BULLETIN DE NOTES HONGRIE 2020: Lewis VIII de Budapest

« Le roi est mort, vive le roi! » Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix de Hongrie, pour la huitième fois de sa carrière. Il détient le record pour le plus grand nombre de victoires sur le Hungaroring. Évidemment, il obtient la note parfaite, mais qui a connu une course intéressante ou, inversement, difficile?

Note de la course: 6/10

Hormis l’erreur commise par Max Verstappen avant le départ, les ratés de Valtteri Bottas dans les premiers mètres et compagnie, ce fut un Grand Prix de Hongrie long pour nous. On n’a, malheureusement, pas assisté à un duel titanesque entre Lewis Hamilton et Verstappen (comme l’an dernier). Ceci étant dit. j’ai été impressionné par la conduite de certains pilotes. Le Grand Prix s’est terminé en 96 minutes, mais j’ai eu l’impression que cela a duré deux heures. Ce n’est pas pour rien que je ne suis pas un grand amateur de cette course.


Grille de départ: pôle position

Note: 10/10

Je commence à manquer de mots pour décrire les performances hebdomadaires de Lewis Hamilton. Encore une fois, le Britannique n’a commis aucune erreur, autant en qualifications qu’en course. Sa 86e victoire lui permet de mener le championnat des pilotes, pour la première fois de la saison.


Grille de départ: 7e

Note: 9/10 (11/10 pour ses mécanos)

La course de Max Verstappen fut superbe, considérant qu’il partait de la septième place. Cependant, le jeune Néerlandais aurait pu ne pas prendre part à l’épreuve.

Lors de son tour de reconnaissance, Verstappen, avec les pneus intermédiaires, est sorti de piste. En tapant le mur, il a endommagé son aileron avant et la suspension avant. Revenant sur la grille de départ, les mécaniciens de Red Bull ont réussi à réparer la voiture, avec moins de 30 secondes restant avant l’évacuation de la grille.

Ensuite, ce fut une épreuve typique pour le Néerlandais. À l’inverse de Bottas, Verstappen passa de la septième à la troisième place, au départ. Lorsque tout le monde est passé des pneus intermédiaires aux slicks, le numéro 33 est resté en piste et, ainsi, se retrouva deuxième. Il garda cette position, malgré la charge tardive de Bottas.


Grille de départ: 2e

Note: 7/10

Un très mauvais départ a fait chuter Valtteri Bottas au milieu du top 10. D’ailleurs, plusieurs personnes sommaient le commissaire en chef, Michael Masi, de pénaliser le Finlandais pour avoir fait un faux départ, ce qui était presque le cas.

Dépassant les Ferrari, Bottas a réussi à jouer l’undercut contre la Racing Point de Lance Stroll, alors troisième. Malgré un arrêt aux puits nécessaire pour chausser les pneus durs, le numéro 77 a rattrapé Max Verstappen, mais n’a pu le dépasser. Il a donc fini à moins d’une seconde d’une deuxième place relativement importante.


Grille de départ: 3e

Note: 8.75/10

J’étais déchiré entre donner un 8.5 ou un 9 à Lance Stroll. Pour une des rares fois, Stroll a été constant, tout au long de la fin de semaine. Se qualifier troisième, derrière la meilleure écurie, est un exploit. Terminer quatrième, alors que les deux Mercedes et Max Verstappen étaient à un autre niveau, c’est aussi un exploit.

Le Québécois n’a commis aucune erreur et a même frustré Bottas, en le gardant derrière pendant plusieurs tours. En plus, il s’est débarrassé proprement des deux Haas et leur stratégie einsteinienne (je sais que c’est pris hors-contexte). Oui, je dis « proprement », car il s’avère que son dépassement sur Daniel Ricciardo, lors de Autriche II, n’était pas légal (et je suis d’accord).

Bref, tout cela mérite un 9/10. Là où je donne un 8.5, c’est à cause de la stratégie. Racing Point a attendu la pluie qui n’était jamais venue et, de surcroît, a laissé Stroll en piste un peu trop longtemps. Cela a permis à Bottas de le dépasser, lors de l’arrêt aux puits de la voiture rose. En plus, il surchauffait un peu trop ses pneus médiums, lors de ce même relais.

En gros, voici pourquoi j’ai donné 8.75 à Stroll. Néanmoins, il a connu sa meilleure fin de semaine, depuis qu’il est en Formule 1.


Grille de départ: 13e

Note: 7.5/10

Au lendemain d’une séance de qualifications horrible, c’est un retour à la normal pour Alex Albon. Le Thaïlandais a connu une course remarquable et a été agressif quand il le fallait, mais l’a été un peu trop, en entrant en contact avec la Haas de Romain Grosjean. Heureusement, la Red Bull n’a guère été endommagée. En plus, il a évité une pénalité, car son bloc de départ s’asséchait artificiellement.


Grille de départ: 5e

Note: 7.5/10

Contrairement à ce que Marc-André Fortin et Ana Maria Mercado Lopez ont prédit, Ferrari s’est bien comporté en Hongrie. Enfin, pour une des deux voitures rouges.

Bien qualifié, Sebastian Vettel a réalisé un bon départ. Malheureusement, ses efforts ont été gâchés par un arrêt brouillon, où il a dû attendre que le train passe pour sortir de la ligne des puits. De retour en piste, l’Allemand s’est montré compétitif, avec un beau dépassement sur Charles Leclerc.

Le côté négatif de sa course: il s’est fait prendre un tour par Lewis Hamilton.


Grille de départ: 4e

Note: 6.5/10

Alors que je pensais qu’il serait en mesure de prétendre à un podium à Budapest, Sergio Perez ne l’a pas eu facile. Bien qu’il se soit qualifié quatrième, le Mexicain s’est senti étourdi, en plus de souffrir de douleurs au cou. Au départ, il a perdu quelques places et, lors de ses premiers tours avec la gomme médium, Perez a presque perdu le contrôle de sa voiture, mais a été capable de rejoindre la piste de manière sécuritaire.

Cependant, il est resté derrière la Ferrari de Sebastian Vettel.


Grille de départ: 11e

NOte: 8/10

Avec 42 tours complétés avec la gomme médium, Daniel Ricciardo a connu sa meilleure course de la saison. L’Australien a été propre et s’est retrouvé bien devant des voitures les plus rapides que la Renault.


Grille de départ: 9e

Note: 6/10

La McLaren ne possédait pas le même rythme que nous avions vu en Autriche. Cela s’est ressenti sur les résultats et les performances de Carlos Sainz. L’Espagnol s’est bien battu, malgré un arrêt aux puits très long. À l’origine, il devait finir dixième, mais une pénalité d’après-course à Kevin Magnussen l’a promu au neuvième rang.


Grille de départ: 16e, mais a débuté la course dans la ligne des puits (changement de pneus)

Note: 9/10

Grâce à une excellente stratégie, Kevin Magnussen a permis à Haas d’inscrire ses premiers points de la campagne 2020. Correction: le premier point.

Lors du tour de chauffe, Magnussen et Haas se parlent pour rentrer aux puits immédiatement, afin de passer à des pneus secs. Lui et Romain Grosjean ont exécuté la tactique avec brio et, au bout de cinq tours, le Danois se retrouvait deuxième. Une stratégie qui a sûrement rendu Markus Winkelhock fier!

Entendons-nous bien: la VF-20 de Haas F1 Team n’a pas tenu face à des bolides plus rapides. Au moins, Magnussen a été constant et a terminé neuvième.

Par contre, les commissaires ont sévi après l’épreuve, en infligeant aux deux pilotes Haas une pénalité de dix secondes, pour avoir eu recours à de l’aide des ingénieurs, durant le tour de chauffe. Les dix secondes ajoutées au temps total furent suffisants à Magnussen pour rester dans le top 10, au dixième rang.

Si Max Verstappen a été élu « Pilote du jour », Kevin Magnussen mérite une mention très honorable.


Grille de départ: 6e

Note: 5.5/10

Comme pas mal tout le monde, Ferrari a attendu la pluie, quand elle a décidé de faire rentrer Charles Leclerc aux puits. Reparti avec des tendres qui n’avaient aucune adhérence, sans oublier qu’il n’y avait plus de pluie à l’horizon, le Monégasque est passé aux pneus durs, mais a dû se battre pour revenir dans le top 10. Malgré une belle passe d’armes avec Lando Norris, il s’est contenté de la onzième place.


Grille de départ: 17e

Note: 6.5/10

Daniil Kvyat était un de ceux qui voulait imiter Haas, en rentrant aux puits, avant l’extinction des feux, pour passer aux pneus slicks. Malheureusement, son souhait n’a pas été exaucé.

Malgré tout, le Russe a roulé avec les durs, pendant 51 tours, afin de se défendre contre Lando Norris et Esteban Ocon.


Grille de départ: 8e

Note: 6/10

Après deux Grands Prix d’Autriche spectaculaires, où il a inscrit respectivement un podium et une cinquième place, Lando Norris a connu un Grand Prix de Hongrie ordinaire. Le Britannique a avoué avoir connu son pire départ en carrière, où il a chuté au 13e rang.

Bien qu’il ne marque aucun point, il s’est bien battu face à Charles Leclerc, en plus de dépasser Esteban Ocon dans le dernier tour.


Grille de départ: 14e

Note: 5/10

Course plutôt anonyme pour Esteban Ocon. Le Français est parti 14e et a terminé à cette position. Malheureusement, il n’y a eu aucune progression de position pour lui, alors que Daniel Ricciardo a rapporté à Renault une belle huitième place.


Grille de départ: 20e

Note: 5/10

Fin de semaine à oublier pour Kimi Raïkkönen. Le champion du monde 2007 s’est qualifié dernier pour la première fois de sa carrière et, pire, s’est pris une pénalité pour être parti du mauvais bloc…

Durant la course, le Finlandais a dépassé Antonio Giovinazzi, uniquement pour terminer 15e, à une vingtaine de secondes de son coéquipier.


Grille de départ: 18e, mais a débuté la course dans la ligne des puits (changement de pneus)

Note: 6.5/10

À l’instar de Kevin Magnussen, Romain Grosjean a eu la brillante idée de rentrer aux puits, lors du tour de chauffe. Lorsque tout le monde a troqué les intermédiaires pour les secs, le Français s’est retrouvé dans le top 5. Malheureusement, comme son coéquipier, il a chuté au classement. Cependant, la chute fut drastique, car un contact avec la Red Bull d’Alex Albon a détruit une partie de son aileron avant.

Lui aussi fut frappé de cette pénalité de 10 secondes, le reléguant aux 16e rang.


Grille de départ: 19e

Note: 5/10

Antonio Giovinazzi, au-delà d’une performance décevante, n’a pas été aidé par la détérioration élevée de ses pneus. Cela l’a forcé à s’arrêter une fois de plus, ruinant sa course.


Grille de départ: 12e

Note: 5/10

Après les exploits héroïques en qualifications en Styrie et en Hongrie, George Russell avait besoin de transformer le tout en une bonne course.

Oubliez ça. La Williams 2020 manque cruellement de rythme. Cela a énormément affecté Russell et il n’a pu faire mieux que le 18e rang.


Grille de départ: 15e

Note: 5.5/10

Après avoir goûté à la Q2 pour la première fois de sa carrière, NIcholas Latifi a même surpris tout le monde en gagnant cinq places au départ. Après le premier tour, il était dixième!

Malheureusement, une sortie dangereuse causée par son écurie a mené à un contact avec la McLaren de Carlos Sainz, lors de la frénésie des arrêts aux puits. Cette collision a mené à une crevaison de la Williams #6, faisant frotter le plancher de la monoplace.

Suite à cela, il a dû ramener la voiture en un seul morceau. C’est ce qu’il a fait, mais il fait un tête-à-queue, en plus de terminer à cinq tours du vainqueur…


Grille de départ: 10e

Note: non classé

Tout au long de la fin de semaine, Pierre Gasly n’a connu que des ennuis avec son groupe propulseur. Pourtant, le Français a réussi à se rendre en Q3, ce qui est assez impressionnant dans les circonstances.

Pour son 50e Grand Prix, le natif de Rouen aurait aimé marquer des points, au lieu de voir le moteur Honda partir en fumée. Le pire est que celui de dimanche est un neuf, installé avant la course…

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *