Bulletin de notes Azerbaidjan 2019: Bottas calme et victorieux

Un an après avoir perdu le Grand Prix d’Azerbaidjan, Valtteri Bottas a remporté cette épreuve de main de maître. Le Finlandais a résisté à Lewis Hamilton, son coéquipier chez Mercedes. Au terme d’un Grand Prix qui ne passera pas à l’histoire, découvrez les notes de chaque pilote.


L’épisode 2 de la baladodiffusion du Bulletin F1, où on revient sur la course numéro 4 de 2019


1- Valtteri Bottas (Mercedes): 10

Grille de départ: pôle position

Devenant le quatrième détenteur de la pôle position en quatre courses à Bakou, Valtteri Bottas a résisté aux attaques de Lewis Hamilton au départ. Quand son coéquipier a grugé quelques dixièmes dans les derniers tours, le Finlandais a gardé son calme. En plus, il s’est montré tenace face à Charles Leclerc, même si ce dernier ne s’était pas encore arrêté.

Avec sa deuxième victoire de la saison, il reprend les commandes du championnat des pilotes.

Mesdames et messieurs, le Bottas 2.0, celui qui porte une barbe, qui mange du porridge et qui conduit avec beaucoup plus de confiance, n’est pas un mythe!

2- Lewis Hamilton (Mercedes): 8

Grille de départ: 2e

Grâce à sa deuxième place, Lewis Hamilton offre à Mercedes un quatrième doublé consécutif lors des quatre premières course de la saison, un record absolu en Formule 1.

Néanmoins, il aurait aimé quitté Bakou avec la victoire, mais s’est senti trop généreux avec Bottas au départ. En fin de course, le champion du monde en titre s’est rapproché de son coéquipier, mais une très légère erreur a coupé court à ses efforts de lutte pour la victoire.

Considérant qu’il termine (encore) devant son grand rival, Sebastian Vettel, une deuxième place ne semble pas si mal que ça pour Lewis.

3- Sebastian Vettel (Ferrari): 6.75

Grille de départ: 3e

En parlant du loup…

Vettel n’a pas la meilleure course de la saison, mais pas la pire non plus. Bien que la Ferrari possédait l’avantage sur les longues lignes droites et dans les virages lents, l’écurie s’est encore retrouvée derrière Mercedes.

Malgré ses efforts pour se rapprocher des Flèches d’argent, collées à l’aileron arrière de Charles Leclerc, l’Allemand s’est contenté d’un deuxième podium consécutif.

4- Max Verstappen (Red Bull): 8

Crédit photo: Max Verstappen/Twitter

Grille de départ: 4e

Avec un moteur Honda ayant évolué entre la Chine et l’Azerbaïdjan, Max Verstappen a pu maximiser les opportunités qui se sont offertes à lui.

À Bakou, bien qu’il ait perdu une place au départ, Verstappen a repris sa quatrième position aux dépens de Sergio Perez. Le jeune Néerlandais est resté un peu plus longtemps que ses adversaires devant lui, avant qu’il ne s’arrête aux puits.

Lors de son deuxième relais, Verstappen s’est montré plus rapide que ses rivaux, mais n’a pu se rapprocher proprement de Vettel. En effet, la Voiture de sécurité virtuelle est apparue au mauvais moment et, à la relance, il a eu du mal à faire chauffer ses pneus.

5- Charles Leclerc (Ferrari): 7.5

Crédit photo: Glenn Dunbat/LAT

Grille de départ: 8e

Il aurait pu se battre pour un podium, voire même la victoire, mais son accident lors des qualifications l’a privé de toutes chances.

En course, avec un nouveau train de pneus médiums (jaunes), le Monégasque a remonté le peloton avec brio, malgré une perte de deux places au départ. Avec une bonne gestion de pneus, Leclerc s’est retrouvé en tête (même s’il ne s’est pas encore arrêté).

Malheureusement, Ferrari l’a laissé trop longtemps en piste, alors que les autres prenaient du gallon, avec leurs gommes médiums. Quand Leclerc a changé de pneus, il était trop tard pour tenter une attaque sur les meneurs, alors qu’il a été relégué au cinquième rang. Pour sauver les meubles, la Scuderia Ferrari l’a fait rentrer pour qu’il obtienne le meilleur tour en course, synonyme de point boni (à condition d’être dans le top 10).

Cela aurait pu être sa fin de semaine, lui qui était rapide lors des essais, mais son accident lui a coûté cher. Heureusement, sa course était très bonne, dans les circonstances d’une (autre) stratégie ratée de la part de son écurie.

6- Sergio Perez (Racing Point): 9

Crédit photo: Racing Point/Twitter

Grille de départ: 5e

« Le Maître de Bakou » frappe encore sur la Terre de feu qu’est l’Azerbaïdjan. Réalisant la meilleure qualification de la saison pour Racing Point, Checo a effectué un bon départ, passant quatrième et devant Max Verstappen.

Le Mexicain s’est bien défendu face au pilote Red Bull, même si ce dernier le dépassera quelques tours plus tard. En plus, il a su garder les deux McLaren derrière lui, en revenant devant eux après son arrêt aux puits.

Il s’agit de son meilleur résultat de l’année, jusqu’à présent, et il le fait sur une piste où il a terminé deux fois sur le podium (2016 et 2018).

7- Carlos Sainz (Mclaren): 8

Grille de départ: 9e

La malchance semble être enfin terminée pour Carlos Sainz. L’Espagnol inscrit finalement ses premiers points de la saison et avec McLaren.

Produisant quelques dépassements (entre autres sur Lando Norris, son coéquipier), Sainz a été régulier et a pu rester devant Norris, qui s’est arrêt pendant la Voiture de sécurité virtuelle.

Enfin, sa conduite est bien récompensée!

8- Lando Norris (McLaren): 8

Crédit photo: Alexander Nemenov/AFP

Grille de départ: 7e

C’était une course solide de la part de la recru britannique de McLaren. D’abord qualifié septième, Lando Norris s’est battu contre son coéquipier, Carlos Sainz, tout au long de l’épreuve.

Bien qu’il ait pris le risque de s’arrêter pour une deuxième fois, pendant la Voiture de sécurité virtuelle, Norris a chuté d’une place. Ses pneus tendres (rouges) ont pris du temps avant d’atteindre la température optimale. Ce n’est pas grave, car il permet à McLaren de passer quatrième au championnat des constructeurs.

9- Lance Stroll (Racing Point): 8

Crédit photo: Racing Point/Twitter

Grille de départ: 13e

Après un accident lors des essais libres du vendredi après-midi et une mauvaise préparation en qualifications (l’éliminant en Q1 encore une fois), Lance Stroll continue de marquer des points en Azerbaïdjan.

Profitant des disqualifications de Kimi Raikkonen et de Pierre Gasly, ainsi que le recul de 10 places d’Antonio Giovinazzi, pour partir treizième, Stroll a utilisé sa marque de commerce: le départ de feu.

Le Québécois, en dépit d’un arrêt aux puits lent, a effectué quelques bons dépassement, a bien géré ses pneus et a profité des abandons de pilotes devant lui pour marquer deux points.

10- Kimi Raikkonen (Alfa Romeo): 8

Grille de départ: ligne des puits

Disqualifié à deux heures du début de la course, en raison d’un aileron avant illégal, Kimi Raikkonen a été forcé de partir de la ligne des puits.

Comme Alexander Albon en Chine, le doyen du championnat 2019 a réussi à marquer des points en partant de très loin. Le tout a été fait en dépit d’un relais avec les pneus tendres (rouges) inefficace.

44 tours avec la gomme médium, résultant à une dixième place, mérite clairement la note de 8 sur 10.

11- Alexander Albon (Toro Rosso): 6

Grille de départ: 11e

Après une performance exceptionnelle à Shanghai, il y a deux semaines, Alexander Albon termine le Grand Prix d’Azerbaïdjan à la porte des points.

N’ayant pu trouver le moyen de revenir dans le top 10 après son arrêt aux puits, le Pilote du jour en Chine s’est seulement démarqué pour sa rencontre avec la barrière du virage 1, au départ. Heureusement, Albon n’a subi aucun dégât.

12- Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo): 6.5

Crédit photo: Glenn Dunbar/LAT

Grille de départ: 17e (pénalité de 10 places)

Quel dommage que la pénalité de 10 places sur grille (changement supplémentaire d’une composante électronique de son moteur) arrive au mauvais moment pour Giovinazzi.

Le pilote italien s’était qualifié huitième, atteignant la Q1 pour la première fois de sa carrière. Contrairement à son coéquipier, Giovinazzi n’a pas été capable de remonter le courant et a dû se contenter de la douzième place.

13- Kevin Magnussen (Haas): 5

Grille de départ: 12e

Ça va de mal en pis pour Haas. Kevin Magnussen n’a pas eu la chance de se battre pour une place dans le top 10, en raison de ces mêmes problèmes de température des pneus.

Même la stratégie de deux arrêts n’a servi à grand chose.

14- Nico Hulkenberg (Renault): 5

Grille de départ: 15e

Si le circuit urbain de Bakou était une personne, ne l’invitez pas dans un party contenant Nico Hulkenberg. Ce dernier s’est retrouvé sans le moindre point à Bakou pour une troisième édition consécutive. L’Allemand a connu une autre fin de semaine difficile sur les terres azéries.

Éliminé de manière surprenante en Q1, Hulkenberg n’a pu être capable d’obtenir un rythme décent. Il n’a jamais été dans le coup pour marquer des points.

15- George Russell (Williams): 7

Grille de départ: 16e

Sa journée du vendredi ayant été ruinée par une bouche d’égout mal soudée, George Russell s’est tenu loin du trouble que peut amener une piste piégeuse comme celle de Bakou.

Continuant son apprentissage de la Williams FW42, le champion de Formule 2 en 2018 permet à son écurie d’égaler son meilleur résultat de la saison (15ème au Bahrein).

16- Robert Kubica (Williams): 5

Crédit photo: XPB Images

Grille de départ: Ligne des puits

La toute première présence de Robert Kubica en Azerbaïdjan ne passera pas à l’histoire. Le Polonais a fait la connaissance des barrières du virage 8, en toute fin de la Q1. Ce résultat l’a forcé à partir de la ligne des puits, car Williams a dû changer plusieurs pièces, entre les qualifications et la course.

Le problème est qu’il s’est présenté à la sortie des stands beaucoup trop tôt, résultant à une pénalité de drive-through. Sa journée de travail fut très. très difficile pour lui.

DNF- Romain Grosjean (Haas): 4.5

Grille de départ: 14e

Le pauvre Romain Grosjean a tenté une stratégie d’un arrêt, comme la plupart des autres pilotes. Malheureusement, cela n’a pas fonctionné. En plus, le Français a été contraint à l’abandon pour une troisième fois en quatre courses, cette saison, en raison d’ennuis de freins.

Cette année, Grosjean n’est vraiment pas chanceux.

DNF- Pierre Gasly (Red Bull): 7

Crédit photo: Clive Mason/Getty Images

Grille de départ: Ligne des puits

Même avec trois pénalités le reléguant à la ligne des puits, Pierre Gasly est parvenu à se retrouver dans les points, avant d’abandonner (problème d’arbre de transmission).

Le Français se retrouvait sixième, alors qu’il ne s’était pas encore arrêté et qu’il pouvait finir à cette position. Quel dommage.

Même si le co-animateur du podcast, Bryan Ouimet, trouve qu’il déçoit un peu cette année, sa performance à Bakou est encourageante pour la suite.

DNF- Daniil Kvyat (Toro Rosso): 6

Grille de départ: 6e

Après une remarquable sixième places lors des qualifications du samedi, la journée du dimanche s’est mal terminée pour Daniil Kvyat.

Le Russe a connu un mauvais départ et a dû rentrer aux puits pour un arrêt relativement tôt. Se retrouvant en fond de peloton, celui qui fêtait ses 25 ans de naissance vendredi était revenu dans le top 10… avant que Daniel Ricciardo rate un dépassement à son endroit. Les deux anciens coéquipiers chez Red Bull se sont retrouvés pris dans l’échappatoire du virage 3, mais Ricciardo recule en tapant la Toro Rosso.

Cette bourde de l’Australien a mis fin à n’importe quel espoir du Russe de marquer ses premiers points depuis le Grand Prix d’Australie.

Crédit photo: XPB

DNF- Daniel Ricciardo (Renault): 4.75

Grille de départ: 10e

Malgré des réglages n’étant pas adaptés pour un circuit aussi rapide que celui d’Azerbaïdjan, Daniel Ricciardo a connu un bon départ pour Renault. Malheureusement, sa bêtise avec Kvyat a mis fin aux chances de marquer des points pour l’écurie losangée.

Pour le Grand Prix d’Espagne, Ricciardo devra surveiller ses arrières, car il a obtenu une pénalité de trois places sur la grille, lors de la course barcelonaise.

 

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *