Bulletin de notes Chine 2019: Lewis HaMILLEton victorieux à Shanghai

Dimanche dernier, Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix de Chine, millième course de l’histoire de la Formule 1. Son coéquipier Valtteri Bottas a terminé deuxième, alors qu’il partait en pôle position. Sebastian Vettel complète le podium, mais Ferrari s’est fourvoyée dans sa stratégie. Est-ce que votre pilote a obtenu une bonne ou une mauvaise note?

Ce n’était pas une course excitante, mais si vous avez manqué le Grand Prix à Shanghai, voici les faits saillants de l’épreuve.

1- Lewis Hamilton (Mercedes): 10

Grille de départ: 2e

De sa deuxième place sur la grille de départ, le champion du monde en titre a réalisé un bon départ, passant tout de suite en tête de l’épreuve. Il n’a jamais quitté le premier rang, par la suite.

On pensait que Mercedes ne serait pas la meilleure équipe, en fin de semaine, mais Lewis Hamilton nous a prouvé le contraire. Ce fut une domination classique du Britannique.

STATS: Alors qu’il a obtenu sa 75e victoire en Formule 1, Lewis Hamilton est devenu le deuxième pilote à mener 4000 tours en carrière.

2- Valtteri Bottas (Mercedes): 6.5

Crédit photo: Steven Tee/LAT Images

Grille de départ: Pôle position

Vendredi et samedi, Valtteri Bottas figurait parmi les pilotes les plus rapides du plateau, à Shanghai. la preuve: il a obtenu la pôle position, devant Hamilton. On a cru revoir le Bottas du Grand Prix d’Australie.

Malheureusement, son équipier l’a tout de suite devancé au départ et n’a jamais été rattrapé. À l’inverse, il a su garder une avance confortable sur les deux Ferrari, qui se retrouvaient complètement larguées.

STATS: Grâce à sa deuxième place, Bottas permet à Mercedes d’inscrire un troisième doublé consécutif lors des trois premières courses. Ferrari détient le record avec 5 (1952 et 2002).

3- Sebastian Vettel (Ferrari): 6.5

Grille de départ: 3e

Dans une course où Ferrari a fait ce qu’elle sait faire de bien, c’est-à-dire ruiner leur stratégie de course, Sebastian Vettel a fait du mieux qu’il a pu. L’Allemand a perdu une place au départ, aux dépens de Charles Leclerc, mais a repris son troisième rang grâce à une (autre) consigne d’équipe de la Scuderia.

Cependant, le quadruple champion du monde a eu du mal à se rapprocher de Valtteri Bottas et ses pneus étaient pas mal usés. Lorsque Ferrari a opté pour une approche différente, Vettel a dû se défendre face à Max Verstappen. Il a résisté à l’attaque du Néerlandais, pour préserver sa troisième place.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Toe-to-toe at Turn 14 – again! 😬 . #ChineseGP 🇨🇳 #Formula1 #F1 #Race1000 @maxverstappen1 #Vettel #Ferrari #RedBullRacing #Shanghai #China

Une publication partagée par FORMULA 1® (@f1) le

Néanmoins, l’Allemand (et surtout Ferrari) devra rebondir en Azerbaïdjan.

STATS: Sebastian Vettel est maintenant sur une séquence de onze Grands Prix sans victoire. C’est une première depuis 2016.

Crédit photo: AFP

4- Max Verstappen (Red Bull): 9.5

Grille de départ: 5e

N’ayant pas le rythme pour se battre pour la victoire, Max Verstappen a offert une performance solide pour Red Bull. Il a profité de la bourde stratégique de Ferrari pour s’immiscer en quatrième place. Il a tenté, en vain, une attaque osée au virage 14 sur Vettel. C’est ce que le pilote de 21 ans avait à offrir.

Au classement des pilotes, Verstappen reste devant Vettel et Leclerc, avec sa conduite remarquable lors des dimanches de course. Oublions son tête-à-queue, durant le tour de chauffe de la course, et sa tirade colérique en qualifications.

5- Charles Leclerc (Ferrari): 6

Crédit photo: Getty Images

Grille de départ: 4e

Le grand perdant de la stratégie ambiguë de Ferrari est Charles Leclerc. Deux semaines après avoir vu la victoire lui échapper des mains, le Monégasque a été « sacrifié » par son équipe, afin que Vettel attaque Bottas.

Leclerc est resté en piste avec des pneus plus usés que ceux de Vettel, ce qui l’a fait reculer en matière de temps. Sous-estimant la stratégie de Red Bull, le Cheval cabré a fait perdre une position à son jeune poulain. Lors de son deuxième arrêt, Leclerc a eu du mal à repartir et s’est donc retrouvé derrière Verstappen. Le seul point positif de sa course est qu’il est bien défendu face à la Mercedes de Bottas.

6- Pierre Gasly (Red Bull): 6.5

Grille de départ: 6e

Deux semaines après avoir inscrit ses premiers points avec Red Bull, Pierre Gasly se retrouve encore dans le top 10.

Même s’il a terminé à une minute de son coéquipier, le Français a réalisé une meilleure course en Chine qu’au Bahreïn. On lui a donné un demi-point supplémentaire, car il a quitté Shanghai avec le point boni pour le meilleur temps en course.

Lentement mais surement, le jeune Français commence à mieux s’adapter à sa RB15. Maintenant, il devra mieux performer.

7- Daniel Ricciardo (Renault): 8

Grille de départ: 7e

Enfin, Daniel Ricciardo marque des points avec sa nouvelle écurie! Qualifié septième, l’Australien termine à cette même place, avec une stratégie exceptionnelle d’un arrêt aux puits.

En plus de n’avoir commis aucune erreur en piste, Ricciardo a gardé Sergio Perez derrière, afin de donner à Renault six points supplémentaires.

8- Sergio Perez (Racing Point): 9

Crédit photo: Racing Point

Grille de départ: 12e

Encore une fois, Sergio Perez a offert de bons points à Racing Point. Cette fois, le Mexicain a fourni un pilotage remarquable à Shanghai.

Parti douzième, Perez a gagné quatre places au départ et a réalisé un beau dépassement sur la Renault de Nico Hulkenberg. Ayant opté pour un seul arrêt aux puits, il a réussi à résister aux attaques de Kimi Raikkonen et à se rapprocher de Ricciardo.

STATS: Sergio Perez inscrit son meilleur résultat à Shanghai. Il le fait avec Racing Point, dont l’entité complète (Jordan, Spyker, Midland et Force India) célébrait leur 500e course en Formule 1.

9- Kimi Raikkonen (Alfa Romeo): 9

Contrairement à cette image, Raikkonen a apprécie son Grand Prix (Crédit photo: Wang Zhao/AFP)

Grille de départ: 13e

Kimi Raikkonen a été un des deux pilotes qui ont animé ce Grand Prix à Shanghai. S’élançant de la treizième position, le Finlandais a remonté le courant, afin de terminer dans le top 10. Sur deux arrêts, le champion du monde en 2007 s’est rapproché de Sergio Perez et de Daniel Ricciardo.

Grâce à cette performance, Raikkonen permet à Alfa Romeo de rester dans le top 5, au classement des constructeurs.

STATS: En étant éliminé en Q2, samedi, Raikkonen a vu sa séquence de Grands Prix en Q3 s’arrêter à 52. Cette série avait débuté après le Grand Prix de Hongrie 2016, alors qu’il partait 14e pour Ferrari.

10- Alexander Albon (Toro Rosso): 10

Grille de départ: ligne des puits

À sa troisième course en Formule 1, Alexander Albon continue de gagner l’admiration du paddock et des amateurs.

Lors des essais libres du samedi, le Britanno-Thaïlandais a frappé le mur, l’éliminant automatiquement de la séance de qualifications. Dimanche, Albon est parti de la ligne des puits et cela ne l’a pas empêché de gruger beaucoup de positions, au cours des 56 tours de l’épreuve. En plus, il s’est carrément bien défendu contre Romain Grosjean, pour rester dixième.

Avec une bonne stratégie et un rythme constant sans reproches, Albon a obtenu le titre de Pilote du jour. C’est un titre difficile à contester, dans les circonstances.

11- Romain Grosjean (Haas): 6

Grille de départ: 10e

Malgré un compte de points vide en trois courses, Romain Grosjean a connu sa meilleure course de la saison. Il a finalement complété une course, mais a terminé onzième. Le Français s’est battu férocement contre plusieurs autres pilotes, mais la Haas n’était pas au rendez-vous.

12- Lance Stroll (Racing Point): 5.5

Crédit photo: Racing Point

Grille de départ: 16e

Les samedis se suivant et se ressemblant avec une autre élimination en Q1, Lance Stroll a eu un meilleur dimanche. À Shanghai, le Québécois a profité de l’accident entre Daniil Kvyat et les deux McLaren pour gagner des places au premier tour.

Par la suite, il s’est retrouvé derrière Alex Albon, qui lui a fait un undercut après son premier arrêt, et l’a rattrapé. Malheureusement, les pneus de Stroll ont commencé à s’effriter et la recrue de Racing Point a dû effectuer une autre visite aux stands.

Lors du dernier tour, il a dépassé Kevin Magnussen pour s’emparer du douzième rang. Si Stroll avait mieux géré ses pneus, il aurait probablement terminé dixième ou onzième.

13- Kevin Magnussen (Haas): 6

Grille de départ: 9e

À l’instar de son coéquipier Romain Grosjean, Kevin Magnussen n’avait pas le rythme pour rester dans le top 10. En plus de terminer hors des points, il a perdu une position dans le tour. Magnussen a vu Stroll le dépasser, alors que ce dernier avait des pneus plus frais que les siens.

14- Carlos Sainz (McLaren): 6

Grille de départ: 14e

Quelle poisse pour Carlos Sainz. À son troisième Grand Prix avec McLaren, il n’a toujours pas marqué de points. En plus, il a été impliqué dans des situations où il fut la victime.

Après un bris de moteur en Australie et un contact avec Max Verstappen au Bahreïn, Sainz s’est retrouvé pris en sandwich avec Daniil Kvyat et Lando Norris, au premier tour. Le contact avec Kvyat l’a forcé à rentrer aux puits, le laissant dernier et pratiquement à un tour de retard du meneur.

Heureusement, Sainz s’est servi de sa grinta (« combativité » en italien) pour remonter le peloton et terminer à vingt secondes du dixième rang. Au moins, il y avait un certain rythme suivant cette mascarade.

15- Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo): 5

Grille de départ: 19e

Antonio Giovinazzi est revenue en Chine pour la première fois en deux ans. En 2017, l’Italien avait terminé sa course dans le mur, au même endroit qu’Albon a accidenté sa Toro Rosso.

En 2019, il n’a pas eu d’accident, mais il n’a pas eu une fin de semaine facile. Vendredi, Giovinazzi n’a effectué que deux tours durant les essais du matin et, samedi, il n’a pas participé aux qualifications en raison d’un ennui électronique.

En course, le vice-champion de Formule 2/GP2 en 2016 ne possédait pas un bon rythme pour se battre et la stratégie à deux arrêts ne fonctionnait tout simplement pas.

16- Juan Pablo Montoya George Russell (Williams): 6.5

Grille de départ: 17e

Le pauvre George Russell a fait du mieux qu’il a pu, avec cette Williams qui languit en fond de grille. Pourtant, la recrue s’est immiscée dans la peloton, avant de retourner dans le fond. Son deuxième relais étant plus difficile que le premier, Russell a quand même eu l’avantage sur Robert Kubica, en le dépassant en piste.

17- Robert Kubica (Williams): 5

Grille de départ: 18e

« Le meilleur moment de ma course était mon tête-à-queue », a dit à la blague le pilote polonais, après la course de Shanghai. Honnêtement, il n’a pas tort.

En effet, Kubica a dérapé pendant le tour de chauffe, quelques secondes après que Max Verstappen ait fait la même chose. Ensuite, il a connu une course seule, où il s’est battu contre Russell pour savoir qui finirait premier des derniers.

DNF- Lando Norris (McLaren): 5

Grille de départ: 15e

Lando Norris a été la grande victime de ce contact spectaculaire du premier tour. Le plus jeune pilote du plateau, comme son coéquipier, a énormément souffert et n’a pu compléter une remontée vers le top 10. Néanmoins, sa fin de semaine n’était déjà pas fameuse, s’étant qualifié quinzième sur la grille de départ.

DNF- Daniil Kvyat (Toro Rosso): 5

Grille de départ: 11e

Daniil Kvyat avait une bonne occasion de terminer dans les points, surtout après s’être qualifié onzième sur la grille. Malheureusement, ses chances se sont légèrement amenuisées, avec le sandwich qu’il a préparé, contenant deux McLaren.

Le Russe a reçu une pénalité de passage aux puits obligatoire, pour cet incident. La sanction est pas mal sévère, mais il faut reconnaître que c’était maladroit de sa part. N’empêche, sa course fut ruinée.

Pas vraiment, car il a pu remonter jusqu’à la dixième place, mais les dommages accumulés par cet accrochage l’ont forcé à abandonner.

DNF- Nico Hulkenberg (Renault): 6

Grille de départ: 8e

Malgré un rythme plus faible que celui de Daniel Ricciardo, Nico Hulkenberg semblait se diriger vers une bonne récolte de points. Comme certains pilotes, l’Allemand opta pour une stratégie à un arrêt, mais un problème de MGU-K (composante du groupe propulseur servant à récolter l’énergie des freins) a mis fin à sa journée.

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *