Bulletin de notes Brésil 2018: Verstappen déchu d’une belle victoire

Encore une fois, le Grand Prix du Brésil a été riche en rebondissements. Cette course devait être remportée par Max Verstappen, mais un accrochage avec Esteban Ocon a permis à Lewis Hamilton de triompher et à Mercedes de devenir champion des constructeurs.

Si vous avez manqué cette course exceptionnelle, voici le résumé en sept minutes.

1- Lewis Hamilton (Mercedes): 8

Officiellement,Lewis Hamilton est le vainqueur de ce rendez-vous brésilien. Par contre, il aurait pu facilement finir deuxième, n’eut été de l’accrochage entre Verstappen, qui menait la course, et Ocon, qui essayait de rester dans le tour du meneur.

Partant de la pôle, le Britannique a encore souffert de l’usure rapide de ses pneus, chaussant des super-tendres (rouges) dans les premiers tours de l’épreuve. Cependant, il a vu le jeune Verstappen, avec des gommes plus fraîches, le dépasser pour la tête du Grand Prix. Ensuite, le fameux accrochage permit au champion de la saison 2018 de reprendre les commandes de la course.

Bien que le Néerlandais put revenir à moins de deux secondes de la victoire, Hamilton tint le coup et s’empara d’un deuxième succès au Brésil. Les 25 points, plus les 10 de Valtteri Bottas, furent suffisants pour que Mercedes remporte le titre des constructeurs.

Heureusement pour Lewis Hamilton et Mercedes, le Grand Prix du Brésil compte 71 tours. Sinon, son moteur aurait probablement rendu l’âme, aux dires de Toto Wolff, directeur de l’écurie.

2- Max Verstappen (Red Bull): 9

En piste, Max Verstappen nous a offert une performance magistrale à Interlagos. Hors piste, il ne nous a guère impressionné. Nous reviendrons sur cela quelques lignes plus loin… et dans un autre texte à paraître cette semaine.

Parti cinquième, le pilote de 21 ans a réussi à surprendre Kimi Raikkonen pour se retrouver dans le top 4. Par la suite, il s’est débarrassé de Sebastian Vettel et de Valtteri Bottas pour offrir un défi de taille avec Lewis Hamilton.

À l’instar de l’Anglais, Verstappen a débuté le Grand Prix avec un train de pneus super-tendres, mais est resté bien plus longtemps que son adversaire. Grâce à une usure bien moindre que sur la Mercedes #44, il a réussi à mener la course. Cela était avant le 27e tour.

Aux « S de Senna », Esteban Ocon arrive pour rester dans le tour du meneur, donc pour dépasser Verstappen. Laissons la vidéo ci-dessous vous expliquer la situation.

(Crédit vidéo: FOM. Stabilisation: u/kj-ka- sur Reddit)
Bref, Verstappen a subi quelques dommages, mais cela ne l’a aucunement empêché de revenir à 1.5 secondes d’Hamilton.
Après l’épreuve, il a confronté Ocon, son ancien rival en Formule 3, le poussant à plusieurs reprises. La FIA a réagi en le sanctionnant de travaux généraux auprès de la fédération, pour deux jours. Verstappen devra effectuer ces travaux d’ici six mois.
Une belle performance en piste ruinée par un geste de frustration, même si le Français de Force India a été reconnu coupable.

3- Kimi Raikkonen (Ferrari): 8.5

À son 150e et avant-dernier Grand Prix avec Ferrari, Kimi Raikkonen a récompensé son future ancienne écurie avec un troisième podium consécutif.

S’élançant du quatrième rang, le champion du monde 2007 a perdu une place aux dépens de Verstappen, au premier tour. Néanmoins, il a profité d’une petite sortie de piste de Sebastian Vettel pour revenir dans le top 4. Avec un train de tendres (jaunes), le Finlandais s’est retrouvé en bonne position pour obtenir un top 3. Or, il a profité des consignes d’équipe données à Vettel pour gagner une place supplémentaire, afin de déborder Bottas.

En fin de course, Raikkonen a résisté aux tentatives de Daniel Ricciardo pour finir troisième. Il est sûrement content!

4- Daniel Ricciardo (Red Bull): 9

Qui aurait cru que Red Bull sortirait de Sao Paulo en étant la deuxième meilleur écurie au classement général de cette course?

Si Max Verstappen est venu proche de remporter une victoire surprenante, Daniel Ricciardo s’est retrouvé à quatre dixièmes d’un premier podium depuis Monaco. Ayant souffert une pénalité de cinq places pour un changement de composantes du moteur, après son abandon crève-cœur au Mexique, l’Australien est parti onzième sur la grille.

Dès le premier tour, il a attaqué au maximum pour se retrouver à une meilleure position, avant de changer de pneus. Lorsque son ravitaillement obligatoire a été effectué, Ricciardo est allé d’une charge sur Vettel et Bottas, avec de beaux dépassements. Il avait l’opportunité de se retrouver devant Raikkonen à la ligne d’arrivée, mais un manque de puissance de son moteur Renault, au troisième secteur du circuit, l’en a empêché. Cela dit, il ne sent pas mal de ne pas goûter au champagne.

5- Valtteri Bottas (Mercedes): 7

Maintenant libéré de son rôle de « wingman » de Lewis Hamilton, Valtteri Bottas a réalisé un bon départ, permettant d’avoir un doublé Mercedes pendant les cinq premiers tours de l’épreuve.

Malheureusement, il a perdu le deuxième rang en voyant Max Verstappen le passer. Malgré cela, il a résisté aux attaques des deux Ferrari, avant son arrêt aux puits.

Comme son coéquipier, il a souffert de cloques sur ses pneus, mais contrairement à Hamilton, il a dû s’arrêter une deuxième fois. Il n’a pu rien faire face à la petite remontée de Ricciardo. Cinquième est, au final, tout ce qu’il pouvait offrir à Mercedes, mais ce sont dix points suffisants pour un titre des constructeurs.

6- Sebastian Vettel (Ferrari): 6.5

Au lendemain de sa mésaventure avec la pesée obligatoire des qualifications, Sebastian Vettel a connu une course difficile. Il peut dire « merci » (sarcastiquement) au pari de débuter la course avec les pneus tendres (jaunes). Cela a résulté à sa perte de la deuxième place au départ et à être exposé à la menace nommée « Max Verstappen ».

En plus de cela, il s’est retrouvé hors-piste au virage 4, permettant à son coéquipier de passer devant lui. Comme Bottas, il a dû opter pour une stratégie à deux arrêts. En plus de laisser passer Raikkonen, plus rapide que lui, il a fini dernier du top 6 habituel.

Effectivement, ce fut une course difficile pour l’Allemand.

7- Charles Leclerc (Sauber): 8

Crédit photo: Alfa Romeo Sauber F1 Team

À son avant-dernière course chez Sauber, Charles Leclerc a donné d’autres points importants à son écurie.

Son tour de qualifications, en Q2, était digne d’un champion du monde. Alors qu’il commençait à pleuvoir, la recrue a enchaîné un tour remarquable afin de se rendre en Q3.

Profitant des problèmes survenus à son coéquipier, Marcus Ericsson, le Monégasque n’a gagné qu’une seule position mais est resté concentré et constant, tout au long de l’épreuve. Il n’a jamais été inquiété d’un seul iota et remporte, du même coup, la course de Formule 1.5 (« championnat » avec tous les autres pilotes hors du top 6 habituel).

8- Romain Grosjean (Haas): 8

Crédit photo: Getty Images

Avec toute l’action survenue entre les six premiers, il y a Romain Grosjean qui a réalisé une excellente course, au volant de sa Haas.

Au départ, le Français a été touché par la Sauber de Marcus Ericsson (pour vrai, cette fois), mais cela ne l’a aucunement dérangé, malgré les dommages. Après une aventure complexe au Mexique, marquer des points n’était qu’un gros soulagement pour Grosjean.

9- Kevin MAGNUSSEN (hAAS): 7

Kevin Magnussen a eu moins de chances que son coéquipier, perdant sa dixième place qu’il reprendra aux dépens de la Sauber lente d’Ericsson. Ensuite, il se débarrassa de Pierre Gasly, afin de prendre une neuvième position qu’il gardera pour la majorité de l’épreuve.

Il semble trop tard pour terminer quatrième au classement des constructeurs, mais Haas doit être heureuse de voir ses deux pilotes marquer des points et que Renault ait fait chou blanc au Brésil.

10- Sergio Perez (Force India): 7

Dans la tourmente impliquant Esteban Ocon, Force India voit son pilote numéro un, Sergio Perez, marquer un point. Le Mexicain, qui partait douzième, a connu une course tranquille et a pu se rendre dans le top 10. Cela lui fera du bien, après avoir été contraint à l’abandon lors de son Grand Prix national, au Mexique.

11- Brendon Hartley (Toro Rosso): 7

Le Bulletin F1 voudrait souhaiter un joyeux anniversaire à Brendon Hartley! (Crédit photo: Brendon Hartley/Twitter)

Ce samedi, Brendon Hartley célébrait son 29e anniversaire de naissance. Que voulait-il comme cadeau? Fort probablement des points.

Malheureusement, un onzième rang n’est pas significatif de points. En plus, il disputait une bonne course, après avoir débuté le Grand Prix seizième. Son premier relais, avec des pneus médiums (blancs), a très bien fonctionné. Il a même profité des consignes d’équipe pour se retrouver devant Pierre Gasly, alors que Carlos Sainz s’amenait rapidement.

Peu importe ce qu’il adviendra pour lui dans les prochaines semaines, Hartley connaît de bonnes courses récemment.

12- Carlos Sainz (Renault): 6

Carlos Sainz (droite) pousse Nico Hulkenberg (gauche). (Crédit photo: FOM)

Renault n’a jamais été dans le coup pour marquer des points. La douzième position de Carlos Sainz est décevante, mais c’est tout ce que l’Espagnol pouvait espérer.

Éliminé en Q1, Sainz s’est retrouvé aux côtés de Nico Hulkenberg, avant de le pousser au virage Juncao. Tout comme d’autres pilotes, il n’a pu éviter l’usure rapide des pneus et a décidé de se retrouver avec une stratégie de deux arrêts. Il a profité de l’imbroglio des consignes d’équipe chez Toro Rosso pour semer Pierre Gasly.

13- Pierre Gasly (Toro Rosso): 5

Avec un moteur Honda qui ne semblait pas être à l’avantage de Toro Rosso, Pierre Gasly a réussi l’exploit d’amener son bolide en Q3.

Regrettablement, sa performance en qualifications n’a pu être la même en course. Dépassé par plusieurs pilotes, le futur membre de Red Bull n’a certainement pas apprécié recevoir l’ordre de laisser passer Brendon Hartley, en fin de course. Non seulement il l’a fait, mais il a perdu une autre position aux dépens de Carlos Sainz.

14- Esteban Ocon (Force India): 4

Ce Grand Prix du Brésil 2018 sera définitivement à oublier pour Esteban Ocon. Non seulement il s’est retrouvé en fond de grille, à la suite d’une pénalité pour un changement de moteur, mais il n’a jamais été en mesure d’atteindre le top 10. La onzième position était probablement l’objectif du Français, en fin de course.

C’est ce qui explique pourquoi il voulait dépasser le meneur de la course, Max Verstappen. Avec un train de pneus super-tendres neufs, Ocon était évidemment rapide. Malheureusement, la collision est survenue au 44e tour.

Reconnu coupable de l’accrochage, le pilote de Force India a été sanctionné d’une pénalité de 10 secondes de stop-and-go, servie dans les puits.

Au final, il est arrivé quinzième, mais une addition de cinq secondes au temps total de Stoffel Vandoorne l’a promu au quatorzième rang.

Dans un texte à paraître, on analysera l’incident en détail.

15- Stoffel Vandoorne (McLaren): 6

Il n’a peut-être pas marqué des points comme au Mexique, mais Stoffel Vandoorne a offert une bonne performance, dans les circonstances.

Encore vaincu par Fernando Alonso en qualifications (20-0 en 2018), Vandoorne a gagné plusieurs positions, terminant quatorzième et devant son futur ex-équipier. Cependant, le fait qu’il ait ignoré les drapeaux bleus l’a rétrogradé en quinzième place. Peu importe, ce fut une bonne course de la part du Belge.

16- Sergey Sirotkin (Williams): 5

Crédit photo: Getty Images

Sachant que la Williams actuelle ne pourrait pas marquer des points, Sergey Sirotkin a fait du mieux qu’il a pu. Alors, se rendre en Q2 relevait d’un bon exploit.

En course, le Russe à l’avenir incertain en Formule 1 n’a pu gravir les échelons comme prévu. Comme résultat, il termine derrière Vandoorne, qui l’a dépassé en piste, mais devant Lance Stroll et Fernando Alonso.

17- Fernando Alonso (McLaren): 5

Crédit photo: Getty Images

La veille du Grand Prix, Fernando Alonso et McLaren annonçaient leur retour aux 500 Miles d’Indianapolis, course à laquelle Alonso avait pris part en 2017. Le jour de l’épreuve brésilienne, l’Espagnol a connu une journée horrible.

Lors de son arrêt aux puits, le double champion du monde a vu ses mécaniciens changer ses pneus erratiquement. Le ravitaillement a duré onze secondes et a permis à Lance Stroll de le laisser dernier. De plus, Alonso a demandé à ses ingénieurs de piste de ne plus lui parler pour le reste de la course.

Alors, qui allait lui annoncer qu’il avait reçu la même pénalité donnée à Vandoorne: ignorer les drapeaux bleus?

Cela dit, Alonso est chanceux de finir avant-dernier des pilotes classés, car Stroll s’est arrêté pour de nouveaux pneus, à quatre tours de la fin.

18- Lance Stroll (Williams): 4.5

Crédit photo: Williams/LAT

Autre élimination en Q1 se transformant en une autre course désastreuse pour Lance Stroll. Bien qu’il ait gagné une place au départ, le Canadien est resté au fond du classement. Il ne lui reste plus qu’une épreuve avant de passer à autre chose.

DNF- Nico Hulkenberg (Renault): 5

Crédit photo: Renault F1 Team/Twitter

Fin de semaine difficile pour Nico Hulkenberg. Vendredi après-midi, il accidente sa Renault. Samedi, il est éliminé en Q2. Dimanche, il se bat en piste avec Carlos Sainz, avec une touchette en prime. Sans oublier qu’il a dû se retirer du Grand Prix pour un problème d’ordre mécanique.

Par chance, Renault est encore quatrième au championnat des constructeurs.

DNF- Marcus Ericsson (Sauber): non noté

Crédit photo: Getty Images

Au cours de sa carrière, Marcus Ericsson a reçu beaucoup plus de pots que de fleurs de la part des amateurs de Formule 1. Oui, ses performances n’ont pas souvent aidé sa cause, mais le Suédois a toujours trimé dur. La preuve? Samedi, il se qualifie septième, qui allait devenir une sixième place, en raison de la pénalité infligée à Daniel Ricciardo.

Par contre, avant que la course ne débute, une pièce du diffuseur de sa Sauber s’est détachée et a forcé les mécaniciens à réparer les dommages. Malheureusement, cela a grandement affecté son départ, qui a impliqué un contact avec Romain Grosjean. Les dégâts supplémentaires ont rendu la C37 dure à piloter.

Le tête-à-queue d’Ericsson, au vingtième tour, devint finalement synonyme de « fin de journée ».

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *