Avant-course Azerbaïdjan 2019: tout ce que vous devez savoir

Cette fin de semaine, le Grand cirque de la Formule 1 s’arrête à Bakou, pour le Grand Prix d’Azerbaïdjan. Cette quatrième manche de la saison 2019 offrit de beaux moments anthologiques, au cours des deux dernières années. Voici tout ce que vous devez savoir, en marge de l’épreuve électrisante.

Lors du dernier épisode…

Le bulletin de notes du Grand Prix de Chine

Alors que la Formule 1 célébrait sa millième course de son histoire, Lewis Hamilton s’empara de sa 75ème victoire en carrière, devant Valtteri Bottas (Mercedes) et Sebastian Vettel (Ferrari). Parti deuxième, Hamilton vola le premier rang à son coéquipier Bottas, dès le départ. Par la suite, le Britannique devint impossible à rattraper.

Deux semaines après avoir perdu une magnifique victoire au Bahreïn, Charles Leclerc reçut encore des consignes d’équipe de la part de Ferrari. Alors qu’il se retrouva devant Sebastian Vettel au premier tour, le jeune Monégasque fut ordonné de laisser passer son équipier, qui se jugeait plus rapide que lui. Le résultat n’eut pas une grande réussite: il termina cinquième, derrière Max Verstappen.

Vous pouvez écouter notre point de vue sur les consignes d’équipe dans notre podcast

Entre temps, le Grand Prix chinois n’étant pas très intéressant, on a pu apprécier la conduite d’un pilote, en particulier. En effet, le Thaïlandais Alexander Albon marqua un point exceptionnel. Parti de la ligne des puits, après un accident lors des essais libres du samedi, la recrue a remonté le peloton, en gardant un bon rythme de course et en adoptant une stratégie efficace. En plus, il a résisté aux attaques de la Haas de Romain Grosjean pour garder sa dixième place. Ce n’est pas pour rien qu’il a été voté « Pilote du jour » par les fans.

Des recrues habituées à Bakou

Antonio Giovinazzi, 2016 (Photo: Sam Bloxham/GP2 Series Media Service)

Cette année, le plateau de la Formule 1 compte quatre recrues (si on inclut Antonio Giovinazzi, ayant deux Grands Prix complétés avant 2019). Cependant, elles ont toutes couru sur le circuit urbain de Bakou.

Tout d’abord, Giovinazzi a participé à la première édition de la GP2 (maintenant Formule 2) tenue dans la capitale de l’Azerbaïdjan, en 2016. L’Italien avait remporté la course principale, la feature, alors qu’il partait en pôle position.

Antonio Giovinazzi, vainqueur de la course de GP2 (Formule 2) em 2016, à Bakou. (Photo: Sam Bloxham/GP2 Series Media Service)

Ensuite, Alex Albon remporta la feature de l’an dernier, lui aussi en démarrant de la pôle. De son côté, George Russell effectua une superbe remontée dans l’épreuve sprint, le lendemain. S’élançant de la douzième position, l’éventuel champion de la série gagna la course. Il s’agissait aussi de son premier podium en F2. Grâce à cette victoire, Russell se retrouva à 28 points du meneur du championnat, Lando Norris. Ce dernier finit sixième et quatrième respectivement, lors de ces deux courses de 2018.

Avec l’expérience acquise sur ce circuit de 6 kilomètres, ces quatre pilotes pourront-ils tirer leur épingle du jeu à Bakou?

La course feature de Formule 2 sera diffusée en direct à 3:55 (heure du Québec) sur TSN 5; la sprint, à 5:05, toujours sur TSN 5.

Météo

Pour une deuxième année consécutive, la météo à Bakou, durant le Grand Prix d’Azerbaïdjan, sera nuageuse et fraîche. Selon formula1.com, la température prévue serait de 17 degrés Celsius pour les trois jours. Cependant, aucune pluie n’est prévue à l’agenda.

Le Grand Prix de la saison dernière

Le bulletin de notes du Crashfest Grand Prix d’Azerbaidjan 2018

Ajouter du texte ou ne pas ajouter du texte? Là est la question.

Bof… Ajoutons-en.

Après le succès retentissant de 2017, le Crashfest de Bakou nous a encore offert un excellent spectacle! Ce fut définitivement la plus belle course de la saison.. avant Monza et Austin.

On a eu droit à un troisième vainqueur en trois visites dans la Terre de Feu, grâce à Lewis Hamilton. Le champion en titre a profité d’une crevaison d’un pneu de Valtteri Bottas, à trois tours de la fin, et d’une attaque trop ambitieuse de Sebastian Vettel pour mettre la main sur les 25 points de la victoire. Kimi Raïkkönen, quant à lui, dut sourire après avoir terminé deuxième.

Valtteri Bottas devait remporter le Grand Prix d’Azerbaïdjan 2018, mais une crevaison le força à abandonner.

Cependant, le plus heureux sur le podium était Sergio Perez. Avec sa troisième place, gracieuseté d’un dépassement sur un Vettel vulnérable, le Mexicain devint le pilote avec le plus de podiums à Bakou avec deux. Aussi, la verte recrue Charles Leclerc enregistra ses premiers points en Formule 1, grâce à une belle sixième place.

Après avoir été le pain d’un sandwich automobile avec Nico Hulkenberg et Sergey Sirotkin, Fernando Alonso finit septième. Pourtant, l’Espagnol était revenu aux puits avec deux pneus crevés!

Il ne faut pas oublier la bataille fratricide entre Daniel Ricciardo et Max Verstappen, qui s’est terminée abruptement.

Well done Bakou.

Les pneus

Pour cette quatrième ronde du championnat 2019, Pirelli a gardé le même type de composé de gommes qu’en Chine (C2, C3 et C4). Par contre, Mercedes devrait utiliser un train de pneus médiums de moins qu’à Shanghai.

Crédit: Pirelli

Le circuit

Baku City Circuit (6.003 km/51 tours)
Premier Grand Prix à Bakou: 2016 (sous le sobriquet de « Grand Prix d’Europe »)

Conçu en 2016 par Hemann Tilke, le circuit urbain de Bakou est situé en plein centre-ville, en plus de passer dans la vieille ville. La ligne de départ/arrivée et les paddocks se trouvent devant la Maison du Gouvernement du Square Azadliq.

Du long de ses 6.003 kilomètres, la piste azérie est le deuxième tracé le plus long du calendrier. Seul Spa-Francorchamps est le plus long (7.004 km). Pourtant, le circuit contient la plus longue ligne droite du calendrier, avec 2.2 kilomètres roulés à presque 370 km/h, entre les virages 16 et le premier . En vérité, ce n’est pas une vraie ligne droite, car les virages 18 et 19 sont un semblant de chicane ultra-rapide.

Naturellement, une zone de DRS se situe à cet endroit, au moment de compléter un tour du circuit. L’autre se trouve entre les virages 2 et 3.

En plus d’avoir une section très rapide, le circuit urbain de Bakou comporte une portion de piste la plus étroite.

Les virages 8, 9 et 10 sont les coins les plus étroits de la piste, avec seulement 7,6 mètres d’espace! Pour reconnaître cette section, regardez le château se trouvant à côté. Effectivement, c’est l’entrée vers la Vieille ville de Bakou, qui fait partie du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Or, le fait de vouloir montrer ce joyau historique aux millions d’amateurs de course automobile explique l’étroitesse de ces virages.

Depuis 2016, on a vu autant des F1 que des F2 taper le mur de protection et même créer un bouchon de circulation.

Avec son mélange de lignes droites et de virages lents, le circuit de Bakou pourrait donner des maux de tête aux ingénieurs et aux mécaniciens. Cela devrait forcer les monoplaces à être configurées avec des réglages aérodynamiques basses ou bien à miser sur la vitesse et sacrifier la stabilité dans les virages. Ce sera un casse-tête pour tout le monde!

À surveiller

  • Cela devrait être une formalité, mais si Mercedes, Racing Point et/ou Williams finissaient dans le top 10, ce dimanche, ce serait la 200ème fois consécutive qu’une voiture au moteur Mercedes marquerait des points.
    • La séquence a débuté au Grand Prix de Chine 2008, où Lewis Hamilton (victoire) était le seul pilote à avoir inscrit des points pour le motoriste allemand, avec une McLaren.
  • Depuis 2016, on a eu droit à trois détenteurs de la pôle position différents à Bakou: Nico Rosberg (2016), Lewis Hamilton (2017) et Sebastian Vettel (2018). Aura-t-on droit à un quatrième différent?
  • En remportant la course d’Azerbaïdjan, Vettel gagnerait dans un 22ème Grand Prix différent.
    • L’Allemand de 31 ans égalerait la marque de Michael Schumacher et serait à une épreuve du record établi par Lewis Hamilton.
  • Le Russe Daniil Kvyat espère compléter un Grand Prix dans les rues de la capitale de la Terre de feu. En effet, en deux présences à Bakou (2016 et 2017), le pilote de Toro Rosso a abandonné dans les deux cas.
  • Sebastian Vettel avait terminé troisième en 2016, lors du Grand Prix d’Europe, mais sous le nom du Grand Prix d’Azerbaidjan, il a récolté une quatrième place en 2017 et en 2018.
  • C’est à Bakou que le drapeau rouge fut brandi pour la dernière fois, lors d’une course. En 2017, un accrochage entre les Force India de Sergio Perez et d’Esteban Ocon (le premier de plusieurs) força la FIA à stopper l’épreuve momentanément, afin de nettoyer la piste déjà remplie de débris.

Statistiques

Victoires

  • Pilotes: Lewis Hamilton, Daniel Ricciardo & Nico Rosberg (1)
  • Écurie: Mercedes (2)

Pôles positions

  • Pilotes: Sebastian Vettel, Lewis Hamilton & Nico Rosberg (1)
  • Écurie: Mercedes (2)

Podiums

  • Pilote: Sergio Perez (2)
  • Écurie: Mercedes, Ferrari & Force India (2)

 

Démarrez une conversation

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *