sebastian Vettel ne termine pas deuxième, afin de devenir champion du monde.

2- Valtteri Bottas (Mercedes): 7

Image: FOM

Contrairement à sa course en Russie, Valtteri Bottas a été tranquille. Par contre, il a effectué quelques freinages forcés, permettant à Max Verstappen de le rattraper et de le mettre sous pression, dans la lutte pour le deuxième rang. Heureusement pour le Finlandais, son moteur Mercedes était plus puissant que le Tag Heuer Renault du Néerlandais.

3- Max Verstappen (Red Bull): 8.5

Profitant de la crampe au cerveau de Ferrari en qualifications, Max Verstappen a réalisé un bon départ, de la troisième place. Arrivé à la chicane Casio, il rate son virage et rejoint la piste en forçant Kimi Raikkonen hors-piste. Cette action lui a valu une pénalité de temps de cinq secondes, servie pendant son arrêt aux puits. Cela ne l’a pas affecté, tout comme l’attaque de Vettel à son endroit au Spoon. Malgré tout, Verstappen s’est bien rapproché de Bottas, mais manquait de puissance moteur.

4- Daniel Ricciardo (Red Bull): 10

Samedi, la planète entière a vu Daniel Ricciardo frustré comme jamais, après avoir souffert d’une perte de puissance de son moteur, en Q2.

 

Le lendemain, il s’est présenté à Suzuka avec le couteau entre les dents. Rattrapant le peloton en l’espace de vingt tours, l’Australien est revenu devant Kimi Raikkonen, après son arrêt aux puits, au tour 23. Avec ses dépassements culottés, une excellente stratégie et un pilotage sans reproches, il mérite amplement son titre de « Pilote du jour » par les fans.

5- Kimi Raikkonen (Ferrari): 6

Image: Ferrari

Après Singapour et la Russie, ajoutons le Japon comme course anonyme pour Raikkonen. Cependant, il s’est retrouvé devant les projecteurs, à cause de Max Verstappen. Ce dernier l’a poussé dans l’herbe au premier tour. En plus, il a perdu une bonne quatrième position aux dépens d’un Daniel Ricciardo qui partait quinzième.

6- Sebastian Vettel (Ferrari): 5

À l’instar de son écurie, Sebastian Vettel a connu une fin de semaine très difficile. Tout cela a commencé avec la décision de commencer la Q3 en pneus intermédiaires… sur une piste sèche. Lorsque lui et Raikkonen sont revenus aux puits pour changer de pneus, Lewis Hamilton et Valtteri Bottas avaient déjà cadenassé la première ligne. Juste avant que la pluie n’arrive, Vettel commit une erreur sur son seul tour lancé. Au final, l’Allemand s’est qualifié neuvième, mais a profité d’une pénalité à Esteban Ocon pour partir huitième.

Image: FOM

En course, il a gagné quatre positions au premier tour. Malheureusement, sa (première) remontée fut gâchée par une tentative de dépassement ratée sur Max Verstappen, au virage Spoon. Vettel s’est donc retrouvé dix-neuvième et bon dernier. Heureusement, il a réussi à revenir dans le traditionnel top 6, dernier de ce groupe.

Cela lui a pris deux remontées pour limiter les dégâts, mais il se retrouve tout de même acculé au pied du mur, en attendant le rendez-vous américain.

7- Sergio Perez (Racing Point Force India): 9

Image: Force India

Si un système de trois étoiles existait en Formule 1, comme c’est le cas au hockey, Sergio Perez aurait définitivement la troisième étoile. Le Mexicain a transformé sa qualification décevante en une course superbe. Il s’est retrouvé au centre de bagarres avec les deux Toro Rosso et, surtout, avec la Haas de Romain Grosjean.

D’ailleurs, il s’est rapproché intelligemment et légalement de Grosjean, pendant l’intervention de la Voiture de sécurité virtuelle, avant de le dépasser. Avec cela, il remporte la course de Formule 1.5 (le championnat sans les trois meilleures écuries).

8- Romain Grosjean (HAas): 8

Image: Motorsport Images

Pourquoi Haas a décidé de garder Romain Grosjean avec eux en 2019? Parce que le Français est capable d’offrir de belles performances. Celle de Suzuka est un bon exemple. Tout d’abord, il a permis à son écurie de se qualifier cinquième, en plus d’atteindre la Q3 pour une dixième fois consécutive (ce qu’il n’avait jamais fait auparavant). Ensuite, il connaît un bon début de course, restant dans le top 6 pour un certain temps.

Là où ça s’est gâté est quand il s’est fait dépasser par Perez, à cause d’une perte de télémétrie, causé par un feu. Malgré tout, Grosjean permet à Haas de se rapprocher à huit points de Renault et du quatrième rang au championnat des constructeurs.

9- Esteban Ocon (Racing Point Force India): 7

Pénalisé de trois places pour avoir omis de ralentir sous drapeau rouge, lorsque Nico Hulkenberg a eu son accident lors des essais libres du samedi, Esteban Ocon est parti onzième et a été forcé de partir avec les pneus utilisés en Q2.

À l’instar de son coéquipier, Ocon s’est bien battu pour aller chercher deux points quand même importants pour Racing Point Force India. Sans la sanction, la position aurait été sûrement meilleure.

10-  Carlos Sainz (Renault): 7

Contrairement à Sotchi, Carlos Sainz a profité d’une bonne stratégie, partant treizième. Le jeune Espagnol a dépassé Pierre Gasly dans les derniers tours, afin d’inscrire le dernier point disponible. Il marque, oui, mais Grosjean a fini plus haut au classement. Attention, Renault!

11- Pierre Gasly (Toro Rosso): 6

Terminer à la porte des points, après une qualification exceptionnel pour le motoriste local, est une énorme déception pour Toro Rosso et pour Pierre Gasly. Avant la course, le Français a été obligé de changer de mode de moteur, moins puissant que celui utilisé samedi, à la demande de la FIA. Ajoutez à cela une stratégie ratée et le fait que Sainz a pris la dixième place de Gasly pour marquer un point. Au total, cela donne un choc à l’écurie italienne et à Honda.

12- Marcus Ericsson (Sauber): 5.75

Marcus Ericsson a débuté le Grand Prix dernier, après son accident au virage Dunlop, lors des qualifications. Il a été capable de se battre pour les points, mais le Suédois a tapé l’arrière de son coéquipier, Charles Leclerc, à la fin de l’intervention de la Voiture de sécurité. Finir douzième, dans les circonstances, est honorable pour Ericsson, mais l’erreur d’inattention lui a probablement coûté un point.

13- Brendon Hartley (Toro Rosso): 5

Quel dommage pour Brendon Hartley. Samedi, il réalisait sa meilleure séance de qualification en F1, avec une sixième place et devant Pierre Gasly. Le lendemain, il revient à la maison bredouille.

Après seulement trois tours à Suzuka, le Néo-Zélandais s’est retrouvé hors des points. La stratégie n’a pas pu fonctionner, justement en raison de sa position en piste. Avec cette treizième position, Toro Rosso vient de voir ses chances d’obtenir un très bon résultat sur les terres de Honda s’envoler.

Voyons le bon côté des choses: au moins, Honda a terminé devant les DEUX McLaren-Renault…

14- Fernando Alonso (McLaren): 6

Image: Motorsport Images

Parlant de McLaren, Fernando Alonso a dit avoir réalisé son meilleur tour en F1… en tant que dix-huitième sur la grille.

Pour compenser cet affreux exploit, il a gagné trois places au premier tour, mais un contact avec la Williams de Lance Stroll l’a forcé à court-circuiter la chicane. Il s’est donc pris cinq secondes de pénalité, servie durant son arrêt aux stands. Au moins, il s’est vengé sur le Canadien avec un dépassement assez agressif.

Il ne marque pas de point à Suzuka, mais il aura la chance de se reprendre en disputant les 6 Heures de Fuji, avec Toyota en endurance, dimanche prochain.

15- Stoffel Vandoorne (McLaren): 5.25

Image: Motorsport Images

Pour une (rare) fois, Stoffel Vandoorne n’est pas parti dernier. Cependant, il a encore été battu par Fernando Alonso en qualifications. C’est maintenant 17 à 0 pour le double champion du monde.

Heureusement, Vandoorne termine devant les deux Williams, ce qui représente un drôle de baume pour le Belge, qui connaît quand même bien Suzuka (il a disputé une saison en Super Formula, en 2016).

16- Sergey Sirotkin (Williams): 5

Encore une fois, Sergey Sirotkin a connu une course complètement fantomatique. Le Russe s’est arrêté aux puits, pendant la sortie de la Voiture de sécurité, pour passer des pneus tendres aux médiums. Cela n’a guère fonctionné, mais il se classe devant son coéquipier.

17- Lance Stroll (Williams): 4.5

Image: Williams

Dans les circonstances,Lance Stroll a réalisé une belle séance de qualifications, plaçant sa lente Williams quatorzième.

Cela s’est gâté en course. Le Canadien a tassé Alonso hors de la piste, lui valant une pénalité de cinq secondes. En plus, il s’est fait rabrouer par ce même Espagnol, une vingtaine de tours plus tard, avec un dépassement propre. Pour couronner le tout, Stroll termine dernier parmi les pilotes classés.

DNF- Charles Leclerc (Sauber): 6.5

Ayant profité de la pénalité à Esteban Ocon, Charles Leclerc est parti dixième au lieu de onzième. Il avait donc gardé le choix de pneus supplémentaire. Malheureusement, le Monégasque a perdu trois places au départ, mais s’est vite ressaisi en remontant jusqu’au onzième rang.

Cette ascension s’est arrêté quand il a tapé l’arrière de la Haas de Kevin Magnussen. L’aileron avant endommagé, Leclerc est revenu aux puits pour réparer les dégâts et opter pour la gomme médium (blanche). Dans sa remontée, la recrue nous a offert un excellent dépassement sur Nico Hulkenberg.

Malheureusement, sa course s’est terminée au 38ème tour, alors qu’une pièce de sa monoplace s’est brisée. Cela était probablement causé par la tape donnée par Marcus Ericsson, à la fin de l’intervention de la Voiture de sécurité.

DNF- Nico Hulkenberg (Renault): 5

Accident lors des essais libres du samedi, éliminé en Q1 et abandon sur problème mécanique, alors qu’il n’était pas dans l’obtention de points.

Voici le bref résumé du week-end de Nico Hulkenberg au Japon.

DNF- Kevin Magnussen (Haas): 4

Image: Motorsport Images

La mauvaise deuxième moitié de saison continue pour Kevin Magnussen. Éliminé en Q2 à cause de la pluie, le Danois s’est attiré la colère d’un jeune homme pourtant poli.

En effet, Magnussen a défendu, de manière trop agressive, sa dixième place face à Charles Leclerc. Résultat: contact entre les deux pilotes.

via Gfycat

Évidemment, Leclerc n’était pas très content de la situation, lançant cette citation: « Magnussen est stupide et le sera toujours. » La collision entre les deux a résulté à une crevaison au pneu arrière droit du Danois, à la présence de débris sur la piste (et de l’intervention de la Voiture de sécurité) et à l’abandon de K-Mag.

Magnussen est chanceux d’avoir été blanchi par les commissaires de la FIA, mais beaucoup de gens vont continuer de se questionner sur ses méthodes de défense.

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *