AVANT-GOÛT FRANCE 2019: tout ce que vous devez savoir

Deux semaines après un passage torride au Canada (dans tous les sens du terme), la Formule 1 revient en Europe. Pour le Grand Prix de France, Ferrari veut continuer le duel offert à Mercedes, à Montréal.

Lors du dernier épisode…

Le bulletin de notes du Grand Prix du Canada 2019

Abdou Sall et Bryan Ouimet reviennent sur cette course folle au Circuit Gilles-Villeneuve

Quand on écrivait « torride (dans tous les sens du terme) » en introduction, on n’exagérait pas. Il faisait chaud sur le Circuit Gilles-Villeneuve (28 degrés Celsius), mais l’atmosphère était bouillant pour un certain pilote.

En qualifications, Sebastian Vettel a obtenu la pôle position à Montréal, battant Lewis Hamilton par deux dixièmes de secondes. Le lendemain, malgré une découverte d’un problème hydraulique sur sa monoplace, Hamilton a pris le départ du deuxième rang. Gardant les mêmes positions autant après le départ et la valse d’arrêts aux puits, les deux rivaux ne se sont pas lâchés d’une semelle.

Hamilton mit de la pression sur Vettel, jusqu’à ce que ce dernier fasse ceci…

Quelques tours plus tard, les commissaires de la FIA ont donné une pénalité de cinq secondes à l’Allemand pour avoir « rejoint la piste de manière dangereuse ». Vettel franchit la ligne d’arrivée en premier, mais c’est Lewis Hamilton qui remporta l’épreuve montréalaise. Frustré de cette décision controversée, Vettel décida de boycotter la cérémonie du podium, avant de se rétracter.

Encore aujourd’hui, cela reste un sujet de discussion, surtout avec Ferrari qui a demandé à revoir la sanction auprès de la FIA.

Outre cela, il y a eu Lance Stroll qui a réalisé sa meilleure course de la saison (et fort probablement en carrière). Le Montréalais, parti 17ème, a terminé neuvième, grâce à une stratégie à un magnifique relais en pneus durs. Il s’agit des premiers points de Racing Point à la maison.

Évolution moteur chez Honda

Au Canada, c’était Mercedes qui profitait d’une évolution du moteur. Deux semaines plus tard, c’est au tour de Honda de passer au niveau supérieur.

Au circuit Paul Ricard, Red Bull profitera de la troisième spécification du groupe propulseur japonais. La deuxième fut introduite à Bakou. Selon Honda, la modification faite à l’unité de puissance réside au niveau de la combustion interne et le turbochargeur.

On s’attend surtout à un gain de puissance, juste à temps pour le Grand Prix d’Autriche, course à domicile pour la marque de boissons énergisantes.

Chez le club-école, Toro Rosso, le moteur « Spec-3 » ne sera pas implanté dans les véhicules d’Alexander Albon et de Daniil Kvyat avant les prochaines courses. Pour Albon, il se pourrait que ça soit en Autriche. Cependant, Kvyat l’aura, mais peut recevoir une pénalité pour usage excessif de moteurs.

Ne vous attendez pas à ce que Honda ait les mêmes performances que Mercedes et Ferrari, mais le gain de puissance permettrait à Red Bull de jouer les trouble-fêtes en France.

Renault veut continuer à briller

Après leurs sixième et septième places à Montréal, Renault souhaite poursuivre sur leur bonne lancée. Lors des qualifications du samedi au Circuit Gilles-Villeneuve, Daniel Ricciardo a placé sa R.S.19 en quatrième position, en plus d’offrir un beau duel à Valtteri Bottas, le lendemain.

Non seulement Le Castellet est la piste nationale de la marque losangée, mais elle représente aussi le lieu de prédilection pour montrer les améliorations faites au châssis de la Renault 2019. Pour Nico Hulkenberg, le dur travail dans l’usine d’Enstone (Angleterre) et les résultats montrés au Canada ont amélioré le moral de l’écurie. Après un début de saison difficile (entre autres marqué par un double abandon simultané au Bahreïn), l’équipe française croît voir la lumière au bout du tunnel.

Le Grand Prix de France 2018

Le Bulletin de notes du Grand Prix de France 2018

Lewis Hamilton remporta le Grand Prix de France de manière assez convaincante. Le Britannique a maintenant gagné sur tous les circuits actuels du calendrier de Formule 1. Du coup, il reprit la tête du championnat des pilotes, perdue momentanément à Montréal.

Après avoir été parfait en course à Montréal, Sebastian Vettel connut un dimanche difficile. Il causa une collision avec la Mercedes de Valtteri Bottas, avant d’entrer en contact avec la Haas de Romain Grosjean. Parlant de Français, les trois représentants de l’Hexagone ne l’ont pas eu facile. Grosjean s’accrocha au départ avec Esteban Ocon et ce dernier fut tapé par la Toro Rosso de Pierre Gasly en perte de contrôle. Résultat: deux des trois français n’ont pas complété le premier tour. De plus, Grosjean fut pénalisé en pleine course pour son action sur Ocon.

Max Verstappen obtint son meilleur résultat de l’année, en terminant deuxième. Kimi Raïkkönen compléta le podium. Sebastian Vettel, un des acteurs du carnage au départ, remonta le peloton pour finir cinquième. Quant au pauvre Bottas, il se classa septième.

Pneus

Pour l’épreuve de ce week-end, à Paul Ricard, Pirelli a opté pour des pneus moins durs qu’à Monaco et au Canada.

Le choix des C2, C3 et C4 de la marque italienne s’explique par le le fait que la piste a été resurfacée depuis l’édition de l’an dernier. Si l’asphalte lisse permettra une faible dégradation des gommes, mais la température ambiante dans le sud de la France s’annonce élevée. Or, celle du tarmac apporterait une plus haute dégradation.

Crédit: Pirelli

Le circuit

Nommé en l’honneur du magnat du pastis, Paul-Ricard s’est complètement modernisé, au fil des années. On peut apercevoir de très grandes zones de dégagement autour de la piste. Elles sont appelées « Zone bleue », puisqu’elles sont faites pour réduire la vitesse des voitures sans utiliser du gravier. La Zone est composée d’asphalte et de tungstène. Il y a aussi la « Zone rouge », autre section de zones de dégagement mais avec plus d’abrasif. Oui, la longue ligne droite du Mistral sera utilisée, mais une chicane a été ajoutée pour ralentir les bolides.

Il existe plus de 160 configurations possibles sur le circuit, allant de 0.826 km aux 5.861 km de Paul-Ricard! À travers le Mistral, il y a une chicane appelée « Montréal », car elle est similaire à celle où se trouve l’infâme Mur des champions, mais inversée. La version courte, utilisée pour les Grands Prix après le décès de De Angelis, est encore présente et disponible.

Il faudra surveiller les F1 rouler à fond à la Courbe de Signes, le virage 10. Il se prend à environ 290 km/h, avant de plonger à la Double droite du Beausset (virage 11).

Bien qu’aucun Grand Prix n’eut lieu au Castellet depuis 1990, les F1 ont quand même foulé l’asphalte pour des essais de pneus, au cours des deux dernières années. Mercedes, Ferrari, Red Bull et McLaren avaient été les cobayes de Pirelli.

À surveiller

  • Si Lewis Hamilton ou Valtteri Bottas obtienait la pôle position en France, Mercedes égalerait la marque de 107 pôles, établie par Lotus.
  • Une victoire de Mercedes, ce dimanche, serait la dixième consécutive de l’écurie allemande. La séquence a débuté au Grand Prix du Brésil, la saison passée.
    • La dernière fois que les Flèches d’argent ont gagné dix fois de suite, c’était entre Japon 2015 et Russie 2016, ainsi qu’entre Monaco et Singapour 2016.
    • Le record appartient actuellement à McLaren, qui a réalisé onze victoires consécutives entre les Grands Prix du Brésil et de Belgique 1988.
  • SI Lance Stroll était éliminé en Q1, il deviendrait le premier pilote à ne pas passer en Q2 douze fois de suite (depuis l’introduction du système de qualifications actuel).
  • Ce dimanche, Kimi Raikkonen prendra part à un départ d’un Grand Prix pour la 300ème fois de sa carrière.

Statistiques

Victoires

  • Pilote: Michael Schumacher (8)
  • Écurie: Ferrari (17)

Poles positions

  • Pilote: Juan Manuel Fangio (5)
  • Écurie: Ferrari (17)

podiums

  • Pilotes: Michael Schumacher & Alain Prost (11)
  • Écurie: Ferrari (49)

meilleurs tours

  • Pilotes: Michael Schumacher & David Coulthard (5)
  • Écurie: Ferrari (14)

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *