Avant-course Japon 2019: tout ce que vous devez savoir

Cette fin de semaine, la Formule 1 atterrit à Suzuka, dans le cadre du Grand Prix du Japon. L’écurie Mercedes peut être sacrée championne des constructeurs, mais elle devra, comme les autres équipes, faire face au typhon Hagibis.

Lors du dernier épisode…

Le bulletin de notes du Grand Prix de Russie & le podcast revenant sur cette course.

Après la Belgique, l’Italie et Singapour, Charles Leclerc a obtenu une autre pôle position. Au départ, le Monégasque a vu son coéquipier, Sebastian Vettel, dépasser Lewis Hamilton et s’emparer de la tête, via une consigne d’équipe.

Ferrari demanda à Vettel de redonner les commandes de la course à Leclerc, mais refusa totalement. Lors de la séquence d’arrêts aux puits, l’Allemand revint derrière son jeune collègue. À son grand malheur, son MGU-K flancha et fut contraint à l’abandon. Or, la Voiture de sécurité virtuelle fut déployée. Mercedes, avec des pneus médiums. profita pour passer aux tendres. Cela signifia que Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, respectivement, revinrent devant Leclerc.

Le résultat fut le même jusqu’à la fin de la course, remportée par Hamilton.

Les qualifications reportées à dimanche

Lors de la journée du vendredi, la Fédération internationale de l’automobile (FIA) a décidé d’annuler la journée du samedi et de reporter les activités au lendemain.

Le super typhon Hagibis se dirige vers le Japon, directement du sud-ouest, et pourrait arriver à destination ce samedi.

L’Agence météorologique du Japon a émis une alerte de forte pluie, ainsi que de rafales de vent pouvant atteindre des pointes à plus de 210 km/h. Elle a même demandé à la population de faire attention, en attendant l’arrivée du typhon.

D’ailleurs, deux courses de soutien ont été annulées, même s’il s’agissait d’épreuves hors-championnat. La dernière fois que les qualifications ont été reportées, ce fut lors du Grand Prix des États-Unis 2015, avec la présence de l’ouragan Patricia.

Le circuit de Suzuka est très familier avec les typhons, car deux séances qualificatives furent repoussées au lendemain (2004 et 2010). Cependant, l’épreuve japonaise de 2014, avec Phafone, eut quand même lieu. Malheureusement, cela a coûté la vie à Jules Bianchi.

Aussi, la FIA a annoncé que si jamais les qualifications devaient être reportées dimanche, la grille de départ serait formée selon les résultats de la deuxième séance d’essais libres, tenues vendredi.

Le Grand Prix du Japon n’est le seul événement sportif touché par Hagibis. La Coupe du monde de rugby, en cours depuis la mi-septembre, a vu deux matchs être annulés, dont un duel tant attendu entre la France et l’Angleterre, dans le groupe C.

Mercedes sacrée au Japon?

L’écurie Mercedes pourrait sécuriser un sixième championnat des constructeurs consécutif, en fin de semaine. Pour ce faire, la troupe de Toto Wolff devra inscrire au moins 14 points de plus que Ferrari, leurs poursuivants les plus (!) proches.

Si cet exploit devait être réussi, Mercedes deviendrait la première équipe à remporter six championnats des constructeurs de suite depuis Ferrari (de 1999 à 2005).

Les débuts de Yamamoto en F1

Le pilote japonais Naoki Yamamoto a fait ses débuts en Formule 1, lors de la première séance d’essais libres, à Suzuka.

Yamamoto, 31 ans, a remplacé Pierre Gasly. ce vendredi, au volant de la Toro Rosso. Il est devenu le premier nippon à prendre part à une séance officielle en F1, depuis Kamui Kobayashi en 2014.

Il est le champion en titre de la Super Formula et de la Super GT, avec Jenson Button comme coéquipier. Ses titres lui ont permis d’obtenir les 40 points  de Superlicence nécessaires pour participer à une course de championnat du monde de F1. Yamamoto est même un maître de Suzuka, ayant gagné cinq courses sur ce tracé en 8, en Super Formula.

Naoki Yamamoto a terminé 17e, en inscrivant un chrono de 1:32.018.

Le Grand Prix du JApon 2018

Lewis Hamilton enregistra sa dixième victoire de la saison, à Suzuka, se rapprochant du cinquième titre qu’il scellera au Mexique. Le Britannique gagna au pays du soleil levant, alors que Sebastian Vettel vit ses chances d’être quintuple champion du monde diminuer tel un soleil qui se couche. L’Allemand, déjà pénalisé par une erreur stratégique en qualifications de Ferrari, s’était accroché avec la Red Bull de Max Verstappen. Il finit sixième.

Les pneus

Pour cette fin de semaine écourtée, Pirelli a offert aux écuries sa gamme de pneus la plus dure (C1, C2 & C3). Parmi les équipes de pointe, seule Mercedes a opté pour un train de pneus tendres en moins.

Crédit: Pirelli

lE CIRCUIT

Le circuit de Suzuka est un des préférés des pilotes, pour ses virages à haute vitesse tonitruantes, mais aussi parce que c’est le seul en forme de 8 de tout le calendrier. Le premier secteur de la piste est surtout composée d’une série de « S », qui ne donne aucun droit à l’erreur, car c’est le gravier qui les attend.

Il existe beaucoup de zones de dépassement. La première est, évidemment, le premier virage, qui se prend en lâchant l’accélérateur. Le deuxième est l’Épingle (11), le virage le plus lent du circuit. Il est possible de dépasser au Spoon (13), mais seuls les plus téméraires en sont capables. Le dernier en liste est la chicane Casio (aucun placement de produit, c’est le nom officiel du virage), qui ralentit les bolides après qu’ils aient pris le fameux 130R à vive allure. Ce 130R peut être un endroit pour dépasser (parlez-en à Fernando Alonso), mais encore là, les plus téméraires vont s’essayer.

À surveiller

  • Valtteri Bottas, en terminant dans le top 10 dimanche, se retrouverait dans les points pour la centième fois de sa carrière.
    • Il deviendrait le quatorzième pilote de l’histoire à atteindre ce plateau.
  • Les trois derniers Grands Prix du Japon ont été remportés de la pôle position.
  • Des quatre recrues en 2019, seul Lando Norris a roulé à Suzuka. L’Anglais de 19 ans a pris part aux essais libres du vendredi, en remplaçant Stoffel Vandoorne de McLaren. Norris avait complété 30 tours.
  • S’il parvenait à terminer dans le top 3, Alexander Albon deviendrait le premier pilote depuis Kamui Kobayashi (2012) à inscrire son premier podium en F1 au Japon.
    • Alessandro Nannini est le seul pilote à avoir enregistré sa première victoire en F1 au Japon. En 1989, l’Italien de Benetton avait profité du célèbre accrochage entre Alain Prost et Ayrton Senna pour terminer sur le podium, avant d’être crédité de la victoire, suite à la disqualification de Senna.

Statistiques

Les statistiques suivantes proviennent du site STATSF1.com.

VICTOIRES

  • Pilote: Michael Schumacher (6)
  • Écurie: McLaren (9)

PÔLES POSITIONS

  • Pilote: Michael Schumacher (8)
  • Écurie: Ferrari (9)

MEILLEURS TOURS

  • Pilote: Michael Schumacher (4)
  • Écuries: McLaren et Williams (8)

PODIUMS

  • Pilote: Michael Schumacher (9)
  • Écurie: McLaren (25)

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *