AVANT-COURSE EIFEL 2020: tout ce que vous devez savoir

La Formule 1 revient sur le majestueux circuit de Nurburgring, après sept ans d’absence. Cependant, ce n’est pas pour accueillir le Grand Prix d’Allemagne, ni pour une course aux températures douces. Voici tout ce que vous devez savoir sur l’unique Grand Prix de l’Eifel 2020.


PODCAST: RETOUR SUR LE DÉPART DE HONDA À LA FIN DE 2021


Pourquoi le Grand Prix de l’Eifel?

Cette fin de la semaine, la F1 disputera une course sur le Nurburgring pour la première fois depuis 2013. Durant cette année, l’épreuve fut le Grand Prix d’Allemagne. Ce ne sera, malheureusement, pas le cas en 2020. Pourquoi donc?

Le nom « Grand Prix d’Allemagne » appartient aux organisateurs du rendez-vous éponyme. Depuis 2007, le Nurburgring et Hockenheim se partageaient la tenue de la course (le premier lors des années impaires; l’autre, aux années paires à l’exception de 2019). Malheureusement, après l’édition 2013, le Nurburgring ne put payer les droits d’organisation de Grands Prix de F1 et, du coup, le classique allemand fut disputé une année sur deux. Normalement, l’édition 2019 ne devait pas avoir lieu, mais Mercedes a commandité la course (et regrette encore, aujourd’hui).

Or, avec l’annulation de plusieurs Grands Prix (dont celui du Canada, qui aurait dû avoir lieu cette fin de semaine) en raison de la pandémie de la COVID-19, la Formula One Management (FOM) a fait appel à quelques circuits de Grade 1 de la FIA pour remplacer les épreuves annulées, À l’origine, le circuit d’Hockenheim s’était proposé, mais laissa la place au Nurburgring. Ce dernier fut placé dans la deuxième fin de semaine du mois d’octobre, afin de préserver un déplacement facile dans l’Europe.

OK, mais pourquoi l’Eifel???

L’Eifel est une région localisée dans le sud de Cologne et située pas très loin de la Belgique et à 80 kilomètres du Luxembourg. Cette région se caractérise par ses nombreuses collines, dont la plupart étaient des volcans (éteints il y a des milliers d’années, heureusement).

Or, comme le sobriquet du Grand Prix d’Allemagne est indisponible, les organisateurs locaux ont décidé de nommer cette course  « Grand Prix de l’Eifel », afin de promouvoir cette belle région allemande.

Plusieurs Grands Prix sur le même terrain

Le Nurburgring a été l’hôte de plusieurs Grands Prix sur leur tracé. Lors du retour de la F1 sur le Ring, en 1984, le tracé allemand accueillait le Grand Prix d’Europe, étant donné que Hockenheim avait reçu la Formule 1, dans le cadre du Grand Prix d’Allemagne. L’année suivante, le Nurburgring reprit le titre de Grand Prix d’Allemagne.

Dix ans plus tard, en 1995, la F1 revint dans l’Eifel, pour le Grand Prix européen, entre autres avec une des nombreuses performances remarquables de Michael Schumacher. Idem en 1996, alors que Jacques Villeneuve remporta sa toute première victoire en carrière.

Avec le déménagement du GP d’Europe à Jerez, en Espagne, en 1997, le Nurburgring garda sa course de Formule 1, mais sous un prête-nom: le Grand Prix de Luxembourg. Comme le tracé se situait à environ 80 kilomètres de la frontière entre l’Allemagne et le Luxembourg, c’était une bonne raison pour avoir deux épreuves en sol allemand, au cours de la même saison.

Quand Bernie Ecclestone décida d’octroyer une course à Valence, en Espagne, il décida de soutirer au Nurburgring le titre de Grand Prix d’Europe, en 2008. Le circuit allemand devait donc partager la tenue du Grand Prix d’Allemagne avec Hockenheim.

Malheureusement, ce circuit légendaire connut des problèmes financiers, faisant en sorte qu’il ne pouvait accueillir la F1 dans les montagnes. Cependant, avec le chamboulement causé par la crise de la COVID-19, le Ring a pris la relève d’Hockenheim pour dépanner la série, afin de compléter le calendrier 2020.

L’histoire du Nurburgring

Construit au beau milieu des montagnes de la région d’Eifel, vers la fin des années 1920, le Nurburgring se résume principalement en un seul mot: Nordschleife. Le tracé, long de 22,8 km a accueilli  les Grands Prix d’Allemagne, entre 1951 et 1976.

Avec ses virages extrêmement tortueux, la portion nord du Nurburgring (c’est la traduction française de Nordschleife) représentait un énorme défi pour les pilotes, surtout que la piste est située en pleine forêt. Sir Jackie Stewart l’a surnommée « The Green Hell (L’enfer vert) ».

Le moment ayant marqué l’histoire de ce circuit fut en 1976, lorsque Niki Lauda eut son terrible accident, où il fut brûlé vif et sauvé par quelques pilotes. Depuis, la Formule 1 n’a plus jamais mis les pieds dans la Nordschleife.

Cependant, la F1 revint au Nurburgring en 1984, mais sur un nouveau tracé moderne, long de 5,148 km. En 2002, Hermann Tilke, l’architecte de bien des pistes au calendrier actuel, a refaçonné le Strecke, la version moderne du circuit du Ring, a vu le Grand Cirque s’installer dans la région de l’Eifel à 18 reprises, sous plusieurs noms de Grands Prix.

Des températures froides dans l’Eifel

« Mein Gott! » -Mick Schumacher… probablement

Avec la tenue du Grand Prix de l’Eifel en plein mois d’octobre, on s’attend à une météo moins clémente qu’à l’habitude. En effet, au cours de la fin de semaine, les températures devraient atteindre environ 2 à 10 degrés Celsius, avec probablement de la pluie. Ça ne battra pas le record de la course la plus froide de l’histoire (GP du Canada à Montréal, 8 octobre 1978 à 5 degrés).

Lors de la journée du jeudi, on a vu des photos des pilotes et membres du personnel vêtus de tuques et de manteaux d’hiver, en train de (re)visiter la piste allemande. Celle de vendredi sera intéressante, avec les essais libres. Collecter les données dans des conditions météorologiques inhabituelles à une fin de semaine de course sera primordial.

Côté pneus, le défi sera de taille. Il faudra trouver un moyen de les faire chauffer à la bonne température. Pirelli, fournisseur pneumatique officiel du sport, a décidé d’amener les gommes C2 (dur), C3 (médium) et C4 (tendre). La gomme dure sera la plus difficile à utiliser, car elle prend plus de temps avant d’atteindre des degrés optimales pour une meilleure performance (en temps normal). Les pilotes éliminés en Q1 et en Q2 auront toute la misère à obtenir un bon départ, surtout s’ils choisissent un train neuf. Ce sera pire, en cas de relance de course après un drapeau rouge.

Une dizaine de jours avant la tenue du Grand Prix de l’Eifel, il y eut les traditionnelles 24 Heures du Nurburgring (empruntant le tracé de la F1 et celui de la Nordschleife) qui furent stoppées momentanément, en raison de la pluie hyper torrentielle s’étant abattu sur l’Enfer vert. Espérons que ce ne soit pas le cas, ce dimanche.

Après tout, la Formule 1 a vécu la même situation en 2007

Le circuit

Voici Romain Grosjean qui nous amène faire un tour du Nurburgring (clip datant de 2013). Grosjean avait terminé troisième, lors du Grand Prix d’Allemagne 2013, à bord d’une Lotus.

À surveiller

*INSÉRER LES PAROLES DE LA CHANSON DE BLEU JEANS BLEU*

Netflix n’est pas en Eifel, Lewis!

Bwoah, un record.

Quand tu dois créer un nouveau compte pour profiter de l’essai gratuit d’un service…

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *