AVANT-COURSE GRANDE-BRETAGNE 2020 (PARTIE 1): tout ce que vous devez savoir

La Formule 1 se transporte à Silverstone pour deux courses sur ce fameux circuit, pour les deux prochaines semaines. Malheureusement, cela sera sans Sergio Perez, testé positif à la COVID-19. Voici tout ce que vous devez savoir du Grand Prix de Grande-Bretagne 2020.


PODCAST: retour sur l’annulation du Grand Prix du Canada 2020


Perez testé positif à la COVID-19…

Jeudi, la Formule 1 a annoncé que Sergio Perez a été testé positif au coronavirus. Cela signifie qu’il manquera le Grand Prix de Grande-Bretagne, cette fin de semaine. Le Mexicain n’était pas présent à Silverstone, car son premier test de dépistage s’est avéré non concluant. Or, il faut un résultat négatif pour avoir accès au circuit.

Perez a donc été retesté, quelques heures plus tard, et c’est après qu’on a appris qu’il était positif. Ce faisant, Checo devra s’isoler pour au moins sept jours. Cependant, le gouvernement britannique a annoncé, la journée même, que la période d’isolement est passée à dix jours. De plus, il devra suivre les protocoles requis par la santé publique locale, ainsi que celles de la Fédération internationale de l’Automobile.

S’il est évident qu’il manquera le GP de Grande-Bretagne, il n’est pas encore sûr que Perez sera en piste pour celui du 70e Anniversaire de la F1, toujours à Silverstone.

Dans une vidéo publiée sur les médias sociaux, vendredi, peu avant le début des activités du rendez-vous britannique, le pilote de 30 ans a expliqué que, après le Grand Prix de Hongrie, il s’était rendu au Mexique pour visiter sa mère, qui quittait l’hôpital après un accident. Ensuite, Perez, sa femme et ses enfants, sont partis en vacances en Italie. Sans oublier que Checo avait visité quelques amis au Mexique, entre temps.

Il clame « ne pas savoir d’où il aurait contracté ce virus » et ne présente aucun symptôme, jusqu’à présent, en plus d’avoir respecté les mesures sanitaires prises en place. À la fin de l’isolement obligatoire, Perez devra subir un test et obtenir des résultats négatifs, pour reprendre son travail. Quelques membres de Racing Point, en contact avec le Mexicain, se sont aussi isolés, par mesure préventive.

Vendredi, la FIA a annoncé que Sergio Perez est le seul cas positif, parmi 3909 tests effectués parmi tout le personnel de la F1.

Le Bulletin F1 offre un prompt rétablissement à Perez.

… et Nico Hulkenberg le remplacera!

Crédit photo: Xavi Bonilla / DPPI

Perez étant forfait pour la première ronde britannique, Racing Point a dû trouver son remplaçant. Il s’agit de Nico Hülkenberg!

Sans volant en F1 depuis le Grand Prix d’Abu Dhabi 2019, alors qu’il roulait pour Renault, Hülkenberg a été rapidement considéré comme substitut numéro 1 pour l’écurie basée de l’autre côté de Silverstone. À la base, Racing Point avait confirmé qu’elle irait piger chez Mercedes pour emprunter un de leurs pilotes de réserve, soit Esteban Gutierrez ou Stoffel Vandoorne. Vandoorne, qui a disputé deux saisons en F1 avec McLaren (2017 et 2018), n’était pas disponible, car il est à Berlin pour les ePrix de Berlin (six courses en une semaine).

Il restait Gutierrez, mais le Mexicain n’a pas roulé en F1 depuis le Grand Prix d’Abu Dhabi 2016, avec Haas. En plus, il n’a pratiquement pas mis les pieds dans cette nouvelle génération de bolides, plus rapides que ceux pré-2017. Au final, Hülkenberg était le choix restant. Il avait roulé pour le clan en 2012 et entre 2014 et 2016, à l’époque de Force India.

Le Hülk confirmé tardivement

La confirmation d’Hülkenberg a été tardive, car il devait attendre les résultats de son test de dépistage de la COVID-19. L’Allemand était arrivé en Allemagne, où il travaille pour la chaîne RTL, en tant qu’analyste. Il s’est donc dirigé vers Birmingham et, ensuite, s’est rendu à l’usine de Racing Point, en soirée, pour le moulage de son siège. Le lendemain matin, il se retrouvait dans le simulateur pour s’acclimater aux réglages de la RP20.

15 minutes avant le début de la première séance d’essais libres, le Hülk et Racing Point ont reçu la confirmation de son test négatif, signifiant qu’il est apte à conduire autour de Silverstone. Les deux clans ont signé un contrat temporaire, ont dû valider la Super Licence du pilote de 33 ans auprès de la FIA et a pris une combinaison qui appartient à Lance Stroll, pour participer au GP de Grande-Bretagne.

Après 24 heures de folie, Nico Hülkenberg a montré qu’il n’avait rien perdu, en inscrivant les neuvième et septième rangs, lors des essais du vendredi.

Essais du vendredi: ce qu’il faut retenir

À l’approche des qualifications (ou de la course), voici des points qu’on a retenus, au cours des essais libres du vendredi:

  • La Racing Point RP20 est définitivement rapide sur un tour lancé et on pense qu’il y aura une bataille entre l’équipe rose et Red Bull, pour la deuxième ligne.
  • Bien que Racing Point ait choisi un programme différent pour accommoder Nico Hülkenberg, leur monoplace est quand même rapide dans des virages lents. Cependant, leur rythme de course laisse encore à désirer. Selon les données recueillies par F1.com, RP est à 1.2 secondes du temps de Mercedes, dans ce domaine.
  • Dans le clan Red Bull, malgré le violent accident d’Alex Albon en après-midi, l’équipe austro-anglaise pourrait bien rivaliser avec Mercedes. Toujours en se basant sur les calculs de F1.com, un dixième séparerait RBR de Mercedes, en termes de rythme de course.
  • Est-ce que McLaren pourrait causer une surprise? L’écurie de Woking a testé de nouvelles pièces aérodynamiques et on pense qu’elle pourrait titiller Racing Point, en fin de semaine.
  • Ferrari a passé une majeure partie de son vendredi à réparer la voiture de Sebastian Vettel, ennuyée par un problème mécanique. Ceci étant dit, ne vous attendez pas à une joie chez le clan italien. Ayant joué avec les réglages aérodynamiques, la SF1000 semble relativement bonne sur un tour lancé, mais horrible (selon leurs standards) en rythme de course.
  • S’il a fait chaud à Silverstone, vendredi (35 degrés Celsius), on s’attend à des températures bien plus fraîches samedi et dimanche.

Le circuit

Depuis 1948, le circuit de Silverstone a énormément changé, surtout au fil des trente dernières années. Avec l’exclusivité du Grand Prix de Grande-Bretagne, la piste est passé de très rapide à lente, en 1991. Cependant, les travaux majeurs en 2011 ont redonné à Silverstone une certaine lettre de noblesse qu’elle avait.

Les pilotes peuvent entamer certains virages à vive allure (Abbey, Copse et l’enchaînement Maggots-Becketts-Chapel), sans lâcher l’accélérateur.

Silverstone est un endroit idéal pour effecteur de beaux dépassements. Village (virage 3), Brooklands  & Luffield (virage 7) et Vale (entre les virages 15 et 16) sont les spots où c’est possible.

Avec les voitures plus larges que nous connaissons maintenant, attendez-vous à voir les F1 agir en fusées dans les virages.

À surveiller

Et de 175 pour Danny Ric!

Silverstone: la maison de la Formule 1

En plein dans le mille?

Mercedes, puissance 8

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *