AVANT-COURSE ALLEMAGNE 2019

C’est écrit dans le ciel depuis bien longtemps: l’édition 2019 du Grand Prix d’Allemagne pourrait bien être le tout dernier. Ce sera donc l’occasion pour Sebastian Vettel de se reprendre, après la mésaventure de 2018, à Hockenheim. Voici tout ce que vous devez savoir sur cette dixième manche de la saison 2019 de Formule 1.

Par Marc-André Fortin

Lors du dernier épisode…

Le bulletin de notes du Grand Prix de Grande-Bretagne 2019

Nous avons aussi assisté à un spectacle historique, alors que Lewis Hamilton a remporté une sixième course en territoire britannique dans sa carrière.

Malgré son gain, celui-ci ne partait pas de la pole position. Valtteri Bottas l’a devancé de 0,006 seconde durant la période de qualifications. Nous avons eu droit à de belles bagarres entre ces deux coéquipiers en début de course. Hamilton a dépassé Bottas au 20e tour, alors qu’une voiture de sécurité est déployée après le tête-à-queue de l’Alfa Romeo de Antonio Giovinazzi.

Le Britannique en a profité pour passer au puits alors que son coéquipier avait fait passage quelques tours auparavant. Lors du dernier tour, Hamilton a pris tout le monde par surprise, alors qu’il est allé chercher le point boni pour le tour le plus rapide, avec des gommes usées.

Durant cette même course, nous avons eu droit à une deuxième confrontation corsée entre Charles Leclerc et Max Verstappen. Cette fois-ci, Leclerc a pris avantage sur le Néerlandais. Cette belle bagarre fut ternie par la collision causée par Sébastian Vettel qui a tapé de plein fouet l’arrière de Verstappen. Charles Leclerc a finalement terminé 3e derrière Valtteri Bottas. Gasly a été incroyable durant la course et a terminé 4e devant son coéquipier.

De son côté, Lance Stroll a terminé 13e, alors qu’il partait 18e sur la grille de départ.

Le GP des Pays-Bas très populaire

Comme nous le mentionnons dans notre dernier podcast, Abdou et moi sommes très impatients de voir le Grand Prix des Pays-Bas en mai prochain et l’une des raisons est d’apercevoir les gradins complètement remplis de couleur orange. Eh bien, je ne suis vraiment pas surpris de la déclaration de Jan Lammers, le promoteur du GP à Zandvoort, dans l’émission néerlandaise Hart van Nederland.

« Nous savions que c’était populaire, mais plus d’un million c’est du délire ». Le circuit de Zandvoort a une capacité de 105 000 visiteurs. Nous aurions pu le remplir six fois le jour de la course. Nous cherchons à voir si nous pouvons augmenter la capacité d’accueil, mais ça doit rester agréable pour tous les spectateurs. »

Grosjean remplacé ? Non… pour l’instant

Plusieurs rumeurs ont circulé durant la semaine concernant l’écurie Haas. La première provenait de Reddit. Celles-ci faisaient remplacer le français, Romain Grosjean par son confrère, Esteban Ocon à partir de l’an prochain, d’autres affirmaient qu’Ocon allait être du Grand Prix d’Allemagne en fin de semaine. L’écurie américaine a rapidement démenti toutes ces rumeurs. À court terme, Romain Grosjean et Kevin Magnussen sont toujours les deux pilotes chez Haas.

Le Grand Prix d’Allemagne 2018

L’édition 2018 du Grand Prix d’Allemagne, à Hockenheim, fut le fait saillant la saison 2018.

En qualifications, Lewis Hamilton avait été victime d’un rare problème mécanique qui l’a empêché de participer à Q3. L’Allemand Sebastian Vettel s’était qualifié en pole position. Vettel avait huit points d’avance au classement au moment de cette course. Après seulement 14 tours, le travail conjoint de Lewis et sa voiture le place en cinquième position (il avait pris le départ à la quatorzième place).

Tout à coup, la pluie s’est alors invitée au milieu de l’épreuve et a causé une cohue aux stands. Plusieurs écuries prirent la décision de chausser des pneus intermédiaires. Vettel et Ferrari en décidèrent autrement.

Soudainement, le pilote allemand perdit le contrôle de sa voiture au 51e tour dans le mur après avoir traversé le bac à gravier du virage 13 (Sachs). L’état de la voiture ne lui permit pas de terminer la course.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Exactly a year ago… 💥😖 . Sebastian Vettel crashes out at Hockenheim while leading the race . #OTD #GermanGP 🇩🇪 #Formula1 #F1

Une publication partagée par FORMULA 1® (@f1) le

Alors que les commissaires de course ramassèrent les débris laissés par la Ferrari n°5, la voiture de sécurité fut déployée. Mercedes opta pour un arrêt, mais Hamilton vit Raikkonen rester en piste. C’est à ce moment que se produisit le moment radio de l’année pour Le Bulletin F1.

Le Britannique en profita pour prendre la tête de la course et remporter une course très importante. Valtteri Bottas et Kimi Räikkönen complétèrent le podium.

Histoire du GP d’Allemagne

Le calendrier du championnat de F1 a accueilli pour la première fois le Grand Prix d’Allemagne en 1952. L’Allemagne a été l’hôte de plusieurs courses non officielles avant cela. Le premier Grand Prix fut organisé en 1926. De 1935, jusqu’au début de la guerre en 1939, le GP d’Allemagne appartenait au Championnat d’Europe des pilotes. Durant les années de la Deuxième Guerre mondiale, bien évidemment aucune course ne fut disputée. Les Allemands ont dû attendre jusqu’en 1952 avant de revoir une course sur leur circuit. Celle-ci compterait pour le Championnat de Formule 1.

64 : Il est actuellement le quatrième Grand Prix avec le plus de participations au calendrier, à égalité avec la Belgique. Cinq circuits ont été utilisés durant l’histoire de cet événement. Le circuit du Nürburgring (Nordschleife) a accueilli vingt-deux courses. AVUS, tracé localisé dans la région de Berlin, a quant à lui été l’hôte d’une seule épreuve du calendrier officiel de Formule 1. L’ancien circuit d’Hockenheim a été le circuit utilisé entre 1977 et 2002, excepté en 1985. Depuis 2002, les pilotes roulent sur la version écourtée du Ring et Hockenheim s’échangeait la réception de cette épreuve avec Nürburgring, jusqu’en 2013.

Les pneus

Pirelli a dévoilé, le 17 juillet dernier, la sélection de pneus des pilotes pour Hockenheim. Ceux-ci avaient le choix entre les C2 (durs), les C3 (médiums) et les C4 (tendres).

Les stratégies pour les pneus sont encore très variées, en fin de semaine. Mercedes et Red Bull jouent de prudence, en ayant seulement huit pneus tendres. Renault et Toro Rosso ont pris la décision de prendre 10 tendres. Comme vous pouvez le voir, tous les coéquipiers font jeu à part, sauf Red Bull (Verstappen et Gasly) et Racing Point (Sergio Perez et Lance Stroll).

Les pneus pour Hockenheim 2019
Crédit: Pirelli

Le circuit

Hockenheimring (4 574 km/67 tours)

Premier GP de F1 en Allemagne : 1951 (à Hockenheim : 1970 et de manière permanente en 1977)

Construit en 1932, le Hockenheimring original passait à travers les forêts. La piste était d’une distance de 12 km, composée principalement de très longues lignes droites. Six ans plus tard, le circuit fut raccourci de moitié, ressemblant presque à un long ovale. La configuration resta pendant 28 ans.

C’est en 1965 que la section « Stadium » fut introduite et la ligne de départ/arrivée déplacée à l’endroit actuel de la piste. Lorsque Jim Clark trouva la mort en 1968, pendant une course de Formule 2, deux chicanes rapides furent installées. Deux autres furent placées à l’Ostkurve (« virage Est » en allemand), après le décès de Patrick Depailler en 1980. Malgré ces changements sécuritaires, l’essence de l’Hockenheimring ne changea guère : les pilotes pouvaient atteindre les 300 km/h dans la forêt. Cependant, comme c’est un circuit à haute vitesse, il était facile de manquer d’essence en fin de course. Parlez-en à Alain Prost qui, en 1986, poussa sa McLaren à la ligne d’arrivée, alors qu’il était troisième. Finalement, il termina sixième et marqua un point important vers son deuxième championnat des pilotes.

En 2002, le circuit fut complètement redessiné, éliminant les deux longues lignes droites à travers la forêt. Seule la section du « Stadium » fut conservée. Elle perdit son bel état, mais devint plus sécuritaire. Malgré tout, on assista à de belles courses, surtout avec l’ajout d’une épingle.

Pour cette année, la troisième zone de DRS, installée à la ligne de départ/arrivée l’an dernier, a été enlevée cette année puisque les pilotes la jugeaient trop dangereuse. Cependant, les deux zones existantes, entre les virages 1 et 2 et à la Parabolika (entre 5 et 6), sont toujours présentes.

À surveiller

  • Lewis Hamilton disputera son 240e Grand Prix en fin de semaine.
  • Pour Sebastian Vettel, la course à Hockenheim sera sa 230e dans la catégorie reine de la course automobile.
  • Ce sera le 4e GP d’Allemagne disputé un 28 juillet.
  • La présence de Lance Stroll, dimanche, sera la 310e pour un Canadien en Formule 1.
  • Il s’agira de la 200e course de Mercedes comme constructeur.
    • Pour célébrer 125 ans en sport auto, la marque allemande a dévoilé une livrée spéciale. L’avant de la monoplace est blanche, couleur nationale des équipes sportives germaniques.

Statistiques

Victoires

  • Pilotes : Lewis Hamilton et Michael Schumacher (4)
  • Écurie: Ferrari (21)

Pole position

  • Pilotes : Jim Clark et Jacky Ickx (4)
  • Écurie : Ferrari (20)

Meilleur tour

  • Pilote : Michael Schumacher (5)
  • Écurie : Ferrari (17)

Podium

  • Pilote : Michael Schumacher (7)
  • Écurie : Ferrari (52)

Démarrez une conversation

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *