Bulletin de notes Bahreïn 2019: pauvre Leclerc

Auteur d’une pôle position magnifique, Charles Leclerc n’a pu la convertir en victoire. Souffrant d’un problème de turbo, le Monégasque s’est contenté d’une troisième place. C’est Lewis Hamilton qui est reparti avec les honneurs du Grand Prix de Bahreïn.

Vous avez manqué ce Grand Prix de Bahreïn exceptionnel? Visionnez les faits saillants juste ici.

1- Lewis Hamilton (Mercedes): 8

Crédit photo: Karim Sahib / AFP

Grille de départ: 3e

Depuis vendredi, on savait que Mercedes ne possédait pas la meilleure voiture à Sakhir. Pourtant, l’écurie allemande est revenue à la maison avec le trophée du vainqueur… de manière chanceuse, soyons honnêtes.

Parti troisième. Lewis Hamilton s’est retrouvé avec une stratégie différente de celle de Valtteri Bottas, lui permettant de rejoindre les Ferrari. Le Britannique nous a offert un excellent duel avec Sebastian Vettel, tout au long de la course, avant que ce dernier ne fasse un (autre) tête-à-queue.

Il a profité de l’ennui de moteur de Charles Leclerc pour passer en tête de l’épreuve et, éventuellement, la remporter. C’est une victoire chanceuse, certes, mais elle peut faire une différence à la fin de la saison.

Gros bravo à Hamilton, qui a démontré un très bel esprit sportif, en consolant Leclerc, après la course.

 

View this post on Instagram

 

Think we can all agree with @lewishamilton 👏👏👏 . #BahrainGP 🇧🇭 #Formula1 #F1 #Leclerc #LewisHamilton

A post shared by FORMULA 1® (@f1) on

2- Valtteri Bottas (Mercedes): 6

Grille de départ: 4e

Après sa victoire en Australie, nous ne tarissions pas d’éloges à propos du Valtteri Bottas 2.0. Deux semaines plus tard, on avait l’impression de retrouver le pilote de la saison 2018: sous-performant.

Au lieu de se battre avec son coéquipier et Ferrari, il a dû résister aux attaques de Max Verstappen pendant une bonne partie de la course.

Il devait terminer quatrième, voire même cinquième, mais les soucis chez la Scuderia lui a permis de finir deuxième et, en même temps, de garder la tête du championnat.

En bref, on pourrait utiliser le meme « It’s something » pour résumer son émotion, après ce Grand Prix.

3- Charles Leclerc (Ferrari): 10

Crédit photo: Hamad I Mohammed/Reuters

Grille de départ: 1er

On n’avait pas le choix de donner à Charles Leclerc la note parfaite. Pas par sympathie ou par pitié, mais parce qu’il a fait le travail nécessaire.

Ayant obtenu sa première pôle en Formule 1, le Monégasque a perdu la tête de la course au départ, aux dépens de son coéquipier, Sebastian Vettel. Ensuite, il a gardé son calme et l’a dépassé, quelques tours plus tard.

La stratégie étant très bien respectée, Leclerc a forgé une avance suffisante pour rallier l’arrivée en tête, pour la première fois de sa carrière.

Avant que son moteur ne le laisse tomber. Ne pouvant rien faire, il a vu les deux pilotes Mercedes le dépasser, dans les derniers tours de la course. N’eut été de la présence de la voiture de sécurité, à deux tours de la fin, il aurait fini quatrième, derrière la Red Bull de Max Verstappen.

Malgré cet ennui de fiabilité, Charles Leclerc peut être fier de ce qu’il a réalisé. Il a tenu tête à un quadruple champion du monde, a dominé la course et a obtenu son premier podium en F1. Il n’y a aucun doute: la victoire n’est pas très loin.

4- Max Verstappen (Red Bull): 7

Crédit photo: Mark Thompson/Getty Images

Grille de départ: 5e

S’élançant de la cinquième position, Max Verstappen est passé proche de dépasser Valtteri Bottas et de se rapprocher des meneurs.

Malheureusement, un accrochage avec Carlos Sainz, causant une crevaison lente, l’a forcé à rentrer aux puits plus tôt que prévu. Suite à cet arrêt, son rythme de course fut meilleur et ne fut pas très loin d’effectuer un undercut sur Bottas.

Verstappen aurait pu permettre à Red Bull de se retrouver sur le podium pour un deuxième Grand Prix consécutif, mais la voiture de sécurité l’en a empêché.

5- Sebastian Vettel (FerrarI): 4

Thaier Al-Sudani/Reuters

Grille de départ: 2e

Le Grand Prix de Bahreïn 2019 était une excellente occasion pour Sebastian Vettel de revenir au sommet. Il a peut-être été battu par Leclerc en qualifications, mais l’Allemand a connu un excellent départ, prenant les commandes de l’épreuve.

Malheureusement, Leclerc l’a dépassé pour reprendre la première place. Ça se voyait qu’il n’avait pas le même rythme que le jeune Monégasque. En plus, Lewis Hamilton l’avait rattrapé.

Au moment où ce dernier l’attaqua pour le passer, Vettel effectua un autre tête-à-queue. Cela résulta à une dégradation sérieuse de ses pneus et la perte de son aileron avant (voir image plus haut).

Bien qu’il ait fini cinquième pour limiter les dégâts, cette erreur de Vettel a probablement coûté une belle victoire à Ferrari et, éventuellement, un doublé rouge.

6- Lando Norris (McLaren): 8.5

Grille de départ: 9e

Lando Norris continue d’impressionner avec sa McLaren. D’abord qualifié dixième (et parti neuvième, en raison d’une pénalité à Romain Grosjean), le natif de Bristol, en Angleterre, a fini sixième et, donc, le meilleur du milieu du peloton.

Le cadet du championnat du monde 2019 a été à l’affiche de nombreuses batailles en piste, en plus de s’offrir un beau dépassement sur l’aîné du plateau, Kimi Raikkonen.

Après un Grand Prix d’Australie difficile, Norris a démontré qu’il conduisait comme un grand vétéran (ou un futur champion du monde). Du coup, il a inscrit le meilleur résultat de McLaren depuis la cinquième position de Fernando Alonso, à Melbourne, en 2018.

7- Kimi Raikkonen (Alfa Romeo): 7.5

Grille de départ: 8e

Autre course propre de la part du vétéran Kimi Raikkonen. Le champion du monde 2007 s’est montré très patient et a gardé le cap, en restant dans le top 10. Si Lewis Hamilton a gagné avec opportunisme (et avec chance, évidemment), Raikkonen marque six points importants grâce à son calme (hé hé) et le double abandon de Renault.

8- Pierre Gasly (Red Bull): 5.5

Grille de départ: 13e

À son deuxième Grand Prix avec Red Bull, Pierre Gasly a encore débuté la course hors du top 10. Le Français n’a pas eu un dimanche facile, se battant entre autres avec son ancienne équipe, Toro Rosso, et Lando Norris. Il n’a pu les dépasser.

L’abandon des Renault lui permet quand même de marquer ses premiers points avec Red Bull. Cependant, il devra muscler son jeu un peu plus.

Seule consolation pour Gasly: il permet à la France de finir dans les points dans une 500e course de Formule 1, à la 999e épreuve de l’histoire.

9- Alexander Albon (Toro Rosso): 6

Grille de départ: 12e

La recrue de Toro Rosso a connu une bonne course, en restant constant et offrant de solides bagarres. Il a été récompensé avec une neuvième position, constituant le meilleur résultat de l’écurie cette saison (en seulement deux courses).

10- Sergio Perez (Racing Point): 6

Grille de départ: 14e

Le pilote mexicain marque un point, grâce au retrait des deux Renault, mais son Grand Prix fut fantomatique. Perez n’a jamais été dans le coup pour finir dans le top 10.

11- ANtonio Giovinazzi (Alfa Romeo): 6

Grille de départ: 16e

Deux semaines après avoir crée un train de voitures dans les rues de l’Albert Park, Antonio Giovinazzi s’est retrouvé dans le feu de l’action, mais temporairement.

En effet, l’Italien est entré en contact avec la Toro Rosso de Daniil Kvyat, au treizième tour de la course. Heureusement, il n’a pas reçu de pénalité pour l’incident.

Néanmoins, ce onzième rang est synonyme de meilleur résultat en Formule 1. En effet, Giovinazzi avait fini douzième, lors du Grand Prix d’Australie 2017.

12- Daniil Kvyat (Toro Rosso): 6

Grille de départ: 15e

Malgré cette douzième place, Daniil Kvyat a réalisé une bonne course. Oui, il ne marque pas de points, alors que son coéquipier en inscrit deux, mais le Russe s’est montré relativement constant, malgré cet accrochage avec Giovinazzi.

13- Kevin Magnussen (Haas): 5

Grille de départ: 6e

Mais que s’est-il p-haas-sé avec Kevin Magnussen? Samedi, il se qualifiait sixième, à seulement cinq petits millièmes de Max Verstappen. Le lendemain, il ne marque aucun point.

La stratégie de course ne fonctionnait vraiment pas, Magnussen ne pouvait remonter le peloton et il est chanceux de ne pas finir quinzième.

Une journée pas f-haas-ile pour le Danois.

14- Lance Stroll (Racing Point): 4

Grille de départ: 18e

La fin de semaine de Lance Stroll a été difficile pour Stroll.

Vendredi, il a endommagé son aileron avant, après un tête-à-queue au virage 4. Samedi, il se qualifie dix-huitième, devant les deux Williams. Dimanche, il entre en contact avec la Haas de Romain Grosjean au départ, endommageant son aileron avant et ruinant son Grand Prix.

Le fait d’avoir perdu du temps de piste, lors des essais libres du vendredi, aura eu un impact sur toute sa fin de semaine, même si Racing Point ne serait pas en mesure de marquer des points.

15- George Russell (Williams): 6

Grille de départ: 19e

Il n’y a rien que George Russell ne pouvait faire, avec cette Williams. Le champion de la série Formule 2 en 2018 a ramené la FW42 à la maison, sans causer la moindre erreur. C’est une petite victoire personnelle pour le jeune Britannique, qui testera la Mercedes cette semaine, lors des essais intrasaison de Sakhir.

16- Robert Kubica (williams): 6

Grille de départ: 20e

À l’instar de Russell, Robert Kubica a terminé la course sans aucun souci. Même s’il a terminé à deux tours du meneur, le Polonais a offert une meilleure performance qu’en Australie.

Malheureusement, il finit encore une fois derrière son coéquipier. En espérant que le retour de Sir Patrick Head chez Williams, à titre de consultant, amènera un peu de joie chez l’écurie.

DNF- Nico Hulkenberg (Renault): 8

Grille de départ: 17e

Pourtant rapide lors des essais libres, Nico Hulkenberg a déçu énormément de monde en se qualifiant 17e sur la grille de départ. Par contre, on savait que l’Allemand de 31 ans allait revenir dans le top 10 facilement. Si vous n’avez pas vu son départ, regardez-le avec attention. C’est du bijou!

Hulkenberg se dirigeait vers une magnifique sixième place, lorsque son moteur l’a lâché à deux tours de la fin.

DNF- Daniel Ricciardo (Renault): 6.5

Grille de départ: 10e

Bénéficiant d’un départ dans le top 10 (gracieuseté de la pénalité à Romain Grosjean), Daniel Ricciardo a réalisé une course correcte, bien que Renault ait décidé d’opter pour une stratégie à un arrêt. Il pourra dire qu’il a mené (très) temporairement le Grand Prix.

Pour une deuxième épreuve consécutive, l’Australien a dû abandonner. Ironie du sort, c’était lors du même tour que l’abandon d’Hulkenberg! Quel dommage pour Ricciardo, qui s’en allait vers ses premiers points avec Renault.

DNF- Carlos Sainz (McLaren): 7

Grille de départ: 7e

Est-ce qu’on a assisté au retour en force de McLaren? Possiblement. L’écurie établie à Woking, en Angleterre, était relativement bonne au Bahreïn, avec Carlos Sainz qui se qualifie au septième rang. Malencontreusement, l’Espagnol a subi des dommages importants, lorsque Max Verstappen et lui se sont touchés, en début de course.

La suspension étant légèrement brisée, Sainz a gardé sa MCL34 en piste, mais la boîte de vitesse ne put résister aux 57 tours de cette épreuve. Fin de la journée pour l’ex-pilote de Renault et de Toro Rosso, qui avait un bon début de course. Il était un candidat sérieux au top 10.

DNF- Romain Grosjean (Haas): non noté

Grille de départ: 11e (qualifié 8e, mais pénalité de trois places)

On ne peut donner une note à Romain Grosjean, car il n’a pas montré grand chose.

Pénalisé de trois places sur la grille pour avoir bloqué Lando Norris en Q1, le Français s’est retrouvé onzième. Au départ, il a été touché par la Racing Point de Lance Stroll, causant une crevaison et des dommages au plancher de sa VF-19.

Sa soirée se termina au dix-septième tour, quand Haas a décidé de le rapatrier aux puits. Comme en 2018, il n’a pas de points après deux épreuves.

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *