Bulletin de notes Italie 2019: Il Grande Charles Leclerc

Après neuf ans d’attente, un pilote Ferrari a remporté le Grand Prix d’Italie. L’heureux élu fut Charles Leclerc, qui a dû résister aux attaques de Mercedes. Obtiendra-t-il la note parfaite, dans notre Bulletin de notes, qui effectue son « grand » retour?

Les faits saillants de ce Grand Prix d’Italie mémorable.

Le podcast du Grand Prix de Belgique 2019


1- cHARLES lECLERC (fERRARI): 10

Grille de départ: pôle position

À sa première présence à Monza comme pilote Ferrari, Charles Leclerc a laissé une marque indélébile sur la piste italienne. Non seulement il a obtenu la pôle position, mais il a contrôlé les commandes de la course locale de son écurie avec brio. Certes, il y a cette défense de position très limite sur Lewis Hamilton au 23e tour, entraînant la sortie du drapeau noir et blanc (synonyme d’avertissement), mais le Monégasque a été parfait du début jusqu’à la fin.

Una grande vittoria per Carlo Leclerc (« Une grande victoire pour Charles Leclerc »). Il devient le onzième pilote à gagner le Grand Prix d’Italie avec Ferrari et le premier depuis Fernando Alonso, en 2010, à réaliser un tel exploit.

2- Valtteri Bottas (Mercedes): 8

Grille de départ: 3e

Si le duel entre Charles Leclerc et Hamilton a été la manchette du Grand Prix, on ne doit pas oublier que Valtteri Bottas a terminé deuxième. Oui, il a hérité de cette place, grâce à une (rare) erreur de son coéquipier, mais il aurait pu gagner cette course. Une légère erreur à la première chicane a mis fin à ses chances de victoire, dans les derniers tours. N’empêche, le Finlandais a offert une performance solide à Monza.

3- Lewis Hamilton (Mercedes): 9

Grille de départ: 2e

Comme à Spa, Lewis Hamilton a mis beaucoup de pression sur Charles Leclerc, afin de passer devant la Ferrari. Malheureusement, il n’a pas été capable de capitaliser, en raison de ladite défense de Leclerc. Hamilton fut forcé d’utiliser la zone de dégagement pour revenir en piste.

Outre cette action, il faut souligner que le Britannique chaussait des gommes médiums, contre les dures de Leclerc. Il était évident que les pneus médiums allaient être plus performants. Au contraire, Hamilton a vu ses gommes se détériorer assez vite, causant le meneur au championnat de commettre une erreur à la première chicane.

Il est passé proche de casser le party, Lewis…

4- Daniel Ricciardo (Renault): 10

Grille de départ: 5e

En fin de semaine, Daniel Ricciardo a répété son exploit du Grand Prix du Canada: se qualifier dans le top 5 ET terminer à une excellente position.

Au départ, il a perdu une position aux dépens de Nico Hulkenberg, avant de la reprendre, à la fin de son premier relais. Lorsque Sebastian Vettel a dérapé, la quatrième place lui fut attribué sur un plateau d’argent. L’Australien n’a commis aucune erreur et ramène le meilleur résultat de Renault depuis le retour de l’écurie française en F1, en 2016.

La pizza était sûrement très bonne!

5- Nico Hulkenberg (Renault): 8.5

Grille de départ: 6e

Nico Hulkenberg a, lui aussi, été excellent en fin de semaine. Même s’il ne possédait pas le même rythme que Daniel Ricciardo, l’Allemand a fait sa part avec son futur ex-employeur, Renault. Il roulait quatrième après le premier tour, avant que Sebastian Vettel ne reprenne son dû. Hulkenberg a peut-être perdu du gallon sur son coéquipier, par la suite, mais est resté propre.

Les auditions pour un volant en Formule 1 pour 2020 vont de bon train pour Hulkenberg.

6- Alexander Albon (Red Bull): 6.5

Grille de départ: 8e

La deuxième course d’Alexander Albon avec Red Bull s’est aussi bien passée que la première, mais nous avons ses premières erreurs. Son dépassement sur Carlos Sainz, au troisième tour, était culotté mais bien exécuté. Cependant, tenter de garder sa position à l’extérieur du premier des deux Lesmo n’était pas une bonne idée. Résultat: contact avec Sainz et excursion dans le sable, avec une perte de positions comme dessert.

Albon a même reçu une pénalité de cinq secondes pour un incident avec Kevin Magnussen, mais cela n’a pas changé, car il a fini sixième.

7- Sergio Perez (Racing Point): 9

Grille de départ: 18e

Après un ennui de moteur, lors des qualifications, Sergio Perez a débuté le Grand Prix en fond de grille. Avec un premier relais en médiums, le Mexicain a profité de l’apparition de la Voiture de sécurité virtuelle pour passer aux pneus durs. Ensuite, il a gardé Max Verstappen hors d’état de nuire, afin de terminer septième.

8- Max Verstappen (Red Bull): 7

Grille de départ: 19e

Bien avant que la fin de semaine italienne ne commence, Max Verstappen savait qu’il partirait de la dernière place. En effet, le Néerlandais fut frappé d’une pénalité de grille pour changement de moteur supplémentaire.

Son départ, comme en Belgique, ne s’est pas bien passé. Un léger contact au premier virage l’a forcé à rentrer aux puits. Il a, ainsi, effectué une remontée qui s’est terminée avec une huitième place.

9- Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo): 8

Grille de départ: 10e

Premier Italien à participer au Grand Prix d’Italie depuis Vitantonio Liuzzi (HRT) et Jarno Trulli (Caterham) en 2011, Antonio Giovinazzi voulait attirer l’attention des partisans locaux. Mission accomplie, car il a inscrit son meilleur résultat de la saison, avec une neuvième place. Giovinazzi a donné des raisons de plus aux Italiens de célébrer cette belle fin de semaine de course!

10- Lando Norris (McLaren): 7

Grille de départ: 16e

Il a attiré l’attention avec son casque hommage à Valentino Rossi, une de ses idoles (et ce chapeau), mais en piste, Lando Norris est passé un peu inaperçu.

S’élançant de la seizième place (après une pénalité de moteur), Norris a bien remonté le peloton jusqu’au dixième rang. Cela aurait pu se transformer en un meilleur classement final, mais la Voiture de sécurité virtuelle (causée par une bourde de sa propre écurie) l’a désavantagé.

11- Pierre Gasly (Toro Rosso): 7

Grille de départ: 17e

Pierre Gasly méritait amplement de marquer des points à Monza. Malheureusement, il s’est retrouvé pris dans la mascarade de dérapages causée par Sebastian Vettel et par Lance Stroll. N’eut été de cette excursion hors-piste, le Français aurait continué sa bonne séquence avec Toro Rosso.

12- Lance Stroll (Racing Point): 6.5

Grille de départ: 9e

Lance Stroll et Monza, c’est un duo presque parfait. Depuis qu’il est en Formule 1, en 2017, le Québécois s’est rendu en Q3 à chaque fois. Classiquement, Stroll réalise un très bon départ, passant de neuvième à septième, derrière les deux Renault.

Soudainement, il se retrouve pris dans le retour en piste dangereux de Sebastian Vettel, avant de faire la même chose à Pierre Gasly. Le numéro 18 a donc reçu une pénalité de passage aux puits obligatoire.

Outre cette bourde, Stroll a été malchanceux dans la séquence et pouvait permettre à Racing Point d’inscrire de gros points, en fin de semaine.

13- Sebastian Vettel (Ferrari): 0

Grille de départ: 4e

14- George Russell (Williams): 7.5

Grille de départ: 14e

Malgré les piètres performances offertes par sa Williams, George Russell continue d’impressionner l’univers de la F1. À un certain point de la course, le jeune Britannique s’est retrouvé dans une surprenante (mais courte) lutte avec Sebastian Vettel. Duel qu’il, sans surprise, a perdu.

À ce rythme, il obtiendra ce point manquant.

15- Kimi Raikkonen (Alfa Romeo): 5

Grille de départ: 20e (ligne des puits)

La fin de semaine de Kimi Raikkonen fut un désastre total. À deux reprises, il a tapé le mur à la Parabolica, la deuxième fois étant en Q3.

En course, l’homme au tour le plus rapide de l’histoire du sport a débuté l’épreuve avec le mauvais train de pneus et a reçu une pénalité pour cela. En effet, comme Raikkonen s’est rendu en Q3, il devait obligatoirement commencer le Grand Prix avec la gomme utilisée en Q2.

La sanction de stop-and-go a ruiné son Grand Prix d’Italie. En bref, une fin de semaine de schnoutte pour l’Homme de glace. Ce sont ses mots, pas les nôtres!

16- Romain Grosjean (Haas): 5

Grille de départ: 13e

Les Grands Prix se suivent et se ressemblent pour Romain Grosjean. Sa Haas manquait énormément de performance et cela s’est ressenti. Comble de malheur pour le Français, il se fait taper par une autre voiture, a effectué un tête-à-queue qui endommagera ses pneus et a été victime d’une défense trop agressive de Robert Kubica. Tout ceci n’aide pas la cause de Grosjean, dont plusieurs experts le voient hors de la Formule 1 en 2020.

17- Robert Kubica (Williams): 4

Grille de départ: 15e

Seul pilote à terminer à deux tours du vainqueur, Robert Kubica ne cesse de reculer. Malheureusement, un bon départ a effacé tout ce qu’il avait construit dès le premier tour.

DNF- Kevin Magnussen (Haas): 5.5

Grille de départ: 11e

Contrairement à Romain Grosjean, Kevin Magnussen semblait se diriger vers des points, à Monza. Toutefois, les espoirs de top 10 se sont effondrés lorsque le Danois a dû retraiter aux puits pour abandonner, en raison d’un ennui hydraulique.

DNF – Daniil Kvyat (Toro ROsso): 7

Grille de départ: 12e

Les chances de points de Daniil Kvyat sont parties en fumée… littéralement.

Lors de la Voiture de sécurité virtuelle, la Toro Rosso du Russe a commencé à émettre des signaux de fumée. Pourtant, Kvyat se retrouvait en très bonne position pour offrir à l’écurie italienne un très bon résultat.

Pas de bol pour Toro Rosso, en fin de semaine.

dnf- Carlos Sainz (McLaren): 7

Grille de départ: 7e

Une semaine après une très courte présence sur le circuit de Spa, Carlos Sainz a été forcé d’abandonner, en raison d’un pneu mal vissé dans les puits. Quel dommage, car l’Espagnol détenait un énorme potentiel de top 7, durant ce Grand Prix.

Avec les quatrième et cinquième place des deux pilotes Renault, McLaren voit son avance au qua

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *