AVANT-COURSE BELGIQUE 2020: Pour Anthoine

La Formule 1 entame un troisième programme triple, cette saison, avec le Grand Prix de Belgique. Les pilotes rouleront en l’honneur d’Anthoine Hubert, décédé tragiquement lors de la course de Formule 2, à Spa, l’an dernier. Il s’agira d’une épreuve riche en émotions.

Éditorial

La mort d’Anthoine Hubert, le 31 août 2019, a bouleversé le retour des vacances de la Formule 1. Cet accident fatal, survenu au deuxième tour de l’épreuve Feature, a été un dur rappel de la présence éternelle du danger en course automobile. De nos jours, les voitures sont plus sécuritaires et c’est tant mieux, ainsi. Cependant, il ne faut pas minimiser ledit danger.

Dans un texte que j’avais publié l’an dernier, j’exprimais ma tristesse, quant à ce drame, mais aussi un retour à la réalité. Aujourd’hui, nous vivons dans une ère où des pilotes s’en sortent indemnes d’accidents spectaculaires (comme celui de Fernando Alonso, en Australie 2016). À chaque Grand Prix que je regarde, il y a toujours une partie de moi qui prie en permanence de ne voir aucun accident sérieux.

La dernière chose à voir est un pilote inanimé et de craindre le pire. On veut élever le pilote au rang de « gladiateurs » et je ne suis pas d’accord. Oui, nous regardons des athlètes (parce qu’ils en sont), mais ils ne sont pas payés pour s’entretuer, ce que lesdits gladiateurs faisaient durant l’empire romain.

Douze mois après la perte d’un pilote talentueux, on doit néanmoins être reconnaissant envers la FIA de toujours trouver le moyen d’améliorer la sécurité des pilotes, des commissaires de piste et des fans. La dernière course que l’on veut, c’est de voir la mort en direct…

Hommages à Hubert

À l’approche du Grand Prix de Belgique, de nombreux hommages seront rendus au pilote français.

Jeudi, la Formule 2, où évoluait Anthoine Hubert, a confirmé que le numéro 19 sera officiellement retiré. Il s’agit du deuxième numéro à être retiré par un championnat sanctionné par la FIA. Suite au décès de Jules Bianchi, en juillet 2015, la Fédération a décidé de retirer le 17, porté par le pilote de Marussia.

Il y a quelques jours, l’ASK Angerville, un circuit de karting où Hubert a fait ses débuts en kart, a renommé son tracé « AS Karting Automobile Circuit International Anthoine Hubert ».

Lors de la traditionnelle marche de reconnaissance à Spa, des membres du personnel et quelques pilotes ont déposés des gerbes de fleurs au pied du mur du Raidillon. De plus, Juan Manuel Correa, impliqué dans cet accident fatal, était présent à Spa pour rendre hommage à son ancien adversaire.

Avant la course Feature de F2, ce samedi, ainsi que celle de Formule 1 dimanche, une minute de silence sera observée en son honneur.

Sur les médias sociaux, les comptes de la Formule 2 ont arboré un logo spécial comme photo de profil, le temps de cette fin de semaine.

Les fans seront invités à utiliser le mot-clic #AH19 pour partager leur souvenir d’Hubert. En plus, tout au long de ce weekend, Jack Aitken, qui a côtoyé Anthoine comme pilote de développement chez Renault, racontera de belles anecdotes sur son amitié avec le Français, sur Twitter.

Pour terminer, Pierre Gasly portera un casque muni de photos de lui et d’Anthoine, avec de la couleur rose. Gasly a été son très bon ami et le rose est pour représenter la monoplace dans laquelle Hubert disputait son année recrue en F2, avec BWT-Arden.

Modifications apportées aux barrières

Suite à cet accident tragique, le 31 août 2019, la FIA a modifié les barrières au niveau du Raidillon. Plusieurs pneus ont été ajoutés, afin d’éviter le phénomène de rebondissement des voitures, comme ce fut le cas l’an passé.

Il s’agit d’une des solutions apportées, après une enquête de plusieurs mois menée par la FIA et le Royal Automobile belge, l’autorité sportive nationale de la Belgique (ASN). Les conclusions de l’enquête mentionnent que les barrières déjà présentes n’ont pu absorber toute l’énergie de la monoplace accidentée d’Hubert. Or, le rebond sur la piste de la Arden a entraîné la collision fatale entre celle-ci et le bolide de Juan Manuel Correa.

 

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *