Bulletin de notes Australie 2019: une domination signée Bottas

Valtteri Bottas a débuté la saison de la bonne manière, en remportant le Grand Prix d’Australie, dimanche dernier. Le Finlandais, ayant besoin de cette victoire, devance Lewis Hamilton et Max Verstappen. Perçue comme les favoris à la victoire, Ferrari a été à la traîne.

À la mémoire de Charlie Whiting (1952-2019) Crédit photo: LAT/Motorsport Images

Vous avez manqué le Grand Prix? Cliquez sur la vidéo ci-dessus pour regarder les faits saillants de la course.


1- Valtteri Bottas (Mercedes): 10

Grille de départ: 2e

Après avoir passé une saison complète sans victoire, Bottas s’est imposé dès la première épreuve de cette nouvelle année. Fort d’une belle deuxième place lors des qualifications, le Finlandais a effectué un excellent départ, surprenant Lewis Hamilton et passant en tête de l’épreuve.

Lors des dix premiers tours, il a augmenté l’écart sur son coéquipier, pour ne plus jamais être inquiété. En plus, il obtient le premier point boni pour le meilleur temps en course, réalisé dans l’avant-dernier tour!

Grâce à cette victoire, Bottas devient le premier Finlandais à mener le championnat des pilotes depuis Kimi Raikkonen (Lotus), lors du Grand Prix d’Australie 2013. En tout cas, le porridge qu’il a mangé au petit-déjeuner lui a donné des forces

2- Lewis Hamilton (Mercedes): 7

Grille de départ: 1er

Lewis Hamilton a mené les trois séances d’essais et a pulvérisé le record du tour à l’Albert Park. Malheureusement, il n’a pas pu convertir la pôle position (une huitième à Melbourne) et a dû se contenter de la deuxième place.

Ayant perdu les commandes au départ, grâce au lancement parfait de Bottas, le champion du monde en titre a eu de la difficulté à rester proche de son équipier. On a appris, quelques heures après la course, que le plancher de sa Mercedes avait subi des dommages l’empêchant de rouler au maximum. Heureusement, Sebastian Vettel n’a jamais été une menace, durant cette épreuve. Par contre, il a vu Max Verstappen le rattraper à deux reprises. Dans les deux cas, il a résisté aux attaques du pilote Red Bull.

Pour une cinquième année consécutive, Hamilton ne parvient pas à convertir la pôle position en victoire en Australie, mais soyons honnête: c’est une statistique inutile.

3- Max Verstappen (Red Bull): 8

Grille de départ: 4é

Pour une première impression avec le nouveau partenariat entre Red Bull et Honda, c’en est tout une! Red Bull (et surtout Honda) peut remercier Max Verstappen pour ce podium.

Qualifié quatrième (séparant les deux Ferrari), Verstappen a connu une excellente course. Son fait saillant a été son dépassement sur Sebastian Vettel, bon pour le troisième rang. Il a même rattrapé Hamilton, mais une excursion hors-piste au virage 1 a ruiné ses chances de finir deuxième.

Grâce à cette troisième place, Verstappen permet au moteur Honda de monter sur le podium pour la première fois depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne 2008 (Rubens Barrichello 3e avec Honda).

4- Sebastian Vettel (Ferrari): 6

Grille de départ: 3e

Avant même le début des essais libres, on voyait déjà Vettel et Ferrari au sommet.

On a eu complètement tort.

Non seulement Mercedes quitte l’Australie avec un doublé, mais l’Allemand et son équipe ne se retrouvent même pas sur le podium. À l’exception des essais du vendredi matin, la SF90 était loin derrière, en matière de chronos.

Lors des qualifications, Vettel a dû se contenter de partir troisième, à sept dixièmes d’Hamilton. En course, c’était pire. Le quadruple champion du monde n’a jamais été en mesure de donner du fil à retordre à son rival. En plus, il a perdu le podium lorsque Max Verstappen l’a dépassé, entre les virages 2 et 3.

Pour couronner cette mauvaise journée au bureau, il termine à 57 secondes du vainqueur. Vivement Bahreïn.

5- Charles Leclerc (Ferrari): 6

Grille de départ: 5e

La première course de Charles Leclerc avec Ferrari a été difficile. Qualifié cinquième sur la grille, le Monégasque est presque passé troisième au départ, mais a dû se rétracter pour éviter un contact avec Vettel.

Après son arrêt aux puits, Leclerc a rattrapé son nouveau coéquipier, mais des consignes d’équipe l’a forcé à rester derrière.

Il avait le rythme pour finir quatrième, mais au moins il pourra se reprendre dans deux semaines.

6- Kevin Magnussen (Haas): 8

Grille de départ: 7e

Solide performance de la part de Kevin Magnussen, qui venge son abandon cruel de l’an dernier, à l’Albert Park. Bien que battu par Romain Grosjean en qualifications, le Danois possédait un bon rythme de course.

Il n’a pas hésité à défendre durement sa position face à Nico Hulkenberg, en plus de résister à l’arrivée soudaine de Kimi Raikkonen.

7- Nico Hulkenberg (Renault): 7.5

Grille de départ: 11e

De voir les deux voitures Renault hors du top 10, en qualifications, ce fut une énorme surprise. Au moins, Nico Hulkenberg s’est occupé de donner à l’écurie française ses premiers points de la saison.

Grâce à son départ, l’Allemand s’est rapidement installé parmi les dix premiers. Malgré l’usure de ses pneus durs neufs, chaussés au 14e tour, Hulkenberg a résisté à l’arrivée d’un train de pilotes en fin de Grand Prix.

8- Kimi Raikkonen (Alfa Romeo): 7

Grille de départ: 9e

Course tranquille mais solide pour Kimi Raikkonen, qui a permis à Alfa Romeo d’inscrire des points pour la première fois depuis le Grand Prix d’Europe 1984. Le champion du monde de 2007 a dû suer pour éviter les attaques de Stroll et ce, en dépit de problèmes de visière.

9- Lance Stroll (Racing Point): 8

Grille de départ: 16e

Même avec de nouvelles couleurs, on a vu la même rengaine. Lance Stroll a été éliminé en Q1. Il dit avoir été dérangé par la Haas de Romain Grosjean, perdant des dixièmes de secondes suffisantes pour passer au tour suivant.

En course, il a réalisé un bon départ, se retrouvant tout juste derrière Sergio Perez. Grâce à une stratégie alternative (départ avec la gomme médium), le Québécois a passé la deuxième moitié de l’épreuve dans le top 10, résistant aux attaques de Daniil Kvyat.

Un bon début avec Racing Point pour Stroll.

10- Daniil Kvyat (Toro Rosso): 8

Grille de départ: 15e

À son retour en Formule 1, Daniil Kvyat a été relativement impressionnant. Le Russe, parti quinzième, a offert un bon pilotage au volant de la Toro Rosso.

Son fait saillant: il a dépassé Pierre Gasly en sortant des puits avec des pneus durs usés, en plus de le garder derrière pendant le reste de la course. Hormis sa tentative de dépassement ratée sur Stroll, ce fut un bon dimanche pour Kvyat.

11- Pierre Gasly (Red Bull): 5

Grille de départ: 17e

Si Ferrari a été la déception chez les écuries en Australie, Pierre Gasly a été l’équivalent.

Le Français s’est qualifié dix-septième, en raison d’une erreur stratégique de Red Bull. Cela a rendu son dimanche déjà dur.

Comme mentionné ci-dessus, il est resté coincé non seulement derrière Kvyat pendant la deuxième moitié de l’épreuve, mais aussi derrière d’autres pilotes avant qu’il ne change de pneus (tour 37). Comme débuts avec Red Bull, on a vu mieux.

12- Lando Norris (McLaren): 6.5

Grille de départ: 8e

Lando Norris a créé la surprise, en se qualifiant huitième sur la grille, au volant de la McLaren. Malheureusment, cette huitième place ne s’est pas transformée en points.

Le natif de Bristol, en Angleterre, a été une des victimes du train qu’Antonio Giovinazzi a formé. Bien qu’il l’ait passé, Norris se retrouvait à trente secondes de Gasly et de la onzième position.

13- Sergio Perez (Racing Point): 5

Grille de départ: 10e

Sergio Perez a vu sa belle dixième place en qualifications se transformer en une course sans points.

Le pilote mexicain a perdu deux places au départ et, après son arrêt aux puits au 13e tour, en a arraché avec les pneus durs. Comme Norris, Perez était resté derrière Antonio Giovinazzi, qui ne s’était pas encore ravitaillé à ce moment-là.

14- Alexander Albon (Toro Rosso): 5.5

Grille de départ: 13e

À son tout premier Grand Prix de Formule 1, Alexander Albon a connu une course correcte.

Le pilote le moins expérimenté en F1 s’est bien débrouillé, surtout à un moment où il se retrouvait onzième, à une place du top 10. Malheureusement, ses espoirs d’obtenir ses premiers points se sont envolées, lorsqu’il s’est retrouvé dans le train mené par la locomotive Giovinazzi.

Certes, il finit très loin du dixième rang, mais il n’a pas à rougir de sa performance, pour une première.

15- Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo): 5.5

Grille de départ: 14e

Le troisième Grand Prix en carrière d’Antonio Giovinazzi fut plus animé que le premier.

En 2017, l’Italien avait fini douzième avec deux tours de retard en Australie. Deux ans plus tard, il termine trois places plus bas, mais en animant une partie de l’épreuve. Débutant la course avec des pneus médiums neufs, Giovinazzi en a arraché en raison de l’usure de ses gommes.

Au lieu de s’arrêter au moment opportun, il est resté en piste, ruinant la course de Norris, de Perez et d’Albon. Après avoir été dépassé par ces trois pilotes, il n’y avait plus rien à faire pour Giovinazzi. Au moins, il a montré quelques bons signes de défense.

16- George Russell (Williams): 6.5

Grille de départ: 19e

Sachant d’emblée que la Williams croupirait dans les bas fonds du classement, George Russell a complété son tout premier Grand Prix tout seul, sans la moindre compétition.

Ayant uniquement Robert Kubica comme adversaire le plus proche, considérons que le champion en titre de Formule 2 a bien fait dans les circonstances.

17- Robert Kubica (Williams): 4

Grille de départ: 20e

Soyons court et concis: on s’attendait à ce que Robert Kubica finisse dernier, mais pas au point de finir à trois tours du vainqueur.

Ce qui a ruiné son retour officiel, c’est un contact avec la Red Bull de Pierre Gasly au départ, endommageant son aileron avant. Le Polonais s’est arrêté aux puits et, ensuite, ce n’était que des tours à récolter.

DNF- Romain Grosjean (Haas): 6.5

Grille de départ: 6e

Malheureusement pour Romain Grosjean, l’histoire s’est répétée pour lui en Australie.

Après une belle séance de qualifications, où il s’est placé sixième, le Français a dû abandonner en raison d’un problème avec la roue avant gauche, causé par… un AUTRE changement de pneus raté! Comme l’an dernier.

Quel dommage pour Grosjean, qui disputait une bonne course avant l’abandon.

DNF- Daniel Ricciardo (Renault): 4

Grille de départ: 12e

On a l’impression que Daniel Ricciardo est frappé par une malchance, lorsque vient le Grand Prix d’Australie. Cette année, même avec une nouvelle écurie, les choses n’ont pas changé.

Éliminé en Q2 (douzième sur la grille), le héros de la foule a vu sa course être ruinée après les cinquante premiers mètres. En tentant de dépasser Sergio Perez, l’Australien mit sa Renault sur l’herbe et perd son aileron avant. Il doit faire un tour sans la pièce aérodynamique et en mettre une nouvelle.

Ne pouvant pas remonter le peloton, son écurie décida de lancer la serviette, en le faisant renter aux puits. Quel début difficile pour Ricciardo en jaune et noir.

DNF- Carlos Sainz (McLaren): pas de note

Grille de départ: 18e

Comme Ricciardo, le premier Grand Prix de Carlos Sainz avec sa nouvelle écurie, McLaren, ne s’est pas bien finie.

Ralenti par la Williams de Robert Kubica en qualifications, l’Espagnol n’a roulé que neuf tours avec son nouveau bolide. En effet, son moteur Renault l’a laissé tomber et il a dû s’arrêter à l’entrée de la ligne des puits.

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *